Le G7 annonce un accord historique sur la taxation des multinationales (et des GAFAM)

Bruno Le Maire - Cédric O © Twitter @BrunoLeMaire
Crédit : Twitter @BrunoLeMaire

Les GAFAM et l'ensemble des multinationales vont peut-être devoir accepter d'être soumises à une nouvelle législation fiscale internationale. Le G7 a validé l'idée d'une taxation d'au moins 15 %, le G20 doit se prononcer le mois prochain.

Les membres du G7 Finance sont parvenus à un accord pour taxer à hauteur d'au moins 15 % les revenus des sociétés dans le monde entier.

Les GAFAM particulièrement visés

Les pays impliqués (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Japon, États-Unis, Canada) se sont tous félicités de cette entente, qui doit servir de base à une réforme mondiale de la fiscalité adaptée à l’ère numérique, précise Rishi Sunak, qui présidait le sommet.

Le chancelier de l'Échiquier (nom donné au ministre chargé des finances et du trésor au Royaume-Uni), évoque un « accord historique ». Tout comme Bruno Le Maire, qui représentait la France, et qui salue le résultat de « quatre ans de combat ».

Les discussions ont pu s'accélérer grâce au changement de gouvernance aux États-Unis. Joe Biden a soutenu le projet, alors que les Américains s'étaient jusqu'ici toujours opposés à l'instauration d'un impôt minimum mondial. Janet Yellen, secrétaire américaine au Trésor, a déclaré que la réforme devait « apporter de la justice pour la classe moyenne et les travailleurs aux États-Unis et à travers le monde ».

Le G20 doit valider la réforme fiscale

En Allemagne, le ministre des Finances Olaf Scholz se réjouit également de ce qu'il considère être « une très bonne nouvelle pour la justice et la solidarité fiscales, et une mauvaise nouvelle pour les paradis fiscaux du monde entier ».

Mais le chemin à parcourir est encore long. À ce jour, cet accord est d'ordre symbolique. Le projet va être présenté au G20 lors d'une réunion qui doit se tenir à Venise au mois de juillet. Si un accord concret est trouvé entre les 20, la réforme sera alors en bonne voie.

Le taux de 15 % est considéré comme un minimum et un point de départ par la France. Les États-Unis avaient auparavant proposé une taxation à 21 %, qui n'est pour l'instant pas retenue. À titre d'exemple, sachez que le taux d'imposition des sociétés en Irlande, considéré comme un paradis fiscal européen, s'élève à 12,5 %.

Source : New York Times

Modifié le 07/06/2021 à 09h46
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
47
29
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Tesla détient le cinquième supercalculateur le plus puissant au monde, destiné à former l'IA à la conduite
Les députés de La France Insoumise veulent mettre fin à l'HADOPI
OnlyFans cherche un milliard de dollars et s'éloigne des contenus sexuels
La Ligue des droits de l'Homme dépose une plainte contre Uber auprès de la CNIL
Google : l'Europe va ouvrir une enquête sur sa très lucrative activité de publicité en ligne
1,2 million d'entrées dérobées sur Pôle Emploi : finalement, le hacker aurait renoncé à les mettre en vente par
Apple Private Relay n'est pas destiné à remplacer votre VPN
Qu'est-ce que le Request To Pay, ce standard européen de paiement qui entre en vigueur aujourd'hui même ?
La Ligue 1 sur Amazon sur la période 2021-2024, Canal+, vexé, jette l'éponge !
Les députés ont voté ! Les smartphones reconditionnés seront bien frappés de la redevance copie privée
Haut de page