Test Huawei MateView : un format 3:2 pour un moniteur idéal comme outil de travail

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
18 novembre 2021 à 18h04
8
Huawei MateView © Huawei
© Huawei

Avec son MateView, Huawei veut taper un grand coup dans la fourmilière ! Comment ? En faisant un pas de côté vis-à-vis de la concurrence avec un moniteur original et unique en son genre. Au programme, le format 3:2 - rare et très apprécié - des MateBook, une dalle 4K (UHD+) de 28,2", un design soigné qui rappelle Apple, et pas mal de fonctionnalités pour faire la différence.

Huawei MateView
  • Idéal pour travailler au quotidien
  • Colorimétrie fidèle en SDR comme en HDR
  • Affichage généreux avec format 3:2 et UHD+
  • Barre tactile pratique et réussie
  • USB-C jusqu'à 65 W
  • Design et finitions
  • Ergonomie limitée
  • Projection sans fil bancale
  • Quelques sauts d'image dans certains cas
  • Options limitées avec l'OSD

Huawei diversifie ses activités avec une nouvelle offre en matière de moniteurs. Après avoir passé en revue l’écran gaming ultrawide Huawei MateView GT et son excellent rapport qualité/prix, c’est au tour du MateView “tout court” de passer entre nos mains.

La proposition du Huawei est pour le moins originale, dans le sens où elle est encore peu commune sur le marché. Qu’il s’agisse du format de l’écran, de son design, ou bien de ses fonctions connectées et autres caractéristiques, le MateView compte séduire en premier lieu ceux pour qui le moniteur est un outil de travail essentiel. À un tarif qui avoisine les 700 €, Huawei positionne son MateView sur un segment où l’on s’attend à peu de concessions, ce test aura donc pour but de savoir si l’investissement est pertinent, notamment dans un objectif de productivité et de confort de travail.

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate , une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Le test d’un écran demande un protocole et des outils spécifiques pour être mené à bien. Aujourd’hui, on vous en dit un peu plus sur la façon dont nous les passons en revue chez Clubic.
Lire la suite

Prix et disponibilité

Le modèle présenté dans ce test est commercialisé au tarif de 699 €. Il s’agit de la version qui inclut les technologies sans fil, de connectivité inter-appareils et de projection sans fil, son nom de code est Huawei MateView HSN-CBA.

Via son site web, Huawei propose une alternative à ce modèle, une version dénuée des fonctionnalités de connectivité sans-fil, cette fois-ci vendue « seulement » 499 €. Une bonne chose pour ceux qui souhaiteraient profiter du format 3:2, sans avoir à trop débourser pour des options dispensables en fonction des besoins.

Fiche technique Huawei MateView

Résumé

Taille d'écran
28,2in
Résolution
3840 x 2560 px
Taux de rafraichissement
60Hz
Type de dalle
IPS

Affichage

Taille d'écran
28,2in
Résolution
3840 x 2560 px
Format d'écran
3/2
Type de dalle
IPS
Dalle mate antireflet
Oui
Technologie d'affichage
Anti-lumière bleue, Flicker-Free
HDR
VESA DisplayHDR 400
Luminosité
500 nits
Contraste
1200:1
Taux de rafraîchissement
60Hz

Écran

Type d'écran
LED
Écran large
Non
Écran incurvé
Non
Sans bordures
Oui
Compatible 3D
Non
Écran tactile
Non

Ergonomie

Angle d'inclinaison avant
- 5°
Angle d'inclinaison arrière
+ 18°
Écran pivotable
Non
Pied réglable en hauteur
Oui
Fixation VESA
N.C

Connectique

Entrées vidéo
Mini DisplayPort, USB Type C, HDMI 2.0
Sorties audio
Prise casque Jack 3.5mm
Connecteur(s) additionnels
USB 3.0 x2

Multimédia

Fonctionnalités multimédias
Haut-Parleurs intégrés
Test Huawei MateView_16 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Design et ergonomie

En découvrant le MateView, on ne peut que constater l’effort de recherche au niveau du design. Huawei a voulu produire un écran esthétique qui allie harmonieusement élégance et sobriété.

