L'UFC-Que choisir lance une action contre Free et ses frais à la restitution de mobile

le 12 mars 2019
 0
Free mobile : pari réussi ?_cropped_547x548

L'association de consommateurs reproche à Free d'avoir facturé des frais illégaux à ses abonnés après la restitution de leurs smartphones. L'opérateur dénonce un coup de communication.

L'UFC-Que-Choisir entame un nouveau bras de fer avec Free. Après avoir fait mettre en demeure l'opérateur sur les conditions tarifaires de l'abonnement Freebox Delta, l'association de consommateurs s'en prend cette fois aux conditions de retour des smartphones proposés à la location.

Des frais appliqués sans justification de la part de Free


Selon ses constatations, Free facturerait des frais jugés illégaux à la restitution des appareils. « Bien qu'étant en mesure de prouver le renvoi du terminal en bon état, un grand nombre d'abonnés se sont vu facturer, sans alerte préalable, des frais (100, 200, 250 euros), pour "non-restitution du téléphone" ou portable rendu en "mauvais état" », indique l'UFC-Que-Choisir dans un communiqué.

L'opérateur abuserait de son droit à facturer un client sur la base de conditions générales considérées par l'association comme « imprécises ». C'est pour cette raison qu'elle a assigné Free devant le tribunal de grande instance de Paris.

L'UFC-Que-Choisir a porté devant la justice le cas de neuf clients qui auraient été facturés malgré les preuves de restitution de leur smartphone. L'organisme de défense des consommateurs propose d'ailleurs un formulaire en ligne pour les clients désirant se joindre à l'action de groupe.

L'opérateur conteste et estime qu'UFC-Que-Choisir se fait de la pub à peu de frais


Free conteste l'action en justice, insistant sur le fait que « jamais avant cette assignation l'UFC n'a fait part de ces neuf cas d'abonnés à Free Mobile » et que le faible nombre de cas litigieux présentés n'est pas représentatif des pratiques globales de l'opérateur. Pour lui, les frais de non-restitution appliqués sont la conséquence du mauvais état de fonctionnement dans lesquels les appareils sont retournés après la période d'engagement.

L'opérateur estime que l'association de consommateurs cherche « avant tout l'opportunité de faire une nouvelle procédure afin de faire sa propre communication, plutôt que de s'occuper des vrais problèmes des Français ».

Le tribunal de grande instance de Paris a désormais tous les éléments en main pour rendre son verdict dans plusieurs mois.

Source : Frandroid

Modifié le 13/03/2019 à 11h42
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
Lenovo a confirmé la prise de photos à 100 mégapixels sur le Z6 Pro
Les Freebox Delta, Revolution et Mini 4K s'offrent une mise à jour
La NASA publie une vidéo montrant comment des souris réagissent à la microgravité
Withings permet à la Body Cardio de calculer votre vitesse d'onde de pouls
Nintendo s'apprêterait à lancer une version plus petite et moins chère de la Switch
Iliad (Free) prépare une annonce sur sa stratégie fixe et mobile le 7 mai
L'épisode 1 de la dernière saison de Game of Thrones piraté 54 millions de fois en 24h
Les Britanniques devront bientôt prouver leur âge pour accéder aux sites pornos
Le Samsung Galaxy Fold accuse de graves problèmes d’écran le rendant inutilisable
Ubisoft propose Assassin's Creed Unity en téléchargement gratuit sur PC pendant une semaine
HBO annonce l'arrivée de la saison 3 de Westworld en 2020
L'Union européenne observe de très près les pratiques fiscales de Google en Irlande
scroll top