Orange répond à SFR et devient d'agrégateur d'info trafic en utilisant ses abonnés mobiles

Alexandre Habian
06 octobre 2008 à 10h04
0
012C000001669066-photo-orange-mondial-automobile-2008.jpg
Un nouveau métier pour Orange ? Alors que l'opérateur SFR s'est associé au néerlandais TomTom pour concevoir une offre d'information trafic utilisant les connexions anonymes aux bornes GSM de ses clients pour détecter en temps réel les embouteillages ou ralentissements sur une route ou une autoroute, Orange va désormais en faire de même.

A l'occasion de sa présence au mondial de l'automobile 2008 de Paris, Orange a en effet officialisé la création d'un nouveau service, encore en expérimentation, qui permet via ses abonnés mobiles en France métropolitaine d'agréger des informations sur le trafic. Les équipes Orange Labs ont développé une plateforme capable de transposer des données de signalisation disponibles sur le réseau mobile Orange en données trafic.

« Il devient ainsi possible de projeter avec précision sur le réseau routier les données collectées et agrégées par la plateforme et ainsi estimer la vitesse moyenne du trafic routier. Orange est ainsi capable d'identifier les zones de ralentissements (embouteillages) en temps réel et de façon précise », précise l'opérateur dans un communiqué de presse.

012C000001669070-photo-orange-mondial-automobile-2008.jpg
012C000001669072-photo-orange-mondial-automobile-2008.jpg

Interrogé par Mobinaute.com, Jean-Luc Klein, le chef de projet « télématique et applications automobiles » d'Orange, nous précise que les données recueillies de ses clients sont totalement anonymes et il n'existe aucun moyen permettant de savoir quand un client s'est connecté sur une borne donnée. En terme de modèle économique, le service proposé par Orange ne souhaite pas, contrairement à celle du couple SFR/TomTom, se substituer aux offres d'info trafic déjà sur le marché. « La solution proposée par Orange permet d'améliorer la qualité et la couverture de l'information du trafic routier à un coût inférieur aux solutions existantes (capteurs routiers) ».

D'ailleurs Orange travaille déjà actuellement avec Mediamobile - à l'origine du service d'info trafic enrichi V-Trafic - et la DIR d'Île de France. Concernant ses propres logiciels de navigation GPS pour smartphones, dont le prochain « Orange Maps », l'opérateur ne compte pas développer en interne un module supplémentaire pour ajouter une couche d'info trafic pour exploiter son service « maison ». L'opérateur préfère licencier sa technologie à des tiers pour l'intégrer ensuite dans sa solution GPS. La nouvelle solution de collecte d'information trafic sera disponible dans le courant de l'année 2009.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top