Vie privée : l'EFF pointe la mise à jour 4.4.2 d'Android

16 décembre 2013 à 12h50
0
L'Electronic Frontier Foundation, l'organisation indépendante américaine chargée de promouvoir et de défendre la vie privée des internautes, pointe à nouveau les pratiques de Google et notamment une récente mise à jour opérées sur le système Android.

00BE000006951350-photo-android-apps-ops.jpg
En fin de semaine dernière, l'EFF expliquait avoir passé au crible le système Android et notamment les versions 4.3 et 4.4. L'organisation soulignait que les installations d'applications sur l'OS mobile de Google se traduisaient jusqu'à présent par un compromis en terme de vie privée en permettant à l'éditeur d'accéder à certaines données sensibles. « Les utilisateurs n'étaient pas en mesure d'installer une application tout en refusant que cette dernière n'ait accès au carnet d'adresses, ne suive leur position géographique ou ne récupère leur numéro de téléphone ou IMEI. ».

L'EFF ajoutait que depuis Android 4.3 il est possible d'installer un outil baptisé App Ops Launcher afin de contrôler plus finement les permissions et interdire l'accès aux informations personnelles. Décrit comme « une avancée majeure en terme de vie privée sur Android », ce système n'est toutefois plus disponible. Google a effectivement déployé une mise à jour de son OS en version 4.4.2.

01F4000006951340-photo-android-apps-ops.jpg


L'organisation précise que cette nouvelle version rend inopérant App Ops Launcher. Contacté par l'EFF, Google aurait expliqué que cette fonctionnalité, garantissant un meilleur niveau de sécurité, aurait été activée de manière accidentelle et se traduirait par le dysfonctionnement de plusieurs applications. L'EFF estime que cette explication n'est toutefois pas satisfaisante et affirme que Google pourrait tout simplement générer des informations factices avec un carnet d'adresses vide, un faux numéro IMEI ou une position géographique aléatoire lorsque le mobinaute refuse d'autoriser ces accès.

« La disparition d'App Ops est une nouvelle alarmante pour les utilisateurs d'Android », affirme l'EFF, en ajoutant que « les données d'un milliard de personnes sont aspirées » par des applications qui n'en n'ont logiquement pas besoin (papiers peints, lampes torche, jeux...). L'organisation rappelle qu'Apple a corrigé ce problème sur iOS il y a déjà bien longtemps.


Pour aller plus loin
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Kimsufi : le retour de la vengeance des serveurs low cost d'OVH
La NSA peine à quantifier le nombre de documents récupérés par Edward Snowden
Orange couvre en 4G les stations de ski des Alpes
Déchets électroniques : une augmentation du volume qui inquiète l'ONU
D-Link DWR-116 : un routeur 4G pour remplacer l'Internet par satellite
Insolite : quand un Mac Plus de 27 ans se connecte au Web
PHP : SensioLabs lève 5 millions d'euros pour développer Symfony
Gmail, Google Maps et Google Calendar reçoivent une mise à jour sur Android
Dymant lève 1 million d'euros pour son club privé dédié au luxe
Eye-Fi Mobi : disponibles en France et transfert sur PC
Haut de page