Stéphane Dubois : "Active sur 4 continents, la firme SpinVox convertit la voix en texte"

0
01573564-photo.jpg
Stéphane Dubois, directeur général de SpinVox France précise les atouts de l'éditeur d'origine britannique sur le marché des technologies de reconnaissance vocale à destination d'opérateurs comme Vodafone, Rogers Wireless et Telstra.

AB - Stéphane Dubois, bonjour. Comment se positionne SpinVox sur le marché des technologies de reconnaissance vocale, marché où s'activent des acteurs comme IBM et Nuance Communications ?

SD - Le métier de SpinVox, auquel la société se consacre exclusivement, est de développer des solutions permettant de convertir la voix en texte. Spinvox se consacre essentiellement à des implémentations 'carrier grade' et des millions de téléphones portables, via les opérateurs, bénéficient déjà de ses services à travers l'intégration de la messagerie vocale et de la gestion d'appels. Le nombre d'utilisateurs de SpinVox augmente très rapidement, grâce aux accords que nous avons signé avec des opérateurs télécoms tels que : Alltel, Rogers Wireless, Cincinnati Bell, TelUS, Sasktel en Amérique du Nord, Vodafone Spain en Europe, Vodacom en Afrique du Sud ou Telstra en Australie. L'Amérique latine est la zone géographique sur laquelle nous souhaitons désormais étendre notre champ d'action.

Par ailleurs, SpinVox s'appuie sur une équipe hautement qualifiée d'ingénieurs internationaux (Spinvox Advanced Speech Group) basée à Cambridge (UK). Cette équipe développe le système de conversion des messages vocaux (VMCS), une technologie au cœur de l'activité de services SpinVox. La technologie dite « HTK Model » est l'une des bases essentielles du système VMCS. Elle se retrouve au cœur même des systèmes de reconnaissance vocale les plus modernes. VMCS fonctionne grâce à une savante combinaison des systèmes de technologies vocales existantes, de l'intelligence humaine et de sa capacité à apprendre. Le VMCS est en constante évolution et, à l'heure actuelle, est en mesure de convertir des messages en anglais, français, espagnol, allemand.

AB - Après avoir levé 100 millions de dollars supplémentaires au printemps 2008, SpinVox a confirmé vouloir se développer à l'international. Où en est la société aujourd'hui ?

SD - Nous sommes déjà implantés sur quatre continents et nous annoncerons très prochainement notre présence sur le cinquième. Nous possédons 9 bureaux dans le monde (à Marlow, Cambridge, Paris, Madrid, Atlanta, Düsseldorf, Sydney, Mexico City et Sao Paulo) et nous employons 350 personnes. Notre service est disponible dans quatre langues et nous travaillons activement pour le rendre accessible dans d'autres. De plus, nous collaborons avec des opérateurs locaux et internationaux, et avec des sociétés de communications unifiées comme Avaya et Skype.

AB - Quel est le coeur de cible de SpinVox ? Quels sont les fondements des partenariats engagés avec des réseaux sociaux comme Facebook et MySpace ?

SD - Nos services ciblent les consommateurs par le biais des opérateurs. Notre champs d'action couvre les communautés (Spinvox Social Networks, SpinVox Blog) ainsi que les prestations de communications unifiées pour entreprises.

AB - Quels sont les objectifs que souhaite atteindre SpinVox à moyen terme ?

SD - Nous voulons mener la révolution liée à la conversion vocale et doubler le nombre d'opérateurs qui fournissent la technologie SpinVox dans l'année qui vient.

AB - Stéphane Dubois, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

GC :  Stargate Worlds  en preview « allemande »
Microsoft rachète l'éditeur de Ciao.com pour 486 M$
YouTube ajoute des sous-titres aux vidéos
L'Aquitaine prête des PC à ses lycéens défavorisés
Les dépenses IT mondiales pourraient dépasser 3.4 billions$ en 2008, d'après Gartner
Quoi de neuf en jeux vidéo ce vendredi ?
Gameloft : résultats financiers et annonce de nouveaux jeux iPhone
Le protocole IEEE 802.11r officialisé pour la VOIP
USA : SiRF, condamné pour violation de brevets, est délaissé par MiTAC
Ipanema lève 7 millions de dollars auprès de Noble Venture
Haut de page