WiFi : accusations de censure politique à la mairie de Puteaux

Par
Le 21 octobre 2013
 0
Un opposant démocrate à la maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi Raynaud, accuse la municipalité d'avoir procédé au blocage de son blog sur le réseau WiFi de la municipalité. Cette dernière parle pour le moment de « dysfonctionnements ».

0104000006738664-photo-monputeaux-com.jpg
À six mois des municipales, l'ambiance est déjà particulièrement tendue à la mairie de Puteaux. Pour cause, Christophe Grébert, opposant démocrate à la maire UMP de la ville, Joëlle Ceccaldi Raynaud, en poste depuis 9 ans, accuse son adversaire de censure sur Internet.

Dans une vidéo postée sur YouTube, l'homme affirme que la mairie censure son blog via le réseau WiFi déployé dans les établissements municipaux. Christophe Grébert montre en revanche, et à titre d'exemple, un accès maintenu au célèbre blog de maître Éolas ou encore à un blog lié à l'UMP.

Interrogée par la rédaction, la mairie nie « toute volonté d'obstruer l'accès » au blog de Christophe Grébert. Ce matin, elle avait avancé auprès de nos confrères de PC Inpact l'hypothèse d'une panne électrique ayant bloqué l'accès à certains sites.

Ce soir, elle se montrait moins certaine des causes de ce blocage. Concédant ne pas avoir connaissance des raisons exactes, le cabinet de Joëlle Ceccaldi Raynaud se contente désormais d'évoquer « une série de dysfonctionnements sur le réseau WiFi public, notamment dans la médiathèque » ainsi qu'au Palais du conservatoire. Ces derniers auraient empêché d'accéder au blog en question, mais aussi à certains services de Google, comme Gmail.

« Monsieur Grébert n'a pris la peine de consulter les postes mis à disposition dans les locaux municipaux pour s'apercevoir que son blog était disponible depuis le réseau fixe », ajoute la municipalité. Ce que l'homme politique conteste sur son blog, affirmant avoir mené des tests à partir de plusieurs bornes d'accès les deux semaines ayant précédé la publication de la vidéo, avec le même résultat. La mairie s'en défend, assurant par ailleurs que les dysfonctionnements avaient été réglés.

« Tout a sauté »

La municipalité évoque ensuite des problèmes avec le pare-feu déployé sur le réseau vendredi, ce qui pourrait selon elle expliquer les désagréments subis par monsieur Grébert. Elle rappelle toutefois que des incidents électriques ont été constatés. « Des coupures électriques courtes mais brusques ont tout fait sauter vendredi, qu'il s'agisse des serveurs ou des sessions permettant de se connecter ».

S'agissant de la politique de blocage déployé sur le réseau, le cabinet de la mairie rappelle l'interdiction d'accès à certains sites à caractère offensant, de type pornographique notamment. « Il s'agit d'un réseau gratuit, mis à disposition de tous par la municipalité. Nous avons bien instauré une charte de bonne utilisation du réseau. En tant que municipalité, nous ne souhaitons pas que des personnes, de jeune âge particulièrement, soient choquées par les contenus consultés sur celui-ci ».

La rédaction s'est également tournée vers Sophos, l'éditeur de solutions de sécurité qui travaille avec la mairie de Puteaux pour gérer son réseau WiFi. En effet, la vidéo montre que le blocage du blog de Christophe Grébert renvoie vers le message suivant : « requête bloquée, violation des politiques de sécurité ». Sur ce point, l'éditeur estime ne pas être en mesure de commenter ce sujet de manière pertinente. Et de rappeler : « Nous permettons également le filtrage selon des catégories (de type alcool, sexe, drogue, racisme, armes ...) ou sur des URLs définies par nos clients. Nous n'exerçons aucun contrôle sur les politiques mises en place par nos clients ».

Les bisbilles entre Joëlle Ceccaldi Raynaud et Christophe Grébert ne datent pas d'aujourd'hui. À plusieurs reprises, ce dernier a vivement dénoncé les agissements de sa concurrente politique. Dans son dernier post, l'homme l'accuse une nouvelle fois d'avoir fait racheter tous les exemplaires du Canard Enchaîné disponibles dans sa ville alors que l'hebdomadaire l'accusait de malversations, en 2011.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Technologies et politique

scroll top