Amazon recrute pour surveiller ses syndicats et les activistes

04 septembre 2020 à 10h35
10
Logo Amazon © Amazon

L'entreprise Amazon a été surprise en train de prospecter pour des recrues chargées de surveiller les sujets jugés « menaçant », allant des activistes anti-Amazon aux syndicats travaillant au sein de l'entreprise.

Les conditions de travail étant de plus en plus décriées chez le géant de la vente en ligne, celui-ci a jugé bon de pouvoir identifier les menaces venues de l'intérieur.

Les représentants du personnel perçus comme des menaces

Fin juillet et début septembre, Amazon a mis en ligne deux annonces de recrutement pour des analystes du renseignement pour surveiller les personnes ou groupes de gens pouvant chercher à nuire à l'entreprise.

Les missions de ces postes consistaient en la compilation de rapports de renseignements sur les sujets en question, et en la transmission des dossiers constitués aux équipes juridiques et à la direction de l'entreprise. En d'autres termes, Amazon chercherait à tuer dans l’œuf les nuisances à venir à son encontre.

Selon l'entreprise de Jeff Bezos, les personnes et groupes de personnes pouvant nuire à son bon fonctionnement seraient les groupes d'activistes, qui dénoncent souvent l'impact écologique et social d'Amazon, les dirigeants politiques qui lui sont hostiles, les terroristes, les forces de l'ordre, mais aussi les syndicats.

De quoi renforcer l'image d'une entreprise flirtant avec les limites de la légalité, qu'il s'agisse de conditions de travail, de monopole, ou encore de relations avec différents gouvernements.

Les offres d'emploi ont été retirées

Très souvent attaquée au sujet des conditions de travail mis en place au sein de ses entrepôts, aux antipodes de ce que vante Amazon dans ses publicités, l'entreprise semble donc vouloir museler ses opposants. Le plus étonnant ici est le choix opéré par Amazon de le faire au grand jour, sans passer par des sous-traitants, de façon plus discrète.

Notons que devant le début de tollé suscité par ces annonces, la direction d'Amazon a fait savoir que « l'offre d'emploi n'était pas une description précise du poste » et qu'elle avait été « corrigée depuis ». Lesdites offres ont finalement été totalement retirées.

Dans le radar de nombreuses autorités, il reste probable que l'entreprise recrute tout de même ces analystes, plus discrètement cette fois.

Source : ZDNet

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
12
dredd
Ils en ont tellement rien à foutre qu’ils posent ça là comme ça sans que leur vienne à l’esprit la dinguerie que ça représente. Puis quand ça gueule, à juste titre, ils se disent «&nbsp;ah bon ?, ok, scuse… je retire&nbsp;» tout en se demandant ce qui peut bien faire gueuler ces chialeuses.<br /> Bientôt l’annonce «&nbsp;Cherche personne pouvant éliminer physiquement activistes politiques et syndicaux. Package compétitif avec assurance santé, voiture, munitions et chèques repas&nbsp;».
cwerle
Je me demande ce qui se passe dans la tête de quelqu’un qui accepte un boulot qui consiste à maltraiter ses collègues et participer à des entreprises de licenciement à échéance ?<br /> Je subodore que le profil psychologique est davantage du coté de Hannibal Lecter que l’abbé Pierre
Njbx
Si c’était la SNCF qui les aurait proposés, ça ne m’aurait pas choqué.
nicgrover
Je ne m’inquiète pas, ils trouveront toujours des sbires frustrés avides d’un peu de pouvoir quand il s’agit de nuire aux autres…
newseven
Sûrement une personne qui souhaite le malheur des autres.<br /> Manipulatrice et hypocrite .<br /> Vivre les syndicats .<br /> Mais ce n’est pas tout les syndicats qui sont honnête.<br />
max_971
Les syndicats auraient du postuler, comme ça ils manipulent Amazon de l’intérieur en faisant de la désinformation.
Unicorn220
En France, Amazon fera des économies, car il y aura toujours une personne pour «&nbsp;vendre&nbsp;» un collègue histoire de bien se faire voir et plus si possible.
cyrano66
Mais Qu’est ce qui peut bien leur passer par la tête pour poster des annonces pareilles.<br /> Qu’ils recrutent directement des esclaves<br /> Et des tueurs à gages.<br /> Le DRH est un ancien de la NSA ou quoi ?<br /> Ça en dit long sur les valeurs de cette boîte
philumax
Une c.nnerie : c’est un PDG français.<br /> Un ricain, aurait contacté la mafia… c’est plus simple et ça coûte moins cher.
Sansouci
Sachez que cela a existé en France dans les années 1980 chez Citroën. L’organisation sous Chirac s’appelait L’AOP, elle a beaucoup servie à contrer la CGT dans les années 80 chez Citroën et principalement à Rennes.
cyrano66
Heureusement que le dialogue social a un peu évolué en 40 ans<br /> Mais dans les grands groupes les « taupes de la direction » implantés dans les syndicats c’est plus ou moins implicite.<br /> C’est plus « subtil » qu’une petite annonce.<br /> Rappelez vous aussi de IKEA Qui avait défrayé la chronique il y’a quelques années. Le procès est Toujours en cours<br /> Le Monde.fr – 8 Mar 12<br /> Ikea, accusé de "violations des droits syndicaux" dans de nombreux pays<br /> Alors qu'en France Ikea fait face à des accusations d'espionnage d'employés et de clients, un rapport révèle des<br />
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Promo rentrée : la trottinette électrique Xiaomi Scooter 1S en baisse chez Amazon
Razer annonce la Naga Pro : sans-fil et munie de 3 faces interchangeables FPS, MMO ou MOBA
L'ANSSI a traité 104 ransomwares depuis le début de l'année et alerte sur leur virulence croissante
Le PC portable Gamer Lenovo Legion avec une GTX1660Ti à moins de 800€
Vivo : bientôt un smartphone capable de changer de couleur !
TCL annonce deux tablettes, des écouteurs true wireless et un nouveau type d'écran
Philips présente les premières barres de son certifiées Imax Enhanced
Bon plan pCloud : l'offre de stockage en ligne pCloud Familial à -75%  pour la rentrée
Optoma dévoile le CinemaX P2, un vidéoprojecteur 4K laser avec barre de son intégrée
Un projet de Hyperloop au Canada vise les déplacements à 1000 km/h
Haut de page