Polémique : Michelle Obama en singe dans Google Images

Par Alexandre Laurent
le 25 novembre 2009 à 18h45
0
Émois au pays de l'Oncle Sam. L'outil de recherche d'images de Google a pendant plusieurs semaines retourné comme premier résultat sur la requête « Michelle Obama » un détournement photo de cette dernière, montage représentant une femme à tête de singe engoncée dans un tailleur rose. Dans la mesure où l'image dégage une connotation raciste, on s'interroge : le numéro un mondial des moteurs de recherche ne devrait-il pas la supprimer de son index ? A cette question, Google répond non et explique, sans oublier de présenter ses excuses à la femme du président américain, qu'il ne lui incombe pas d'agir sur les algorithmes qui régissent le fonctionnement de son moteur, dans la mesure où celui-ci se contente de refléter les contenus présents sur le Web.

Dans un premier temps, l'image a en réalité été supprimée de l'index de Google, mais uniquement parce que le site qui l'hébergeait présentait selon les outils de détection du moteur un problème de sécurité pour les internautes. Elle fait rapidement son retour, sur une adresse qui cette fois ne contrevient pas à la charge instaurée par Google, et revient en première position de Google Images sur la requête Michelle Obama.

D'abord sur l'un des forums de Google puis ailleurs sur le Web, la polémique enfle : pourquoi Google laisse-t-il en place une image aussi délibérément raciste ? Le moteur a finalement pris la parole mardi.

« Les moteurs de recherche reflètent les contenus et les informations qui sont disponibles sur Internet », rappelle la firme. « Il arrive que les résultats de recherche de Google intègrent des contenus dérangeants, même à partir de requêtes inoffensives. Nous vous assurons que les positions exprimées par ces sites ne sont en aucune façon assumées par Google ».

015E000002419764-photo-google.jpg

L'équipe explique être régulièrement sollicitée par des organisations ou des individus qui pour une raison ou pour une autre, souhaitent voir disparaitre de l'index de Google des résultats de recherche. « Bien que Google se réserve le droit de traiter de telles requêtes au cas par cas, nous attachons une extrême importance à l'intégrité de nos résultats de recherche. Pour cette raison, nous ne supprimons pas une page de nos résultats de recherche au simple motif que son contenus déplait ou parce qu'elle suscite des plaintes ». En revanche, Google dit retirer sans hésiter les pages qui violent ses Webmaster Guidelines et répondre favorablement aux requêtes qui sont motivées par une infraction à la loi.

Autrement dit, pour que Google retire le montage de Michelle Obama en guenon, il faudrait que le caractère illégal de cette dernière soit avéré et signifié par une autorité compétente. Retranché derrière une position de neutralité, le moteur refuse de régler lui même la question. Une position que défend Google depuis plusieurs années déjà. On se souviendra par exemple qu'il avait opté pour une réponse similaire lorsque des mécontents demandaient le retrait du clip Sale Pute d'Orelsan.

Michelle Obama n'est pas la seule victime. La requête Jew (juif) retourne également des résultats susceptibles de heurter certaines sensibilités, à commencer par des captures qui fleurent bon l'antisémitisme primaire. Ici, Google laisse les résultats, mais les accompagne d'un lien, prenant la forme d'une publicité AdSense, menant vers une page d'explications. Le moteur y indique que le terme Jew est souvent employé dans un contexte antisémite et invite à plutôt employer Jewish.

L'outil Google Suggest, qui propose à l'internaute une sélection de requêtes en fonction des caractères qu'il commence à entrer, a lui aussi posé le problème de la « neutralité » prônée par Google. Le moteur a d'ailleurs été condamné, en France, à supprimer de cet outil une proposition qui associait le nom de la société Direct Energie au terme « arnaque ».

« Nous nous excusons si vous avez été victime d'une expérience désagréable en utilisant Google. Nous espérons que vous comprendrez notre position », conclut l'équipe Google. En tant que moteur de recherche, exonéré des responsabilités qui incombent aux éditeurs et hébergeurs de sites Web, difficile pour Google de ne pas se retrancher derrière cette neutralité technologique. Au risque, parfois, de choquer.

021C000002631186-photo-michelle-obama.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

Véhicule autonome de livraisons de pizzas, Domino’s tente le coup à Houston
Focal Sphear Wireless VS OnePlus Bullets Wireless 2 : quels intras à moins de 100€ ?
Face à la hausse des prix de l'électricité, EDF dévoile ses nouvelles offres commerciales
Stark dévoile le Drive Torque, un vélo électrique déverrouillable par empreinte digitale
Ariane 5 : dernière grande ligne droite pour le lanceur lourd européen
⚡ Bon plan : Chargeur rapide USB C Aukey à 26,99€ au lieu de 38,99€
YouTube est trop grand pour n'héberger que du contenu
La marque de prêt-à-porter Kaporal déploie le paiement par Lyf Pay dans ses magasins
WoW : Rise of Azshara, l'un des plus gros patchs de l'histoire du MMO, sortira le 26 juin
Adobe Fresco : la prochaine application de peinture d'Adobe sur iPad
scroll top