Sony WH-1000Xm4 : le retour du roi de la réduction de bruit

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
06 août 2020 à 18h20
14

Quiconque s'intéresse aux casques à réduction de bruit connait la série WH-1000X de Sony. Challenger, puis égal de Bose, Sony a construit, en seulement trois modèles, ce que beaucoup considèrent comme le meilleur casque à réduction de bruit, concrétisé avec le WH-1000Xm3.

Deux ans plus tard la concurrence s'est aiguisée, et à défaut d'être dépassé, le Sony n'a plus la même position dominante qu'à la sortie de son modèle phare. L'occasion pour le constructeur de sortir une nouveauté des cartons : le WH-1000Xm4, dont les informations ont déjà bien fuité ces jours-ci.

Une forme (presque) inchangée

S'il y a un bien un point que la marque n'a pas voulu modifier, c'est le design. Ainsi, le Sony WH-1000Xm4 ressemble trait pour trait à son aîné. Même forme générale, même structure pliable et pivotante, mêmes déclinaisons (noir ou crème). Sony affirme toutefois que le plastique de
la structure est nouveau, et plus léger, et que les coussinets ont également été retravaillés pour encore mieux répartir la pression et réduire les irritations possibles (en camouflant mieux les coutures).

Ne cherchez pas, il est presque impossible de différencier ce WH-1000Xm4 du 1000Xm3

Le constructeur a même conservé le port Jack 3,5 mm, histoire de ne pas se mettre les audiophiles à dos. Le casque sera donc utilisable en filaire, actif ou passif. La prise de recharge reste en USB-C, ce qui est tout sauf une surprise. Côté poids, nous atteignons un petit 254 g (255 g pour le Xm3), une performance au regard de l'électronique interne un peu plus conséquente.

Autre non-changement apparent, l'utilisation de transducteurs de 40 mm de diamètre avec membrane en aluminium. Difficile de savoir si le son sera le même, à savoir plutôt basseux bien que relativement technique, mais cela semble assez logique. La réponse en fréquence est ici annoncée à 4 Hz – 40 kHz, un chiffre principalement écrit pour respecter les labels Hi-Res et Hi-Res Wireless apposés au casque.

Les commandes ne subissent pas non plus de révolution, puisque la surface tactile de la coque droite demeure (on l'espère plus réactive), et la tranche gauche intègre toujours le bouton marche/arrêt/niveau de batterie/appairage. Seul petit changement notable : le précédent bouton NC/Ambiant s’appelle à présent Custom, ce qui dévoile déjà les possibilités du casque.

Enfin, la marque réutilise comme base la puce QN1 (gestion de la réduction de bruit, des micros et du traitement sonore), introduite avec le Xm3 et réutilisée sur des modèles tels que les True Wireless WF-1000Xm3.

Bouton Custom, au possibilités bien plus ouvertes que l'ancien NC/Ambiant

Le gros du changement se trouve en réalité ailleurs, à savoir sur les petites avancées technologiques, bien camouflées dans les entrailles de ce casque mais qui pourraient pourtant bien faire la différence.

Ces modification le font se rapprocher d'un objet connecté, plus que d'un simple casque.

Un casque 100% adaptatif

Premier changement, celui de la promesse d'une réduction de bruit encore améliorée. Sony a en effet poussé la puce QN1 dans ses retranchements, en ajustant ses mesures plus de 700 fois par seconde. Cela se répercute non pas dans la réduction des basses fréquences (déjà impressionnante), mais davantage sur les voix et les hautes-fréquences, ce qui était effectivement l'un des points encore améliorable du modèle précédent.

graphique assez clair sur les prétentions de SOny par rapport au précédent casque. Une meilleur isolation à partir des bas-médiums

Le son n'est pas non plus oublié, avec l'adoption d'une nouvelle version de traitement sonore DSEE, appelée cette fois-ci DSEE Extreme. Pas forcément très clair, cet algorithme est une sorte d'upsampling du signal, s'adaptant notamment à la dynamique du fichier pour en améliorer l'écoute. Cette amélioration, disponible sur l'application dédié Headphones Connect, sera activable et désactivable.

