Rémi Lacour, Invoke : "Les atouts sont réunis pour une croissance rapide en toute indépendance"

12 mars 2008 à 15h49
0
00964304-photo.jpg
Rémi Lacour, président directeur général d'Invoke, éditeur français de progiciels financiers, précise les atouts techniques et fonctionnels de la solution Invoke FAS, s'exprime sur l'évolution des attentes des clients, banques et grands comptes, et sur le mouvement de concentration du marché.

AB - Rémi Lacour, bonjour. Quels sont les points forts techniques et fonctionnels d'Invoke FAS, progiciel de reporting et de production des comptes consolidés ?

RL - L'intégration du tableur financier Imagine développé par Invoke est un des atouts techniques de notre progiciel. En effet, Imagine peut être utilisé tant en entrée (acquisition contrôlée des données), qu'en sortie (génération de tableaux dynamiques). Par ailleurs, la gestion des référentiels et des arborescences se fait selon les logiques XBRL (eXtensible Business Reporting Language). La traçabilité est omniprésente, les calculs sont justifiés. J'ajoute que l'utilisation des fiches Iriem (brevet Invoke) permet la génération automatique des retraitements.

Enfin, du coté fonctionnel, Invoke FAS offre la même plate-forme pour le reporting (comptable, financier, de gestion), la consolidation (selon toutes normes), l'intégration fiscale et le reporting fiscal monde des budgets (élaboration et suivi), les déclarations dématérialisées (fisc, greffe, organes de contrôle...), le "balanced scorecard".

AB - Quelles sont les principales références clients d'Invoke et leurs attentes ?

RL - Plus de 30 années-hommes de développement et d'innovation technologiques ont donné à FAS toutes ses dimensions exploitées par une centaine de groupes d'utilisateurs. Si tous nos clients sont sensibles à la proximité, la réactivité et la qualité du service, même si les organisations diffèrent, leurs attentes varient. Quelques exemples : Le Crédit Agricole a choisi FAS pour l'ensemble du reporting de ses caisses et filiales, dont Le Crédit Lyonnais. Affine, Ecolab et Guillin ont opté pour les fonctions de consolidation et de reporting du progiciel, Foncia et BNP Paribas Lease Group se sont intéressés au reporting comptable.

Fondamentalement, Invoke a développé une approche innovante : la différenciation préalable de l'information financière ne correspond plus aux besoins des utilisateurs. La convergence des besoins dans les différents métiers s'impose de plus en plus. Pour sa part, Invoke a développé une approche identique pour chacun des besoins. Cet effort d'intégration nous a amenés à développer un outil très puissant. En outre, la plate-forme unique n'enlève rien à la qualité de la réponse particulière à chaque domaine fonctionnel sans avoir besoin de recourir à des développements spécifiques. Cette approche globale permet, au surplus, le partage des référentiels et des bases de données.

AB - Plus d'un tiers du chiffre d'affaires d'Invoke serait consacré à la R&D. Comment cet effort se traduit dans les faits ?

RL - Un tiers de l'effectif est constitué d'ingénieurs R&D, niveau bac +5/6. Les financements ad hoc sont fournis pour la majeure partie par les associés. Quant aux développements, ils sont immobilisés et amortis sur 5 ans. Dans l'organisation Invoke, l'équipe R&D constitue un service, un fournisseur aux responsables de lignes de produits (finance, fiscalité, juridique...) Ces « clients » assurent les veilles nécessaires (réglementaire, concurrence...) et spécifient succinctement leurs demandes à la R&D, qui chiffre les délais et les coûts. Après approbation de la direction, une équipe projet est constituée et réalise, en collaboration avec les consultants, et parfois avec des utilisateurs potentiels, les développements nécessaires. Ceux-ci doivent répondre à des normes internes, comme le fait de ne jamais reprendre de composants externes.

AB - Comment se distingue Invoke sur un marché du progiciel pour entreprises de taille moyenne où s'activent des acteurs comme Cegid, Divalto et Sage ?

Nous sommes rarement en concurrence avec Sage, Cegid ou Divalto. Invoke ne se cantonne pas aux entreprises de taille moyenne. Par ailleurs, FAS est souvent choisi en complément ou remplacement de solutions Cartesis ou Hyperion. J'ajoute que la nouvelle génération des directeurs financiers distingue très rapidement les possibilités supplémentaires offertes par FAS.

AB - Dans ce contexte, quelle est la marge de manoeuvre d'Invoke sur un marché où la concentration s'accélère au rythme des acquisitions réalisées par les ténors du logiciel d'entreprise, Oracle, , Microsoft et ?

RL - Notre marge de manœuvre est grande et l'aventure commence à peine ! Les éditeurs rachetés le sont principalement pour leurs clients plus que pour leurs solutions, souvent vieillissantes. Alors qu'Invoke propose une double compétence, technique et métier, dont très peu dispose. Le plus dur a été de convaincre les premiers grands comptes.

Par ailleurs, les ténors innovent peu et offrent un service souvent médiocre et très cher, à force de prétendre savoir tout faire... En outre, ni Oracle, ni SAP, ni Microsoft ni IBM ne se soucient de l'intégration fiscale française, de la télédéclaration EDI ou du nouveau régime de déductibilité de la TVA. Ces marchés négligés, car jugés trop petits, voire insignifiants, constituent des niches pour des éditeurs de moindre taille.

En informatique, bien répondre à un besoin puis étendre le périmètre fonctionnel progressivement donne le droit d'exister et de croître. Certes plus ou moins rapidement, selon la qualité de l'offre, la façon de traiter les problèmes de communication et de diffusion, combattre l'attachement aux solutions antérieures, la rigidité des préconisateurs, etc. Mais, cette approche donne le droit de vivre et de vivre « bien » en satisfaisant différents besoins comme celui de création, de mobilisation d'équipes, d'accomplissement dans la vie professionnelle, etc.

Il ne faut pas oublier que l'écriture d'un logiciel n'est pas le fait de légions d'informaticiens. L'idée originale de départ et le développement du noyau émanent le plus souvent d'un, voire de quelques individus particuliers, dont plusieurs sont réunis chez Invoke. En outre, nos préoccupations ne sont pas prioritairement financières. Maintenant, les atouts sont réunis pour une croissance rapide et profitable en restant indépendant et sans viser la taille des géants actuels du logiciel d'entreprise.

AB - Rémi Lacour, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

FTTH : Free veut couvrir 70% de Paris d'ici mi-2009
Deux nouveaux claviers pour Microsoft
Anniversaire : 10 ans pour le baladeur audio MP3
Archos : une tablette WiFi avec 3 forfaits web illimités chez SFR ?
YouTube ouvre des interfaces de programmation (API)
La nouvelle zone climatique de  Settlers VI  en images
Disque dur de 100 Go dans la Freebox ?
100 000 téléchargements pour le kit de développement de l'iPhone
Croissance de plus en plus rentable pour Free
Xtragames : des jeux mobiles gratuits financés par la publicité chez Bouygues Telecom
Haut de page