Google : des ordinateurs prédisent quand vous tomberez malade

Par Emilia CAPITAINE
le 19 mai 2017
 0
Google est en train de développer un outil qui prédit si des patients hospitalisés risquent de développer une maladie mortelle ou d'être à nouveau admis à l'hôpital.

Des prévisions qui sont rendues possibles grâces aux données personnelles extraites de millions de dossiers médicaux, communiquées par les hôpitaux à Google.

Google Brain : le nouveau service de Google dédié à la santé



Google mettrait au point un outil capable de déterminer si et quand nous tomberons malades. Le géant américain applique son expertise en matière d'apprentissage automatique, initialement développé pour des produits à destination des utilisateurs, comme Translate et Image Search, au domaine de la santé. Pour cela, Google a travaillé avec plusieurs grands hôpitaux américains (Stanford Medicine, UC San Francisco, The University of Chicago Medicine), qui ont extrait des données personnelles de millions de dossiers médicaux et les ont partagées avec l'équipe de recherche de Google, Google Brain.

"Nous pouvons améliorer les prévisions des problèmes de santé qui risquent de vous arriver" a déclaré Katherine Chou, chef de produit à Google Brain, dans une interview à CNBC. "Nous avons validé les données et les résultats sont prometteurs" poursuit-elle. Mais ces résultats ne seront pas dévoilés avant qu'un processus formel de vérification soit engagé.

01F4000008663154-photo-sante-connectee-medecin-internet.jpg


Une initiative pour améliorer la santé



Alors que les hôpitaux subissent une pression de plus en plus grande pour maintenir les patients en bonne santé et réduire l'affluence dans les services d'urgence, de plus en plus d'entreprises de la Silicon Valley se saisissent des données de santé des hôpitaux pour les aider à prendre des mesures proactives, pour que les patients restent en bonne santé. Par exemple, des ordinateurs seront bientôt capables de calculer la probabilité que certains patients développent une maladie potentiellement mortelle, comme la septicémie, ou soient de nouveau hospitalisés après avoir quitté l'hôpital.

L'outil de Google peut s'avérer particulièrement utile pour certaines spécialités, comme la radiologie ou la biologie, où les médecins croulent sous les informations et n'ont pas assez de temps pour les traiter. Car si la plupart des hôpitaux disposent de nombreuses informations (données médicales, rapports d'admission, antécédents médicaux, diagnostics, résultats des tests de laboratoires etc.), ils n'ont ni le temps, ni les moyens de les exploiter pour faire des prédictions sur le devenir des patients. C'est la raison pour laquelle le projet de Google trouve grâce aux yeux de nombreux médecins, comme Atuel Butte, qui dirige l'Institute for Computational Health Sciences de l'UC San Francisco, selon lequel "il ne s'agit pas d'un projet de recherche, mais d'une collaboration scientifique pour améliorer la qualité des soins pour les patients".


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
scroll top