OpenMoko ne commercialisera plus de smartphones FreeRunner sous Linux

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000001805316-photo-t-l-phone-mobile-openmoko-neo-freerunner.jpg
Les temps sont durs pour les constructeurs de téléphones mobiles. Surtout lorsqu'ils s'adressent à un public assez restreint.

La société OpenMoko commercialise en effet depuis quelque temps une gamme de mobiles sous Linux via sa marque FreeRunner. Et alors que la société s'apprêtait à mettre à jour les derniers smartphones de la marque pour utiliser un système mobile Android de Google, OpenMoko n'en fera finalement rien.

Sean Moss-Pulz, le CEO de la société, a en effet annoncé l'arrêt de la vente des mobiles open-source FreeRunner sous GNU/Linux. Ces derniers étaient conçus pour permettre aux développeurs de mettre au point de nouvelles applications et de démocratiser les systèmes open-source pour mobiles. Mais avec à peine 10 000 unités de mobiles FreeRunner écoulées, cela n'a pas suffit pour permettre à la société de rester rentable.

En conséquence de quoi Sean Moss-Pulz a annoncé le licenciement de la moitié de ses effectifs, l'arrêt des ventes de mobiles et le recentrage sur la production de produits non liés à la téléphonie. Néanmoins, le patron d'OpenMoko ne tire pas un trait définitif sur le marché des mobiles, comptant toujours à l'avenir proposer à nouveau des téléphones open-source. Si les finances de la société le permettent donc.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Vers des CPU neuf fois moins gourmands chez Intel ?
LG annonce ses écrans intelligents W53 Smart
Téorem : Thalès va fabriquer un téléphone mobile ultra sécurisé pour Sarkozy
RIM lancerait un second smartphone Blackberry tactile en septembre
Salesforce lance son offre gratuite pour smartphones
Conservation des données effective au Royaume-Uni
Francis Lelong : « Les marques doivent engager le dialogue avec les internautes »
Autonomy Interwoven finalise l'intégration d'Idol
Xerox externalise la gestion de centres de données
X-Men : Wolverine déjà piraté, la Fox appelle le FBI
Haut de page