Test Xiaomi Mi Band 1S : faut-il mettre plus de 30 euros dans un bracelet connecté ?

Par Aurélien Audy
le 02 décembre 2015 à 17h14
0
Le bracelet connecté Mi Band 1S (ou Pulse) est désormais commercialisé : il se pare cette fois d'un capteur de fréquence cardiaque. En conservant un prix au ras des pâquerettes, le Mi Band 1S pourrait bien faire très mal à la concurrence, à nouveau.

Xiaomi a fait une entrée fracassante sur le marché du wearable : arrivé en juillet 2014 seulement, le chinois s'est accaparé un quart des parts de marché en volume (au premier trimestre 2015), juste derrière le leader Fitbit qui possède un tiers de ces mêmes parts. Cette performance est en grande partie due à son premier Mi Band. Le 1S va-t-il permettre à Xiaomi de s'envoler ?

Présentation du bracelet



Avant toute chose, nous tenons à remercier la boutique Gearbest pour l'envoi rapide du bracelet depuis Hong-Kong, qu'elle commercialise à environ 31 euros.

Le nouveau Mi Band, parfois appelé 1S, parfois Pulse, est très proche de l'ancien modèle. A vrai dire, visuellement, lorsqu'il est porté, on ne voit aucune différence. Le matériau a été changé pour un élastomère moins cassant (un thermoplastique à base de silicone), le même que celui utilisé par Fitbit, supposé éviter les allergies (sans latex, ni caoutchouc). Mais le design est inchangé.

Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail
Le Xiaomi Mi Band 1S en détail

Idem pour le module de mesure, en forme de capsule, dont les dimensions n'ont quasiment pas bougé : pas plus d'un millimètre de différence au maximum, et un demi-gramme plus lourd. Ce minuscule centre névralgique est toujours recouvert d'une plaque d'aluminium, sablée et soulignée par un chanfrein poli. Elle abrite un accéléromètre, un chipset Bluetooth 4.0, une batterie de 45 mAh et un capteur cardiofréquencemètre utilisant la technique de la photopléthysmographie, c'est-à-dire la détermination des battements du cœur moyennant la mesure des variations d'absorption de la lumière verte (émanant des LED du bracelet, côté peau) par le sang.

01A4000008263816-photo-xiaomi-mi-band-pulse-11.jpg
01A4000008264880-photo-mi-band-1s-capteur.jpg

Le capteur de fréquence cardiaque au dos du Mi Band 1S

La capsule intègre aussi trois indicateurs LED en façade, rendues visibles grâce à des micro-perforations dans la plaque d'aluminium. Trois cercles de 1 mm de diamètre sont formés par 91 trous de 0,02 mm, recouverts par un enduit de protection pour empêcher des corps étrangers d'y pénétrer. Car le produit est toujours étanche, en catégorie IP67. Rien ne dépasse, sauf les deux connecteurs métalliques à une des extrémités, servant à recharger la batterie via le câble propriétaire (identique à celui de la génération précédente). L'autonomie de 30 jours sur le Mi Band de base « tombe » ici à 20 jours, ce qui reste encore bien au-dessus de la moyenne des bracelets dotés d'un capteur cardiaque, dont l'autonomie tourne autour de la semaine.

035C000008263826-photo-xiaomi-mi-band-pulse-16.jpg

Les LED en façade sont visibles grâce aux micro-perforations dans la plaque d'aluminium

Ce niveau de finition a de quoi surprendre pour un produit qui vaut une trentaine d'euros. Le Mi Band 1S n'a clairement pas à rougir face à ses rivaux, vendus au bas mot trois fois ce prix ! Mais est-il un bracelet fonctionnel ? Sur le papier, il a de quoi allécher puisqu'il promet de :

  • suivre l'activité quotidienne (nombre de pas, distance, calories) ;
  • mesurer le rythme cardiaque ;
  • mesurer une course à pieds ;
  • surveiller le sommeil ;
  • proposer une alarme silencieuse par vibration ;
  • relayer les notifications du smartphone ;
  • servir à déverrouiller le smartphone ;
  • vibrer pour être retrouvé.
Modifié le 15/03/2019 à 14h27
Mots-clés : Wearables
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Revolut travaille sur des coffres collaboratifs, à défaut de proposer des comptes communs
COMPUTEX 2019 - NVIDIA : comment suivre la conférence en direct ?
Groupy arrive sur Steam, pour grouper vos logiciels par onglets
En France, un quart des internautes regarderaient la TV en direct via un service illégal
Amazon a le soutien de ses actionnaires pour vendre sa reconnaissance faciale à l’État
Énergies du futur : la Chine commence à parier sur l'hydrogène
COMPUTEX 2019 - AMD : comment suivre la conférence en direct ?
Amazon : la gamification pour rendre le travail en entrepôt
Sophie Viger (école 42) :
La Chine dévoile un prototype de train à sustentation magnétique circulant à 600 km/h
scroll top