Everyware : Adam Greenfield s'explique à la "Ville 2.0"

18 septembre 2018 à 14h41
0
00BE000001853748-photo-adam-greenfield.jpg
Capteurs, puces, réseaux sociaux, les TIC transforment la ville. Un constat partagé par nombre d'acteurs du monde des technologies de l'information et de la communication (TIC) comme par exemple Adam Greenfield qui participait, jeudi 8 janvier 2009, à la journée de clôture du programme « Ville 2.0 », organisé par la Fondation Internet nouvelle génération (Fing).

Lorsqu'il est question d'informatique ambiante ou d'Internet des objets, souvent, les avis divergent. Certains imaginent un espace entièrement connecté et communicant au service des utilisateurs, d'autres s'inquiètent de l'impact psychologique et sur la vie privée de ce genre de technologies. Adam Greenfield, un spécialiste de la question, directeur du design d'interface chez Nokia et auteur d'Every[ware], la révolution de l'ubimédia, s'est d'ailleurs exprimé, ce jeudi, sur le sujet.

00AA000001853796-photo-adam-g.jpg
00AA000001853802-photo-twitterwall.jpg
Pour lui, « l'ubimédia peut se définir comme ce qui reste de l'informatique quand les ordinateurs ont disparu, ou plutôt, ont fusionné avec tout ce qui nous entoure ». Dans son exposé, Adam Greenfield s'est d'abord étendu sur ce qu'il appel « The long here » et « The big now ». L'un faisant référence à la profusion des outils et usages découlant de l'Internet participatif (Web 2.), l'autre décrivant ces mêmes usages lorsque les objets communicants seront devenus omniprésents. Partant de ce constat, on peut par exemple imaginer un système d'affichage public destiné à accueillir les messages Twitter des utilisateurs (NDLR: ou des objets avec l'IPv6) présents dans un périmètre prédéfini (TwittyWall), une puce introduite dans une chaussure et qui publie en temps réel les distances parcourues par son porteur ou même une application pour mobile qui prévient son utilisateur dès qu'il entre dans une zone considérée comme dangereuse, d'après l'agrégation des informations sur la délinquance recueillies par la police (Okland crimespotting).

0096000001853760-photo-cam-adam.jpg
Cet avenir là, Adam Greenfield l'illustre à travers des projets coréens, bien réels ceux-ci, comme u-Cheonggyecheon ou u-city New Songdo, une ville construite de toutes pièces, sur ce modèle. Mais pour lui ces projets « ne tiennent compte que des technologies et non des désires humains ». En effet, « selon la manière dont on le définit, l'ubimédia est à la fois un sujet d'actualité et un problème dans cent ans », explique-t-il. Un risque qui, selon lui, mériterait d'être équilibrer gràce à la notion de « deadspot », également mentionné par Éric Besson, secrétaire d'État français à l'Économie numérique, avec le droit des citoyens au « silence des puces ». En attendant, ce consultant très en vue actuellement sur la question de l'ubimédia, compte bien élargir la réflexion dans son prochain ouvrage The city is here for you to use.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Nouvelles puces mobiles chez ATI et NVIDIA
DSC-G3 : Sony signe son premier compact Wi-Fi
  Tomb Raider  : des résultats décevants ?
Facebook Mobile passe en version 2.1 sur iPhone et iPod Touch
Bouygues Telecom débride ses réseaux pour l'iPhone et d'autres smartphones
Hébergement : Amen fait le choix de l'IPv6
Le Royaume-Uni adopte des horodateurs intelligents français
Quoi de neuf en jeux vidéo ce vendredi ?
L'AMD Phenom II s'installe dans le Dell XPS 625
VoIP :  Skype Lite s'invite sur les smartphones Android et sur 100 mobiles Java
Haut de page