RIM brevête un clavier de mobile très atypique

Alexandre Habian
26 décembre 2008 à 09h57
0
00C8000001838186-photo-brevet-clavier-rim.jpg
Les constructeurs de mobiles doivent rivaliser d'ingéniosité pour réussir à concevoir des terminaux innovants dotés d'un design qui l'est également. Car bien qu'en terme de technique ou d'apparence extérieure ces derniers ont fait de gros progrès depuis quelque temps, leur form factor est quasiment toujours le même : monobloc, à clapet ou à clavier coulissant.

Mais ces innovations peuvent apparaître quelque fois assez étranges. A commencer par le brevet déposé par le canadien Research In Motion (RIM) concernant l'utilisation d'un clavier de mobile quelque peu atypique. Celui-ci renferme effectivement dans sa configuration par défaut un clavier de type SureType avec deux lettres par touche, le même qu'utilisé dans bon nombre de smartphones Blackberry de la marque.

Mais il est possible de déployer ensuite deux autres parties du clavier pour faire apparaître non pas un clavier AZERTY complet mais le même clavier SureType avec des touches supplémentaires. Etant donné l'aspect très peu pratique d'un tel produit, gageons que ce brevet, déposé le 22 juin 2007, reste dans les tiroirs du canadien encore quelque temps...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top