Test Huawei MateView_3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Son coloris « argent » avec son pied en aluminium et son cadre d’une belle finesse lui procure une apparence raffinée, pas très loin de ce que pourrait proposer la marque à la pomme qui semble être une inspiration constante pour Huawei, comme c’est le cas avec ses ordinateurs portables MateBook.

Test Huawei MateView_15 © Matthieu Legouge
Test Huawei MateView_14 © Matthieu Legouge

Assemblage et finitions sont dignes d’un produit de ce prix, Huawei ne laisse aucune place à l’imperfection avec cet écran. Le pied est mince et prend peu de place sur le bureau, il assure une très bonne stabilité à l’écran, mais on peut regretter l’absence de fixation VESA sur ce MateView, qui ne peut donc pas être utilisé sans son support.

Test Huawei MateView_6 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Le design minimaliste se retrouve à l’arrière et pour ne rien ajouter de disgracieux, Huawei a sans doute préféré se passer d’un système de gestion des câbles.

Test Huawei MateView_4 © Matthieu Legouge
Test Huawei MateView_5 © Matthieu Legouge

Du côté de l’ergonomie, on a déjà vu mieux. La rotule nous permettant d’ajuster la position de l’écran ne permet pas la rotation, et par conséquent de faire pivoter l’écran sur 180°. Les seuls réglages offerts sont sur celui sur la hauteur, avec une amplitude d’environ 11 cm, ainsi qu’une légère inclinaison (–5°/ + 18°).

La connectique

C’est justement sur le pied qu’est réuni l’ensemble de la connectique du MateView. Plus exactement, sur sa tranche droite, où elle s’accompagne du bouton d’alimentation, ainsi qu’à l’arrière. La position de la connectique permet de venir connecter et déconnecter nos câbles très facilement, ce qui n’est pas toujours le cas avec une majorité de moniteurs.

Test Huawei MateView_7 © Matthieu Legouge
Test Huawei MateView_9 © Matthieu Legouge

Sur le côté, on retrouve une sortie combo jack 3.5 mm, un port USB-C avec support du Alt Mode et de la charge avec une puissance maximale de 65 W, ainsi que deux ports USB 3.0. La prise HDMI 2.0 , l’entrée Mini DisplayPort 1.2 et le connecteur USB-C pour l’alimentation sont placés à l’arrière. L’alimentation externe de 135 W n’est pas très gênante grâce à son volume contenu.

Et ce n’est pas tout, car le pied a encore d’autres fonctions. Il intègre d’abord deux haut-parleurs de 5 W chacun, qui produisent par ailleurs un son peu puissant et assez moyen, une puce NFC indiquée par son symbole, et deux micros DMIC capables de capter la voix jusqu’à 4 mètres.

Enfin, on profite également de la présence du Bluetooth 5.1 , et d’une connexion Wi-Fi, 2,4 GHz comme 5 GHz. C’est cette dernière qui va permettre la projection sans-fil, en utilisant le protocole Miracast. Finalement, il ne manque qu’une webcam à ce MateView pour offrir quelque chose de très complet aux utilisateurs.

Ergonomie logicielle et paramétrages

Le moniteur se contrôle à l’aide d’une barre tactile. On se fait vite à ce fonctionnement et les gestes sont simples et se limitent à tapoter une fois pour valider une action, deux fois pour annuler ou revenir en arrière, et enfin faire glisser le doigt pour naviguer dans les menus. Le passage d’une source à l’autre peut être réalisé rapidement en faisant glisser deux doigts sur la barre au lieu d’un.

Test Huawei MateView_13 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic
Test Huawei MateView_11 © Matthieu Legouge
Test Huawei MateView_12 © Matthieu Legouge

Notons enfin que lorsque le moniteur n’est pas connecté à une source, ou que l’on sélectionne « Wireless » dans le menu, le MateView affiche une interface rudimentaire qui permet notamment de configurer la connexion Wi-Fi. Il est ainsi possible de connecter via Bluetooth souris et clavier afin de naviguer au sein de ce système basique.

Nous avons réalisé plusieurs séries de mesures sur le MateView, avec les modes sRGB et DCI-P3, ainsi qu'en HDR. Nous n’avons modifié aucun réglage par défaut, si ce n’est celui de luminosité qui a été ajusté à 80. Soulignons que seul le mode « Native » permet d’accéder à des options d’ajustements avancées pour l’affichage (température de couleurs, netteté et contraste).

