Nook : Barnes and Nobles dévoile son alternative au Kindle

Jérôme Bouteiller
21 octobre 2009 à 10h22
0
Le Wall Street Journal avait vu juste. Principal concurrent d'Amazon aux Etats-Unis, le libraire Barnes & Noble a dévoilé cette nuit sa propre tablette de lecture électronique : le Nook.

Techniquement plus aboutie que le Kindle, le Nook s'appuie sur le système d'exploitation d'exploitation Google Android, une double connectique Wifi/3G et introduit surtout un astucieux système de double écran. En plus d'un premier écran monochrome de 6 pouces basé sur la technologie e-ink, le Nook adopte en effet un second écran couleurs et tactile de 3,5 pouces, basé sur une technologie LCD.

Un second écran utilisé pour naviguer dans les sous-menus, consulter les couvertures des différents livres électroniques et bien entendu télécharger de nouveaux titres sur la librairie électronique Barnes & Noble, comptant déjà plus d'un million d'ouvrages (environ 9,99 dollars par livre).

Particulièrement complet, le Nook devrait être commercialisé dans les prochaines semaines à un tarif de 259 dollars soit 20 dollars de moins que le Kindle d'Amazon, préfigurant certainement une véritable guerre des prix entre les poids lourds du secteur.

0280000002529472-photo-nook.jpg
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top