Google : des ordinateurs prédisent quand vous tomberez malade

Emilia CAPITAINE
19 mai 2017 à 14h15
0
Google est en train de développer un outil qui prédit si des patients hospitalisés risquent de développer une maladie mortelle ou d'être à nouveau admis à l'hôpital.

Des prévisions qui sont rendues possibles grâces aux données personnelles extraites de millions de dossiers médicaux, communiquées par les hôpitaux à Google.

Google Brain : le nouveau service de Google dédié à la santé



Google mettrait au point un outil capable de déterminer si et quand nous tomberons malades. Le géant américain applique son expertise en matière d'apprentissage automatique, initialement développé pour des produits à destination des utilisateurs, comme Translate et Image Search, au domaine de la santé. Pour cela, Google a travaillé avec plusieurs grands hôpitaux américains (Stanford Medicine, UC San Francisco, The University of Chicago Medicine), qui ont extrait des données personnelles de millions de dossiers médicaux et les ont partagées avec l'équipe de recherche de Google, Google Brain.

"Nous pouvons améliorer les prévisions des problèmes de santé qui risquent de vous arriver" a déclaré Katherine Chou, chef de produit à Google Brain, dans une interview à CNBC. "Nous avons validé les données et les résultats sont prometteurs" poursuit-elle. Mais ces résultats ne seront pas dévoilés avant qu'un processus formel de vérification soit engagé.

01F4000008663154-photo-sante-connectee-medecin-internet.jpg


Une initiative pour améliorer la santé



Alors que les hôpitaux subissent une pression de plus en plus grande pour maintenir les patients en bonne santé et réduire l'affluence dans les services d'urgence, de plus en plus d'entreprises de la Silicon Valley se saisissent des données de santé des hôpitaux pour les aider à prendre des mesures proactives, pour que les patients restent en bonne santé. Par exemple, des ordinateurs seront bientôt capables de calculer la probabilité que certains patients développent une maladie potentiellement mortelle, comme la septicémie, ou soient de nouveau hospitalisés après avoir quitté l'hôpital.

L'outil de Google peut s'avérer particulièrement utile pour certaines spécialités, comme la radiologie ou la biologie, où les médecins croulent sous les informations et n'ont pas assez de temps pour les traiter. Car si la plupart des hôpitaux disposent de nombreuses informations (données médicales, rapports d'admission, antécédents médicaux, diagnostics, résultats des tests de laboratoires etc.), ils n'ont ni le temps, ni les moyens de les exploiter pour faire des prédictions sur le devenir des patients. C'est la raison pour laquelle le projet de Google trouve grâce aux yeux de nombreux médecins, comme Atuel Butte, qui dirige l'Institute for Computational Health Sciences de l'UC San Francisco, selon lequel "il ne s'agit pas d'un projet de recherche, mais d'une collaboration scientifique pour améliorer la qualité des soins pour les patients".


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Surprise : les GAFA jugent la taxe GAFA
Drako GTE : la nouvelle hypercar électrique aux 1200 chevaux a été dévoilée
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top