Qualité d'image

Si le MateView a bien des arguments pour se démarquer, c’est toutefois son affichage qu’il convient de scruter plus en détail. Huawei utilise une dalle IPS qui offre d’excellents angles de vision, et surtout une surface confortable à utiliser au quotidien avec ses 28,2 pouces. IPS oblige, le taux de contraste reste limité, il est malgré tout légèrement supérieur à celui des dernières dalles IPS qui sont passées sur l’œil impartial de notre sonde avec une mesure de 1286:1. La luminosité est elle aussi bien ajustée pour un usage au quotidien, avec un pic lumineux de 492,3 cd/m². Il s’accompagne d’un filtre qui absorbe et dilue bien la plupart des reflets, même si l’on a déjà vu plus efficace.

Test Huawei MateView_grayscale sRGB

Avec le mode d’image sRGB, le MateView montre un étalonnage d’usine idéal en sortie de carton. La température des couleurs est un peu plus chaude que notre référence avec moyenne de 6 318 K, suffisamment proche de la valeur cible pour être considérée comme fidèle. L’échelle de gris comme la courbe gamma sont exemplaires. Cette dernière suit à la quasi-perfection notre courbe de référence, et s’établit avec une moyenne de 2,192.

Huawei tient ses promesses en matière de colorimétrie. Là où le fabricant garantit un delta E moyen inférieur à 2, nous obtenons une valeur de 1,13, sans qu’aucune dérive chromatique ne soit observable. L’espace sRGB est par ailleurs parfaitement représenté. Il est couvert à hauteur de 99,5%.

Test Huawei MateView_DE sRGB
Test Huawei MateView_EOTF
Test Huawei MateView_pic lum HDR

Le rendu HDR n’est pas spécialement bluffant, avec un pic lumineux similaire à celui mesuré en SDR, et un potentiel limité pour rendre honneur aux contenus HDR. L’écran parvient toutefois à convaincre dans son mode DCI-P3 grâce à une colorimétrie qui reste fidèle et précise même une fois l’HDR activé. Notons que l’écran détecte automatiquement le signal HDR, lorsque c’est le cas, il n’est plus possible d’ajuster les paramètres d’image via l’OSD.

Test Huawei MateView_DE P3

Le delta E moyen en HDR avec ce mode DCI-P3 reste inférieur à 2, notre mesure affiche un résultat de 1,83. Une nouvelle fois, aucune dérive chromatique n’est perceptible.

La couverture DCI-P3 est tout bonnement excellente, elle est d’ailleurs la meilleure que nous ayons mesurée cette année sur un moniteur, avec 98,58 %. L’espace Rec. 2020 est quant à lui représenté à 73,26 %.

Test Huawei MateView_P3
DCI-P3

Enfin, la dalle de notre unité de test se montre bien homogène et ne souffre pas de fuites de lumière ou d’IPS Glow. Ces choses peuvent toutefois varier d’un exemplaire à l’autre.

Au quotidien : des fonctionnalités qui font sens ?

De par son format 3:2, le MateView est très agréable et confortable à utiliser au quotidien, pour des activités classiques, mais surtout pour des tâches dites de « productivité ». Retouche photo, navigation sur le web, traitement de texte, et toute autre activité bureautique gagnent en efficacité sur un tel moniteur. En revanche, il faut bien dire que c’est moins le cas pour les contenus multimédia, vidéo et jeux vidéo, où l’on devra faire avec deux larges bandes noires.

La densité de pixels est très bonne sur cette dalle, avec 164 ppp. Il est cependant nécessaire d’avoir recours à une mise à l’échelle de 150 % sous Windows 10 pour profiter d’une visibilité confortable sur l’affichage. Il faut toutefois souligner deux petites limites à propos de l’affichage, d’abord qu’il ne prend pas en charge l’Adaptive Sync, et d’autre part qu’il se limite à un refresh rate de 50 Hz lorsque la source est connectée en HDMI. Justement, nous avons remarqué quelques sauts d’image parfois en HDMI (3840 x 2560 @50 Hz), notamment une fois l’HDR activé. On peut aussi se dire qu’il aurait été préférable d’avoir un DisplayPort pleine taille plutôt qu’un miniDP, le câble adéquat est toutefois livré avec le moniteur. Précisons aussi que l’input lag est mesuré à 10,3 ms à l’aide de notre boitier relié en HDMI.

