La dénonciation en ligne de collègues ne passe pas

01 juin 2018 à 15h36
0
02578942-photo-clavier.jpg
Un dispositif en ligne qui permettait à chaque salarié de Stryker Benoist Girard de dénoncer les comportements supposés illicites de collègues, a été suspendu, a rapporté l'AFP vendredi.

Saisi en référé, le tribunal de grande instance de Caen, Calvados, a donné raison aux plaignants, le comité d'entreprise et la CFDT. En outre, le juge des référés a estimé que le dispositif « présente des risques sérieux de mise en cause abusive ou disproportionnée de l'intégrité professionnelle voire personnelle. » Estimant que la loi informatique et libertés est bafouée, le juge a demandé au fabricant de prothèses orthopédiques de suspendre « la mise en oeuvre (du système) par l'intermédiaire du site EthicsPoint.com.»

Pour sa part, l'avocate de Benoist-Girard (Hérouville-Saint-Clair), filiale du groupe américain Stryker, a souligné que le dispositif n'avait pas d'autre but que de protéger « les sociétés du groupe de la corruption ». Elle n'a pas été entendue. L'entreprise devra verser 300 euros par jour et par salarié si la décision n'est pas appliquée d'ici un mois.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

  18 Wheels  ,  Crash Time  ,  Dark Salvation  en démos
Fin de l'exclusivité sur l'iPhone : Orange veut renégocier son contrat avec Apple
  StarCraft 2  pour 2010,  Diablo 3  reste flou
L'ASIC se prononce pour un internet ouvert garanti par la loi
SIM+ : un nouveau MVNO
Vidéo :  Runaway : A Twist Of Fate  fait le beau
Guide d'achat cartes mère novembre 2009 sur Clubic
[Vidéonaute] Prise en main du Sony Ericsson Yari, un téléphone / console de jeux portable
Fraps 3.0 est compatible DirectX 11 et 3D Vision
Zoho, taxé de faux MS Office, lance fakeoffice.org
Haut de page