Le patron de Google envisage de fusionner Chrome OS et Android

Alexandre Habian
23 novembre 2009 à 15h15
0
00FA000002619736-photo-android-chrome-os.jpg
Google a créé la surprise en fin de semaine dernière en faisant une première démonstration publique de son système d'exploitation pour netbooks, Chrome OS. Entièrement connecté et démarrant en 7 secondes, il est basé autour d'un navigateur web pouvant exécuter des web applications et non des programmes stockés en interne.

Et alors que quelques constructeurs d'ordinateurs, comme Acer, envisagent de commercialiser prochainement des terminaux pouvant exploiter à la fois Windows et Android, Google se trouve dans une situation assez délicate, devant rassurer les développeurs de programmes Android et de ceux de son prochain système Chrome OS qui ne verra pas le jour avant la fin d'année prochaine.

Interrogé sur la multiplication des systèmes d'exploitation de la marque, Sergey Brin, le co-fondateur de Google, a indiqué à Cnet USA que Android et Chrome OS « vont probablement converger avec le temps ». Car les deux systèmes ont un noyau Linux et utilisent un navigateur web dérivé du moteur open-source WebKit. En revanche, aucune date n'a été annoncée quant à la fusion des deux systèmes.

Selon Eric Schmidt, le CEO de Google, il est trop tôt pour « miser sur le succès » de telle ou telle plateforme. « L'avenir dira » quel système sera le plus populaire, ajoute-t-il enfin. Pour l'heure, Chrome OS est un système qui ne peut pas gérer de couche de téléphonie.
Modifié le 18/09/2018 à 14h42
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top