Télétravail : travailler loin mais travailler plus ?

Bastien Contreras Contributeur
05 novembre 2019 à 17h38
0
Télétravail

Une étude du ministère du Travail met en évidence les conditions des télétravailleurs en France. Et contrairement à certaines idées reçues, le travail à distance n'offrirait pas nécessairement un rythme professionnel moins soutenu, ni un bien-être particulièrement amélioré.

L'étude réalisée par la direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares), qui dépend du ministère du Travail, s'attarde d'abord à définir le télétravail. Il s'agit d'effectuer à distance, de façon régulière, des tâches qui auraient pu être réalisées depuis un site appartenant à l'entreprise, en ayant recours à des technologies de l'information et de la communication.

Des horaires plus soutenus et décalés

D'après les chiffres publiés, en 2017, 3 % des salariés français déclaraient pratiquer le télétravail au moins un jour par semaine (télétravail régulier), contre 11 % pour les cadres. L'étude s'est alors concentrée sur cette dernière population, pour évaluer l'incidence de ce mode de travail.

Premier enseignement : les télétravailleurs ne travaillent pas moins que leurs collègues de bureau. Au contraire, ils déclarent une durée moyenne de 43 heures par semaine, contre 42,4 heures pour ceux restant dans les locaux de la société. De plus, les « télétravailleurs intensifs » (en télétravail plus de deux jours par semaine) déclarent deux fois plus souvent travailler après 20h et excéder les 50 heures par semaine.


Conséquence de ces horaires décalés : une certaine distance peut s'installer avec le reste de l'équipe. Ainsi, « les cadres télétravailleurs intensifs sont moins souvent aidés que leurs homologues par leur hiérarchie et par leurs collègues pour mener à bien leurs tâches ». Néanmoins, en dehors du cadre strictement professionnel, leurs relations avec les autres collaborateurs de l'entreprise ne semblent pas particulièrement affectées.

Pas en meilleure santé, ni plus satisfaits

Par ailleurs, le télétravail est-il un facteur de meilleure santé au travail ? Pas d'après l'étude, qui relève plutôt un phénomène inverse. En effet, 4 % des cadres télétravailleurs intensifs perçoivent leur état de santé comme mauvais ou très mauvais, contre 1 % chez les non-télétravailleurs. Et ils sont deux fois plus nombreux à « présenter un risque dépressif modéré ou sévère ».

Cependant, l'étude ne permet pas de savoir si le télétravail a joué un rôle dans cette situation ou si, au contraire, c'est l'altération de l'état de santé qui a pu conduire à l'instauration du travail à distance. Le rapport se veut donc prudent : « Aucune relation de cause à effet ne peut donc être établie entre les deux avec ces données ».


Est-ce qu'au moins, le télétravail peut constituer un facteur supplémentaire de satisfaction professionnelle ? Pas de façon évidente, d'après l'étude : « À caractéristiques socio-économiques données, le niveau de satisfaction des cadres en télétravail n'est pas significativement différent de celui de leurs collègues non-télétravailleurs ». Et cet indicateur serait même plus bas chez les télétravailleurs intensifs. Mais, encore une fois, sans pouvoir conclure à un lien de cause à effet.

Source : Dares
Modifié le 06/11/2019 à 08h21
4 réponses
5 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top