Test Huawei MateView_2 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Concernant les fonctionnalités sans fil et connectées de ce moniteur, il est vrai qu’elles peuvent s’avérer très pratiques au quotidien. Commençons par évoquer la réplication d’écran des appareils Android. Elle s’effectue très simplement avec un smartphone Huawei, grâce à un jumelage avec NFC. Avec les autres smartphones, on utilise SmartView pour répliquer l’écran. C’est rapide et simple, la réplication fonctionne de manière fluide, même si l’on constate parfois quelques lignes de pixels qui sautent. Évidemment, la qualité d’image n’est pas exceptionnelle, en raison d’une résolution limitée, d’autant qu’il faut choisir entre le plein écran sur le téléphone ou sur le moniteur. L’image ne sera pas déformée dans le premier cas, mais de larges bandes noires apparaissent alors sur le moniteur.

La projection depuis un ordinateur équipé de Windows 10 ou 11 utilisent quant à elle Miracast et se montre déjà moins efficace à utiliser au quotidien. La connexion entre le PC et le moniteur se fait en quelques clics ; l’écran est reconnu par Windows comme s’il était connecté en filaire. En revanche, la définition de l’affichage se limite à 3000 x 2000, alors que la latence avec le clavier et la souris est clairement beaucoup trop haute pour que l’on utilise cette fonctionnalité correctement et sans prise de tête. Le son est par contre très bien calé avec l’image, pas de problème sur ce point. Ajoutons à cela une fluidité dégradée, avec un rafraîchissement de l’affichage régulièrement perceptible qui débouche sur une image qui manque parfois de netteté lorsque des artefacts ne sont pas clairement visibles. Pour couronner le tout, nous avons remarqué que l’écran chauffe beaucoup lors d’une projection sans fil, notamment au niveau de la barre tactile et la zone qui la surplombe, à l’arrière du moniteur.

Test Huawei MateView_10 © Matthieu Legouge
Test Huawei MateView_8 © Matthieu Legouge

Pour résumer, les fonctionnalités de projection manquent encore d’efficacité. On préférera largement ce moniteur pour sa capacité à alimenter un ordinateur portable via son connecteur USB-C. Dans ce cas, il est possible de connecter souris et clavier à l’écran, via Bluetooth comme USB, et de profiter du MateView comme une station de travail pertinente avec un laptop.

Pour terminer, la présence de deux micros dans le pied du moniteur l’aide à gagner en polyvalence. La qualité de captation n’est pas mauvaise, mais n’est pas bonne non plus. Ils suffisent néanmoins pour offrir retranscrire la voix de manière intelligible, avec en bonus une captation efficace jusqu’à 4 mètres.

Consommation électrique

Le Huawei MateView a une consommation relative d’environ 115 W/m² en suivant notre protocole de test habituel. Il s’agit d’une valeur légèrement supérieure à d’autres écrans présentant une surface équivalente.

Huawei MateView : l'avis de Clubic

Huawei a élaboré un sérieux moniteur qu’il propose avant tout à ceux pour qui l’écran est un outil de travail indispensable. Pour ce faire, le constructeur s’est employé sur tous les points cruciaux qui permettent d’améliorer l’expérience au quotidien. Le design bien sûr, avec des qualités qui surpassent la simple recherche esthétique, l’image riche, généreuse et parfaitement calibrée, et la polyvalence avec autant de fonctionnalités pertinentes. Deux points sont toutefois à soulever, celui de l’ergonomie trop limitée selon nous, et de la projection sans fil dont l’expérience est dégradée en raison de la qualité de l’affichage et de la latence.

Dans l’ensemble, le MateView est un compagnon idéal pour un usage intensif et journalier. On apprécie notamment la simplicité et le gain de temps lorsqu’il est connecté en USB-C à un laptop, avec une charge capable d’assurer l’alimentation de ce dernier jusqu’à 65 W. Son format 3:2 est évidemment son atout le plus probant, un rapport hauteur/largeur qui ne montre ses limites qu’en lecture vidéo. Enfin, la navigation via la barre tactile ne sera pas du goût de tous, dans notre cas nous trouvons simplement l’OSD trop avare en réglages ; pour la projection sans fil, la connexion d’une souris et d’un clavier permet de paramétrer facilement l’écran.

