La CNIL publie sa première recommandation concernant les traceurs en ligne

16 janvier 2020 à 12h05
0
Cnil logo

La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) a publié la première version de ses recommandations concernant l'utilisation de cookies et autres traceurs en ligne. Issues d'une concertation initiée par l'organisme à l'automne 2019, elles ont pour but de guider les entreprises et autres professionnels du marketing à comprendre le recueil et le respect du consentement d'un utilisateur.

Ces premières recommandations sont encore à l'état de projet : elles font actuellement l'objet d'une consultation publique jusqu'au 25 février 2020. La CNIL préparera ensuite la version définitive de son texte.

Une initiative pour les particuliers comme les professionnels

La recommandation fait partie des lignes directrices définies en juillet 2019 par la CNIL, qui a lancé un plan d'action sur le ciblage publicitaire. Pour l'organisme, il s'agit de répondre à une demande des particuliers comme des professionnels.

Des particuliers, la CNIL dit avoir enregistré « de nombreuses plaintes individuelles et collectives », notamment via Privacy International et La Quadrature du net. Des professionnels, la Commission affirme : « Ils ont notamment fait part d'un besoin de recommandations pratiques, en matière d'information des internautes, sur la manière de concilier les exigences de clarté et de concision, d'une part, avec la nécessité de délivrer une information complète, d'autre part ».

L'évolution du cadre juridique et la mise en place du RGPD, le texte portant sur la protection des données personnelles, est la troisième raison invoquée par la CNIL. L'organisme ajoute : « Les professionnels du secteur du marketing en ligne cherchent aussi à mieux comprendre leurs obligations issues du RGPD ».

La mauvaise réputation des traceurs

Le contenu de la recommandation est consultable ici. En l'état, le texte renforce le besoin de consentement, qui « doit se manifester par un acte positif clair de l'utilisateur ». Il est précisé : « En l'absence de toute manifestation de choix (ni acceptation, ni refus), aucun traceur nécessitant le consentement ne devrait être déposé ».

La CNIL souligne aussi ici la nature des traceurs concernés par cette notion de consentement. Par exemple, les traceurs destinés à l'authentification auprès d'un service peuvent ne pas nécessiter de consentement clairement énoncé. En revanche, le consentement ne doit pas être définitif, et l'utilisateur doit pouvoir revenir sur sa décision à tout moment : la CNIL affirme en s'appuyant sur un sondage IFOP réalisé auprès de 1 000 personnes que celles-ci « souhaitent que la demande de consentement soit renouvelée à intervalle régulier (3/4 des personnes souhaitent qu'une nouvelle demande de consentement soit faite tous les trois mois) ».

Le texte pourrait ainsi améliorer la réputation des traceurs, jugés jusqu'à présent peu transparents. Actuellement, 70 % des sondés estiment indispensable de demander leur accord avant d'utiliser leurs données de navigation via des cookies. Neuf personnes interrogées sur dix souhaitent savoir quelles sont les entreprises susceptibles de suivre leur navigation.

Source : CNIL
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
Le nouveau navigateur Microsoft Edge basé sur Chromium est dispo au téléchargement
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Sony prévoit de sortir Horizon Zero Dawn sur PC

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top