SkyOS : open source, sinon rien !

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000001906432-photo-skyos-logo.jpg
Le statut de développement du système d'exploitation SkyOS semble être en train de s'essouffler, à tel point que son équipe de développeurs se demande s'il ne serait pas plus judicieux de distribuer le système en open source ou d'arrêter complètement le projet démarré il y a une dizaine d'années.

Il faut dire que le système, qui utilise une base Linux, est devenu propriétaire, ce qui ne facilite pas la mise en oeuvre de ce projet ambitieux. Par ailleurs si Thom Holwerda de OSNews déclare que : « SkyOS a toujours été critiqué pour le fait que les bêtas soient payantes. Personnellement je ne vois pas où est le problème », ce n'est probablement pas l'avis de tout le monde. Thom Holwerda a d'ailleurs quitté la communauté de SkyOS car son développeur principal, Robert Szeleney, ne semble plus trop motivé.

Paradoxalement, SkyOS fut particulièrement populaire en 2004 lorsque Szeleney décida de rendre propriétaire le code source et de lancer une bêta payante. Cependant, au fil des années, la popularité du système a considérablement baissé et de moins en moins de développeurs prennent le temps de s'y intéresser. En conséquence, peu de matériels sont compatibles. Il en va de même pour les logiciels : SkyOS ne dispose toujours pas d'une suite bureautique ou d'un gestionnaire de médias.

Notez qu'à l'heure où nous écrivons ces lignes, le site officiel n'est pas disponible.

000000FA01906436-photo-skyos.jpg
000000FA01906434-photo-skyos.jpg

SkyOS bêta 8 et SkyOS Build 6796
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le patch v1.2 de  Call Of Duty : World At War  est dispo
Dialog : Windows 7, Free et le Blu-ray
Live Japon : crise, un bilan high-tech cauchemardesque
Clubic Week : l'Iphone n'est plus réservé à Orange
Dessins, BD de la semaine : N. Sarkozy Vs Windows 7
Pentax : deux optiques SDM à l'approche
Monitoring : Everest passe en version 5.0
Lenovo change de CEO, se recentre sur la Chine
Un mobile, deux cartes SIM : test du DX900 !
ATI fait du neuf avec du vieux en renommant ses cartes
Haut de page