Le p-dg d'Orange s'inquiète pour les emplois et critique l'Arcep

05 mars 2012 à 11h35
0
A son tour, Stéphane Richard critique les conclusions du régulateur des Télécoms au sujet du réseau Free Mobile. Le p-dg d'Orange s'est dit scandalisé au sujet de la demande de l'Arcep d'alléger les « structures de coûts » des opérateurs.

00FA000002650098-photo-st-phane-richard.jpg
Dans une entrevue accordée aux Echos, Stéphane Richard a confié sa position au sujet de Free Mobile. Le p-dg a expliqué que les effets négatifs de l'arrivée du nouvel opérateur seront contrebalancés par des « recettes significativement plus élevées que le milliard d'euros originel ». Le patron d'Orange estime donc que le contrat d'itinérance passé avec Free lui permettra de générer des revenus substantiels.

Stéphane Richard s'est également déclaré scandalisé par certains propos de Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Arcep au sujet de la concurrence entre opérateurs sur le marché mobile français. Il explique : « Je dois dire que je suis assez scandalisé d'entendre un responsable public, en l'occurrence le président de l'Arcep, appeler ouvertement les opérateurs à tirer les conséquences de l'arrivée du nouvel entrant, en allégeant massivement leurs structures de coûts. Est-ce une invitation à procéder à des licenciements, au moment même où l'on cherche à sauver des emplois industriels partout sur le territoire ? »

Une position dont nous avait déjà fait part Sébastien Crozier, le président des syndicats CFE-CGC et Unsa d'Orange, SFR et Bouygues Telecom. Dans une interview, le responsable nous expliquait que, selon lui, le nœud de « l'affaire Free » réside dans l'emploi crée par le 4ème opérateur. « Outre la question de savoir si les mesures de l'Arcep sont fiables, les problématiques de la création d'emplois et du déploiement des réseaux sont à suivre de très près. A mon sens, il n'y a pas d'autre sujet que celui de l'emploi car si Free n'a pas investi, c'est l'ensemble de la structure des réseaux qui risque de s'écrouler », nous expliquait-t-il.

En attendant de savoir si l'arrivée de Free Mobile aura de réelles conséquences en terme d'emplois, Orange est resté discret sur la politique sociale qu'il compte mener. Toutefois, les opérateurs SFR et Bouygues ont d'ores été déjà annoncé que 2012 serait une année morose. Bouygues Télécom a même expliqué qu'il comptait mener un plan d'économies de l'ordre de 300 millions d'euros. Il n'a par contre, pas précisé s'il comptait procéder à des licenciements.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

AMD sort du capital de GlobalFoundries
Windows 8 : quatre ou huit éditions ?
Google : un brevet pour la manipulation gestuelle des smartphones
Ebuzzing fusionne avec BeeAd, spécialiste de la pub vidéo
La NASA, une cible privilégiée pour les hackers en 2011
<b>Joyeux Noël</b>
Mobile : le navigateur d'Android serait plus populaire qu'Opera
Après Android 5.0 Jelly Bean, Android 6.0 Key Lime Pie ?
L'App Store d'Apple passe les 25 milliards de téléchargements
Atom D2550 : bond des performances pour un prix presque stable
Haut de page