Murdoch envisage un déréférencement massif de ses sites sur Google Search

18 septembre 2018 à 14h42
0
012C000002341612-photo-news-corporation.jpg
Aux grands maux, les grands moyens. Très critique vis à vis des agrégateurs d'information en général et de Google en particulier, le magnat des médias, Ruper Murdoch, patron de News Corp, envisage de sortir l'artillerie lourde pour mettre un terme à la reprise de ses contenus sur internet.

"Les internautes qui naviguent au hasard sur nos pages ont une faible valeur publicitaire (...) Nous allons probablement retirer nos sites de l'index naturel de Google" affirme Rupert Murdoch dans une interview pour Sky News.

Une menace à prendre au sérieux puisque le groupe de Rupert Murdoch, News Corp, est la maison mère de la Fox, de BSkyB, de MySpace et de très nombreux journaux comme The New York Post, le Daily Telegraph, The Sun ou encore The Wall Street Journal.

Bien connue des spécialistes du référencement, la technique de blocage des logiciels d'indexation de Google ne serait toutefois pas sans conséquence pour les sites de News Corp. Entre son moteur de recherche ou son agrégateur, Google est bien souvent à l'origine de plus de la moitié de l'audience d'un site internet.

Coup de bluff ou véritable volonté de tourner le dos à Google, les propos de Rupert Murdoch devraient en tout cas sérieusement être pris au sérieux par les autres grands groupes média à l'heure où émergent d'autres leviers de trafic comme l'App Store d'Apple ou des réseaux sociaux comme Facebook.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Gigabyte : un BIOS pour mieux synchroniser l'iPhone
Photoshop Mobile s'invite sur les smartphones Android
5 logiciels de montage vidéo en test sur Clubic
Microsoft lance son Exchange Server 2010
Google s'offre la régie publicitaire mobile AdMob
Cleantech : Force-A lève 1,4 million d'euros
[Vidéo] La Magic Mouse d'Apple en détail
eBay et les fondateurs de Skype trouvent un accord
Vie privée et e-communications : la directive va entrer en vigueur
Les internautes restent plus longtemps chez Microsoft que chez Google
Haut de page