E-G8 : Nicolas Sarkozy défend sa vision d'un Internet "responsable"

le 24 mai 2011 à 10h45
0
Instigatrice de l'évènement, la présidence française se devait d'ouvrir ce premier « e-G8 Forum », qui réunira pendant deux jours à Paris personnalités du Web mondial, politiques et journalistes. A la tribune, Nicolas Sarkozy a livré non sans lyrisme sa vision d'un Web responsable, avec un argumentaire qui indirectement semble vouloir légitimer les deux dernières actions françaises en matière de réglementation d'Internet.

Internet, terre de tous les possibles, et donc de tous les dangers si rien n'est fait ? Peut-être est-ce en substance ce qu'il faudra retenir du discours prononcé par Nicolas Sarkozy pour l'ouverture du e-G8 Forum, dont les conclusions devraient être présentées au G8 en fin de semaine. Après avoir loué la puissance créatrice des nombreux entrepreneurs présents dans la salle, le président de la République a insisté sur la nécessité de responsabiliser cet écosystème mouvant, auteur d'une « troisième révolution » en marche.

04289732-photo-nicolas-sarkozy-eg8.jpg

Vous avez changé le monde avec l'imagination de l'inventeur et l'audace de l'entrepreneur, a lancé Nicolas Sarkozy, invoquant une modification profonde des notions mêmes d'espace, de temps, de connaissance et de perception de l'Histoire, mais aussi un « vecteur d'une puissance inédite » pour la liberté d'expression.

Après l'emphase vient la raison. « Votre action se lit donc à l'échelle de l'Histoire et s'inscrit dans une dynamique de civilisation », a ensuite embrayé le chef de l'Etat.

« Nous (chefs d'Etats, ndr) devons accompagner une révolution qui est née au coeur de la société civile pour la société civile et qui a un impact direct sur la vie des Etats. Car si la technologie est neutre et doit le rester, on voit bien que les usages d'Internet ne le sont pas. Aujourd'hui, penser Internet relève d'une véritable responsabilité historique et cette responsabilité ne peut être que partagée ».

Responsabilité, le mot est d'importance. La suite du discours de Nicolas Sarkozy n'aura de cesse de souligner cette notion, insistant, « même si je sais que le mot n'est pas apprécié chez vous », sur l'importance des valeurs et des règles, « afin de ne pas laisser la révolution que vous avez lancée véhiculer le mal, sans entrave ni retenue » .

« La transparence totale, celle qui ne laisse jamais l'Homme en repos, se heurte tôt ou tard au principe même de liberté individuelle », ajoute-t-il avant d'évoquer la protection de l'enfance, la défense du droit d'auteur, ou la sauvegarde de la puissance créatrice des artistes, légitimant de ce fait, bien qu'elles ne soient jamais nommées, les lois Loppsi et Hadopi.

« Les Etats souhaitent engager avec vous un dialogue pour qu'une voie équilibrée puisse un jour être trouvée entre vos intérêts, ceux des internautes qui vous plébiscitent chaque jour et ceiux enfin des citoyens et contribuables de chaque Notion qui ont aussi des droits. », a finalement invité le président de la République.

La France, tête de pont d'une régulation plus stricte d'Internet ? Bien que ce dans son discours sous-tendu par de constantes allusions à l'Histoire, Nicolas Sarkozy ait insisté à de nombreuses reprises sur cette nécessaire « responsabilité » des acteurs du Web, il s'en défend. « Certains m'ont dit : ils vont penser que tu veux les contrôler. Il va de soi que cela n'a pa de sens », a-til argué lors d'une brève séance de questions réponses. « Est-ce qu'évoquer la question de la sécurité face au au terrorisme, c'est vous nuire ? Est ce que vous dire que vous êtes des créateurs et que ce que vous avez créé doit être respecté, c'est vous nuire ? (...) Moi je ne crois pas. Ce qui saurait vous nuire, c'est de ne pas reconnaitre en vous des citoyens responsables ».

Cette responsabilité passerait donc par la mise en place d'un effort coordonné entre Etats et entreprises privées, afin d'établir les garde-fous nécessaires à la protection des libertés fondamentales, sans tomber dans les travers d'une « réglementation définitive », qui ne serait pas adaptée au numérique. « Personne ne peut contrôler Internet », conclura le président. Ce qui ne doit pas empêcher d'essayer.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
Une nouvelle version de Snapchat pour Android et plus d'utilisateurs au 1er trimestre 2019
Le OnePlus 7 Pro coûterait 749€ dans sa version 8 Go
Apple AirPods : la 3ème génération serait là d'ici la fin d'année
Sans surprise, le Galaxy Fold obtient un joli 2/10 sur iFixit
Lisbonne accueille l'eCar Show 2019, un salon dédié aux véhicules électriques et hybrides
Minecraft 1.11.0 : la mise à jour
Le sismomètre français d'InSight enregistre des tremblements de terre sur Mars
Google Chrome : comment forcer le dark mode sur Windows 10 ?
Google Assistant supporte enfin l'arabe sur smartphone
Amazon et Casino étendent leur partenariat avec 1 000 Lockers supplémentaires
Kodi 19 : nom de code Matrix
scroll top