AOL, un système pour la production de contenu en masse

Par
Le 30 novembre 2009
 0
0078000002640382-photo-aol.jpg
Si les concepts du prochain logo d'AOL circulent partout sur la Toile, Armstrong, le chef exécutif du portail Internet, a levé le voile sur la stratégie du groupe en matière de contenu. En effet, la société serait en train de finaliser un système permettant la production en masse d'articles de différentes natures. Cette initiative vise bien sûr à attirer les internautes mais également les régies publicitaires, au point de flouter les frontières entre le journalisme et l'annonce publicitaire.

Interrogé par le Wall Street Journal, le PDG déclare ainsi : « le contenu est l'un des aspects du web qui n'a pas été exploité à hauteur de son potentiel ». La technologie permet d'analyser les requêtes effectuées au travers des moteurs de recherche ainsi que plusieurs autres données afin de déterminer précisément ce que les internautes ont envi de lire et donc de proposer des places de rêves pour les annonceurs. L'équipe rédactionnelle d'AOL travaillera donc en étroite collaboration avec les publicitaires, même s'il semblerait que ces derniers n'auront pas le droit de contrôler ce qui est rédigé.

D'autres sociétés utilisent une technologie similaire telles qu'Associated Content et Demand Media. Selon plusieurs sources Tim Armstrong posséderait d'ailleurs plusieurs actions chez ces start-ups. En 2009, le chiffre d'affaire de Demand Media est estimé entre 200 et 300 millions de dollars avec plus d'un million d'articles rédigés et en pôle position des contributeurs sur YouTube. AOL souhaite donc suivre cet exemple et en plus des 500 rédacteurs permanents du groupe s'ajouteront 3000 pigistes du réseau seed.com. Lorsqu'un sujet aura été identifié par le système d'analyse, plutôt que de produire un seul article, AOL sera maintenant en mesure d'en proposer plusieurs sous différents angles d'approche. Une fois l'article soumis par le pigiste, différents filtres seront appliqués afin de s'assurer que le contenu n'a pas été plagié ou ne comporte pas de mot inapproprié. L'article sera ensuite soumis à un éditeur qui sera chargé de le relire puis de le publier.

Outre la prédiction de sujets potentiellement traitables, le système d'AOL est également capable de déterminer le prix qu'un annonceur potentiel serait prêt à payer pour apposer ses publicités à côté d'un article ou d'une vidéo. C'est d'ailleurs ce calcul qui va déterminer le salaire du pigiste. AOL promet, au minimum, de partager les revenus publicitaires et jusqu'à plus de 100 dollars par pige.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top