AMD/Fujitsu renforce leur usine de mémoire Flash

0
00FA000000099915-photo-samsung-nand-flash-wafer.jpg
Spansion, la joint-venture détenue par AMD (60% des parts) et Fujitsu (40% des parts) et spécialisée dans la production de mémoire Flash utilisée dans les téléphones portables et autres baladeurs audio numériques, prévoit d'étendre de façon importante sa capacité de production dans son usine située au Japon. Spansion a pour objectif de concurrencer les deux autres géants du marché, à savoir Intel et Samsung.

Spansion proposera prochainement une mémoire NAND Flash de nouvelle génération qui devrait permettre de multiplier par quatre la capacité des chips NAND Flash actuels. Spansion annonce alors qu'il sera en mesure de concurrencer la mémoire Flash NOR produite par Intel et les modèles de mémoire NAND produits par Samsung et Toshiba.

Spansion annonce que la plupart des téléphones mobiles récents possèdent près de 24 Mo de mémoire Flash intégrés. Pendant le second semestre 2006, la majorité des téléphones devraient posséder au moins de 70 Mo. Pendant cette même période, les téléphones mobiles très haut de gamme pourraient même proposer jusqu'à 625 Mo de mémoire grâce aux progrès technologiques.

Pour étendre et moderniser sa production, Spansion a annoncé un investissement de 954 millions de dollars US. Mardi dernier, Hynix et STMicroelectronics ont signé un accord qui pèse 2 milliards de dollars pour mettre en place deux nouvelles lignes de production en Chine dédiées à la DRAM et à la mémoire Flash.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Logitech et Skype main dans la main
Half-Life 2 en test sur Clubic
Bientôt des adresses mails @hotmail.fr
Une galerie Half-Life 2 pour compléter le test
Focus signe Freedom Force Vs. The Third Reich
Albatron AGP 6600 et 6600 GT (màj)
Pro Evolution Soccer 4 en démo sur Clubic
Insolite: Bill Gates et 4 millions d'emails/jour !
Graveur DVD-R double couche pour début 2005 ?
Brevets logiciels : la Pologne change la donne
Haut de page