Justice : l'INA attaque de nouveau YouTube

Julien Lalande
22 décembre 2008 à 10h50
0

L'Institut a déposé une deuxième plainte.

Alors qu'il avait déjà déposé une première plainte contre YouTube, l'Institut National de l'Audiovisuel (INA) a déposé récemment une seconde plainte, révèle ce matin Les Echos.

Chargé de sauvegarder et de communiquer les archives de télévision française, l'INA estimait dans sa première plainte que le site de partage de vidéos proposait ses contenus en tout illégalité.

Dans sa seconde plainte, l'INA remet en cause le système de protection des contenus du site. En effet, YouTube dispose d'une technologie censée repérer les contenus illégaux. Dans un pareille cas, la filiale de Google ne publie alors pas la vidéo. « Nous considérons que cette technologie de filtrage n'est pas opérante. J'en veux pour preuve que plusieurs majors américaines testent actuellement notre propre technologie de filtrage », a expliqué l'INA aux Echos. Selon le journal économique, l'Institut serait prêt à abandonner sa plainte si sa technologie de signature des contenus était adoptée par Youtube, à l'instar de Dailymotion, TF1 et Canal+.

Les premières plaidoiries sont attendues pour février.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top