Supercalculateur : Bull maître d'oeuvre de Juropa

30 septembre 2008 à 16h35
0
01658496-photo-novascale.jpg
Après le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), le centre de recherche allemand Forschungszentrum Jülich fait appel à l'expérience du groupe informatique français Bull en matière de supercalculateurs. Dans le cadre de son projet Juropa (Jülich Research on Petaflops Architectures), Jülich va intégrer un supercalculateur de 200 Teraflops (puissance de calcul) qui devrait être opérationnel début 2009.

« La simulation numérique est au cœur d'un nombre croissant de disciplines scientifiques et industrielles pour leur plus grand bénéfice », a souligné dans un communiqué Thomas Lippert, directeur du centre de calcul de Jülich. Avant d'ajouter : « pour faire face à ces sollicitations grandissantes, nous avons confié à Bull la maîtrise d'œuvre du projet Juropa ; Intel, Partec et Sun participant à ce projet. Nous sommes convaincus de la supériorité de Bull pour ce qui est de fédérer les meilleures technologies, de concevoir un supercalculateur alliant efficacité énergétique et puissance optimale pour supporter de multiples types d'applications ».

Destiné à accélérer le développement européen de la simulation numérique haute performance, ce supercalculateur regroupera notamment des serveurs connectés (en cluster), Bull NovaScale et Lame de Sun, équipés de puces Intel Xeon (Nehalem) et d'une solution middleware Partec.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Widgets : Du nouveau chez Synodiance, Effiliation et Kreactive
KT annonce la mise en service d'une première portion du TPEsc
TomTom  signe son grand retour dans le monde des solutions GPS pour mobiles
Sprint lance XOHM, la première offre commerciale WiMAX aux États-Unis
Arts+Labs: un groupe de pression contre le piratage
Nouveau patch  STALKER  : sauvegardes compatibles
Paypal séduit Cetelem, se renforce avec Cofidis
Avalanche d'images pour  X3 : Conflit Terrien
Comparatif : cartes graphiques à moins de 100 euros
Haut de page