Orange confiant pour le 100% fibre à Palaiseau, bientôt l'extinction du cuivre ?

Par
Le 25 octobre 2013
 0
Orange promet qu'il couvrira bientôt la totalité de la ville de Palaiseau en fibre optique. Une première qui selon l'opérateur permet d'envisager, à terme, l'extinction du cuivre sous des auspices favorables.

Bien que le 100% fibre ne fasse pas l'unanimité chez des opérateurs engagés dans la course aux déploiements mobiles, Orange tire de son côté un bilan extrêmement positif de l'expérimentation 100% fibre engagée avec la ville de Palaiseau (Essonne). Stéphane Richard, p-dg de l'opérateur, a livré vendredi matin lors d'une conférence de presse les derniers chiffres relatifs au projet sous l'oeil bienveillant de Fleur Pellerin.

Orange indique que sur l'agglomération de Palaiseau (30 000 habitants et 16 000 lignes cuivre), 90% des foyers sont désormais raccordables à la fibre optique. Les procédures sont par ailleurs engagées pour 5% des foyers restants. L'opérateur se dit donc en bonne voie pour parvenir à son objectif de couverture à 100% d'ici quelques mois.

Vendredi, l'heure était donc au satisfecit : Stéphane Richard a ainsi vanté les usages « spectaculairement en hausse » constatés chez les abonnés fibre, qui à Palaiseau représenteraient 75% des clients grand public d'Orange : consommation trois fois supérieure à celle des clients ADSL, jusqu'à sept fois plus de TV de rattrapage, huit fois plus de trafic remontant (upload), avec « une migration qui s'accompagne d'une montée en gamme au niveau des offres choisies », puisque les clients seraient trois fois plus nombreux à opter pour des bouquets de TV payants en complément de leur triple play.

0190000006757480-photo-st-phane-richard-orange.jpg

La prochaine étape consistera donc en une bascule complète. « À partir d'aujourd'hui, nous ne commercialisons plus d'offre sur le cuivre pour l'ensemble des secteurs de la ville dans lesquels il y a la fibre », a ainsi annoncé Stéphane Richard. L'initiative serait une « première mondiale », même si à ce stade elle ne couvre pas encore les entreprises, au motif que ces dernières se reposent encore bien souvent sur l'analogique pour la téléphonie.

Reste à savoir si ce 100% fibre conduira bien vers l'extinction du cuivre, son corollaire logique. À ce sujet, Orange laissait entendre fin septembre, comme l'avait révélé l'Express que les choses pourraient se révéler plus compliquées que prévu, notamment parce que les autres opérateurs ne seraient pas aussi enclins que lui à migrer vers le tout fibre optique.

« Il est erroné de prétendre qu'il y a des tensions excessives entre les opérateurs au sujet de Palaiseau », a tempéré vendredi Stéphane Richard, tout en admettant que tout n'était pas encore réglé en ce qui concerne le marché de gros. « Il y a un travail, mené avec l'Arcep et les autres opérateurs pour définir les modalités de cette bascule, notamment en termes de calendrier, mais je suis persuadé qu'on trouvera rapidement un accord », a-t-il encore affirmé.

0190000006757482-photo-fleur-pellerin.jpg

« La question n'est pas de savoir s'il y aura extinction du cuivre mais bien de savoir quand et comment », soutient quant à elle Fleur Pellerin. Pour la ministre déléguée à l'économie numérique, le cadre financier et les modalités pratiques de la mutualisation seraient désormais suffisamment clairs pour lever les réticences. Elle y ajoute la promesse de conventions type tripartites, réunissant opérateurs, collectivités locales et Etat. La première du genre sera d'ailleurs signée lundi (28 octobre) à Lille.

« Ces conventions présentent des engagements, et non pas simplement des intentions, avec des éléments précis et une vraie transparence sur le calendrier de déploiement et les modalités de raccordement des clients », vante la ministre. Dans ce contexte, les élus auraient donc leur mot à dire sur le déploiement et les collectivités auraient, surtout, la possibilité de se tourner vers l'Etat en cas de manquement aux engagements de couverture. Pour autant, celui-ci n'exercera pas de mesure coercitive en cas de manquement, pour éviter tout effet « désincitatif ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Orange

scroll top