Annonces Microsoft : l'Europe et le libre sceptiques

0
00899378-photo-logo-april.jpg
Virage stratégique inédit pour Microsoft, la décision de faciliter l'accès à l'ensemble de ses protocoles propriétaires, ainsi que de mettre en place des interfaces de programmation dédiées au développement de l'interopérabilité entre ses logiciels et ceux d'éditeurs tiers, ne semble pas avoir convaincu les acteurs du monde du logiciel libre ou la Commission européenne, qui tous font part d'un enthousiasme des plus réservés.

A Bruxelles, on indique avoir pris note de cette décision et que l'on ne peut que se féliciter de tout mouvement vers une interopérabilité plus importante. L'exécutif européen remarque toutefois que « cette annonce n'a rien à voir avec le fait de savoir si Microsoft a ou n'a pas accepté les règles en vigueur en Europe par le passé ». « Par ailleurs, la Commission remarque que l'annonce d'aujourd'hui fait suite à aux moins quatre déclarations similaires émanant de Microsoft par le passé sur l'importance de l'interopérabilité », ajoute Bruxelles.

Du côté des acteurs du logiciel libre, le scepticisme est également de rigueur face à une démarche que l'on qualifie d'inachevée. « Au lieu de proposer sous une licence qui n'est pas compatible avec la GPL (General Public License) - la licence la plus largement utilisée dans le monde de l'open source - Microsoft devrait englober dans son programme Open Specification Promise toutes les informations relatives à l'interopérabilité qu'il compte rendre accessibles aujourd'hui... », regrette par exemple Michael Cunningham, vice président de la société .

« Il n'y aucune raison pour que Microsoft refuse d'étendre la portée du programme Open Specification Promise à ses produits à large diffusion si ce n'est une perpétuelle intention de la part de Microsoft d'enchaîner ses clients à ses produits monopolistiques et d'exclure ses concurrents grâce aux menaces relatives aux brevet », ajoute-t-il. Microsoft a pourtant assuré lors de l'annonce de cette nouvelle politique d'ouverture que les licences permettant d'accéder à ses informations techniques ne seraient en aucun cas discriminatoires, et que l'éditeur s'engagerait à ne pas faire valoir ses droits sur la propriété intellectuelle qui y est associée.

Son de cloche similaire du côté de l'April, l'Association de promotion et défense du logiciel libre, où l'on indique avoir pris connaissance avec intérêt de la nouvelle stratégie de Microsoft en matière d'interopérabilité. « Malgré quelques avancées, cette nouvelle stratégie continue d'exclure le monde du Logiciel Libre de l'accès aux formats et aux protocoles des solutions de l'éditeur de Redmond », déplore toutefois l'April. « En effet, la plupart de ces protocoles sont couverts par des brevets, et les licences de ces brevets ne pourront être obtenues qu'à des conditions dites "raisonnables et non-discriminatoires" (RAND). Ce type de licence nécessitant rémunération par copie de programme favorise les monopoles au détriment des PME et exclut de fait l'ensemble des développeurs de Logiciels Libres. »

Reconnaissant l'intérêt manifeste des informations qui vont être publiées par Microsoft, l'April estime donc que ces dernières ne pourront de toute façon pas être utilisées par les développeurs appartenant au monde du logiciel libre. L'interopérabilité avec les produits issus de la firme de Redmond ne progresserait alors pas vraiment. S'il avait voulu devenir un véritable chantre de l'ouverture et de l'interopérabilité, le numéro un mondial des éditeurs aurait effectivement pu, et dû, proposer l'accès à ces informations de façon totalement gratuite tout en levant ses brevets. « La rémunération de licence de brevets est incompatible avec le développement du Logiciel Libre », résume Thomas Petazzoni, administrateur de l'April.

L'April, comme d'autres commentateurs, ne manque par ailleurs pas de souligner que cette annonce intervient à huit jours du second passage du format Open Office XML devant l'organisation internationale de standardisation (ISO). D'aucuns pourraient en outre suppposer que Microsoft cherche à se donner une image positive à maintenant une semaine du lancement des nouvelles versions majeures de ses solutions Windows Server, SQL Server et Visual Studio.
Modifié le 18/09/2018 à 15h11
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

CorePlayer Mobile 1.2.0 : nouvelle version majeure du lecteur multimédia pour smartphones
Microsoft WGA: détection des cracks Vista en vue
Philips 9@9j : un téléphone mobile à batterie et à... pile
Artemis : l'Europe investit 2,5 milliards d'euros dans l'informatique embarquée
Google condamné à payer 172.000 euros pour contrefaçon
Des experts de la sécurité prétendent pouvoir 'hacker' des conversations GSM
Succès des soldes d'Hiver sur Internet
Sergey Brin s'inquiète d'une éventuelle fusion Microsoft-Yahoo
“Quels défis pour la gestion des E-mails en entreprise ? “, une tribune de Cyril Van Agt
Physique : Havok bientôt complétement gratuit
Haut de page