[Replay #8] Un ultime Replay avant la saison 4 du Veilleur d'écran[s]!

29 août 2020 à 15h15
1

Love, Death and Robots, Peaky Blinders, Halt and Catch Fire, Zone Blanche et BoJack Horseman sont les ultimes séries que nous allons évoquer dans ce dernier Replay de l'été, avant l'arrivée de la saison 4 du Veilleur d'écran[s].

Dans un contexte où l'offre en matière de séries n'a jamais été aussi pléthorique, le Veilleur d'écran[s] se propose d'être votre guide à travers les saisons. Qu'il s'agisse d'une ancienne série aujourd'hui culte, d'un carton récent ou d'un show plus anonyme, cette chronique vous aidera à ne perdre votre temps qu'en bonne compagnie.

Voici le huitième et dernier Replay estival du Veilleur d'écran[s]. Si vous avez manqué les numéros précédents, rappelons que je vous y propose une sélection thématique des chroniques publiées ces derniers mois sur Clubic, avant d'attaquer la nouvelle saison dès la rentrée, dans quelques jours.

Si dans les Replays précédents j'ai tenté de regrouper les œuvres par genres, pour cette ultime collection je ne vais pas vous mentir : il s'agit d'un pot pourri des séries que je n'ai pas pu ranger ailleurs. Aucune thématique en commun donc, si ce n'est qu'il s'agit de shows de qualité, que je vous recommande, bien entendu.

Bonne lecture à vous, et à tout bientôt pour Le Veilleur d'écran[s] S04 qui, petit teasing, sera introduite par mon principal coup de cœur de 2020 !

Love, Death and Robots

Probablement ma plus grosse claque de 2019, Love, Death and Robots n'est pas une série comme les autres. Cette collection de courts-métrages d'animation aux durées, sujets et même styles visuels très variés, est véritablement atypique.

Le show Netflix signé par de nombreux studios d'animation - qui reviendra pour une saison 2 - alterne en effet, avec un véritable talent, entre d'intenses réalisations graphiques, des claques davantage scénaristiques ou encore des petites pastilles plus légères. Un show auquel il est difficile de rendre hommage avec des mots, et qui mérite tout simplement d'être vu.

Peaky Blinders

Le hasard a voulu qu'au moment d'écrire ces lignes, ma playlist Spotify me balance l'OST de Peaky Blinders. J'ai donc eu instantanément envie de m'habiller avec classe, de sortir une cigarette et un verre de whisky pour me prendre pour Tommy Shelby. Mais j'ai beaucoup moins de charisme que Cillian Murphy, alors passons.

Il faut dire que la très solide série anglaise a, durant cinq saisons (la sixième arrive bientôt), proposé une ambiance et une réalisation que peu de show sont aujourd'hui parvenu à égaler. Suivre la vie des gangsters de Birmingham et ses autres nombreux personnages marquants est un réel plaisir tant l'ensemble respire la haute qualité.

Halt and Catch Fire

Il y a beaucoup de séries terminées auxquelles je repense avec nostalgie, mais rarement avec autant d'intensité que pour Halt and Catch Fire. Durant quatre saisons, la série AMC a suivi l'histoire, mélange de réalité et de fiction, de la naissance de l'informatique, et, surtout, de formidables personnages qui me manquent cruellement aujourd'hui.

Pas forcément très rythmée, la série n'en demeure pas moins passionnante, aussi bien pour ceux qui s'intéressent à l'informatique que ceux qui cherchent des histoires humaines bouleversantes.

Zone Blanche

Le saviez-vous : il existe d'excellentes séries françaises, et même des séries françaises profitant d'une réalisation et d'une photographie qui n'ont rien à envier à celles des meilleures séries étrangères. C'est le cas de Zone Blanche.

Durant deux saisons (en attendant une hypothétique S03), le show s'intéresse aux personnages d'une petite ville isolée, perdue entre forêt et montagne. Rythmée par des événements criminels et toujours plus étranges, la vie là bas n'est pas facile. Avec une petite touche de fantastique distillée dans un genre policier, la série maîtrise son sujet et propose une ambiance aussi froide que saisissante.

BoJack Horseman

De nombreuses séries animées de qualité ont été évoquées dans notre chronique, et mon cœur a saigné quand il a fallu n'en choisir qu'une pour conclure ce Replay. C'est BoJack Horseman qui a eu cet honneur.

Il faut dire que durant ses cinq saisons la série Netflix a été assez incroyable et a multiplié les passages mémorables. Ce show, qui s'intéresse à un acteur has-been et ses proches dans une version un peu plus animale d'Hollywood, évoque en effet de nombreux sujets profonds et chargés émotionnellement, sans jamais oublier d'y apposer une habile touche d'humour et des références pertinentes.

1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Fortement attendue, l'application britannique de traçage de la COVID massivement téléchargée
scroll top