Comparaison entre l'ancien et le nouveau DSEE. Concept un peu brumeux qui serait ici capable de récupérer les pertes dans les hautes fréquences

Le casque va également reprendre sa compatibilité avec le système sonore Reality 360 de Sony.

Après ces premières améliorations, Sony passe aux choses sérieuses en basculant le casque dans une approche « intelligente », la marque décrivant le casque comme un « Brain Assisted Headphones ».

Le WH-1000Xm4 sera par exemple capable de reconnaître la voix de l'utilisateur, afin de baisser le volume musical et déclencher le mode ambiant (retour sonore des sons atténués par l'isolation passive) lorsque
celui-ci parlera. Un moyen de remplacer partiellement le système de main sur la coque (assez peu réactif) des dernières versions, même si ce dernier reste présent. Cette fonction est appelée Speak-To-Chat.

Pour aller de pair avec cette dernière, Sony propose d'adapter son système de réduction de bruit suivant le lieu, à la fois via la géolocalisation, mais également en reconnaissant telle ou telle situation.

Cela permettra par exemple de ne pas trop couper les voix dans une gare ou un aéroport, pour laisser passer une annonce vocale. Dans un métro bien bruyant ou un avion, le modèle pourra régler tous les potards de réduction de bruit à fond. Dans un lieu calme, il pourra laisser passer certaines fréquences permettant de conserver une certaine attention.

En bref, Sony propose une approche assez englobante et automatisée de la réduction de bruit, allant beaucoup plus loin que la concurrence, du moins sur le papier. Ces avancées se font en partie grâce à l'adoption d'une sorte de réseau neuronal sur le casque.

Autre nouveauté, la présence dans les coques de capteurs de proximité,
permettant de couper ou relancer la lecture en enlevant et en remettant le
casque. Une fonctionnalité loin d'être nouvelle mais que pas mal d'utilisateurs réclamaient.

Même accessoire. Une petite housse de rangement rigide, un câble Jack assez épais, un câble USB-C, et un adaptateur avion

Seconde demande enfin exaucée, la présence d'une connexion en multipoints. Ainsi, le Sony WH-1000Xm4 pourra se connecter en profil audio à deux produits à la fois, lui permettant de jongler facilement d'un flux à l'autre, sans se déconnecter.

Propulsé par une puce Bluetooth 5, le casque fait ici une légère machine arrière sur la plan des codecs, puisqu'il intègre le SBC, AAC et le LDAC seulement. Ainsi, plus de AptX et AptX HD, Sony s'émancipe de plus en plus de la marque Qualcomm. Une régression pas bien grave, puisque le AAC reste le moins énergivore, et le LDAC (en 990kbs) le plus qualitatif. Mais tout de même.

L'autonomie ne fait pas un bon de géant, mais reste dans l'excellence, en annonçant 30 heures en Bluetooth + ANC (sans doute via codec AAC), et 38 heures en Bluetooth sans ANC. Ajoutez à cela un mode recharge rapide, permettant de bénéficier de 5 heures de lecture après 10 minutes de charge.

Comme tout bon casque connecté, le Sony WH-1000Xm4 est compatible avec les assistants Google et Alexa.

Si le WH-1000Xm4 reste très intéressant de prime-abord, il faudra vérifier nombre de ses points clés. La réduction de bruit, le son, la qualité des microphones (gros point faible du Xm3), mais surtout l'efficacité de ses automatismes.

Sony n'a pas plombé le tarif malgré les diverses technologie embarquées, puisque le casque est disponible dès ce 6 août pour un prix de 380 €.

Source : annonce officielle Sony

Modifié le 06/08/2020 à 20h52
14
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top