Concluons en précisant que Huawei réitère une offre similaire à celle qu’il formule avec son moniteur gaming ; à savoir que le MateView est proposé en deux versions : avec ou sans ses fonctionnalités sans-fil. Dans le second cas, l’achat d’un MateView est particulièrement intéressant puisque son tarif perd 200 € par rapport au modèle présenté au sein de ce test.

Huawei MateView

9

Huawei a vu juste en produisant ce moniteur au format peu courant sur ce marché. Le MateView est un véritable outil de productivité, taillé pour nous accompagner au quotidien et apporter confort et efficacité pour travailler. Complet, soigné, polyvalent, fidèle et précis, les reproches formulés sont légers face à ses qualités.

Les plus

  • Idéal pour travailler au quotidien
  • Colorimétrie fidèle en SDR comme en HDR
  • Affichage généreux avec format 3:2 et UHD+
  • Barre tactile pratique et réussie
  • USB-C jusqu'à 65 W
  • Design et finitions

Les moins

  • Ergonomie limitée
  • Projection sans fil bancale
  • Quelques sauts d'image dans certains cas
  • Options limitées avec l'OSD

Design 10

Ergonomie 7

Qualité d'image 9

Polyvalence 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
Space_Boy
3:2?? jamais entendu parler de ça. J’ai mon 4:3 car plus long don con scroll moins pour le bureautique. Les 19:10 sont pas top pour la productivité.<br /> Donc 3:2 = 4:3 ?
Nerva
Non, 3:2 c’est plus rectangulaire que 4:3. 3:2 c’est le ratio du film 24 x 36, des capteurs de reflex et d’hybrides, de certains livres, etc…
roboc
3:2 C’est aussi le format de quelques hybrides comme les surface pro par exemple. C’est un format très agréable pour bosser je trouve. Plus confortable que les 16/9 qu’on nous colle sur les portables (les 16/10 il n’y en a plus beaucoup alors que c’était déjà mieux).
tux.le.vrai
ya plus que les chinois qui font du matos ?<br /> On voit pas souvent de marque bien de chez nous, c’est à dire taiwanaises ?
Voigt-Kampf
Bin non, ça n’est pas le même ratio même si effectivement le ratio se rapproche du 4:3.<br /> Si je ne me trompe pas le 3:2 se retrouve le plus souvent sur des ordis portables.
ABC
Pour travailler en print sur des formats verticaux (et oui on imprime toujours) et pour le design web, les écrans aux ratios hauts sont appréciables. Avec un 3/2 on scrolle moins.<br /> Si la colorimétrie est bonne, si la dalle est mate (nécessaire pour un écran pro, sans reflets ni accentuation artificielle des couleurs et contrastes), si l’affichage est en résolution ultra fine (pixels invisibles à l’œil nu), si l’ajustement vertical est possible, à 500€ ça vaut carrément le coup de s’attarder sur un tel écran.<br /> Pour répondre à la comparaison avec les écrans Apple, hormis son dernier Pro Display XDR (7198€ en verre nano texturé pour limiter partiellement les reflets et avec le pied inclus), Apple produit des écrans sans aucun ajustement vertical depuis plus de vingt ans (hormis l’iMac G4). Pas grave sur une dalle 17" ou 20", en revanche, inadmissible sur des dalles de plus de 23".<br /> De plus, Apple avait abandonné les dalles mates au profit des dalles brillantes sur ses derniers 27" affublés d’une grosse plaque en verre, plus clinquantes et glossy mais pas professionnelles du tout (allez trouver un Eizo avec une vitre glossy…). Les écrans Apple se trouvaient sur les bureaux des commerciaux, moins sur ceux des créatifs exigeants.<br /> À 500 balles (sans les options dispensables), cet écran Huawei présente un niveau de prestation et de confort supérieur à ce qu’Apple a toujours proposé. Et à ce niveau de prix, ça vaut même le coup pour un particulier, créatif à ses heures.
Nerva
Je suis très intéressé. Mais cette histoire de sauts d’images pose questions.
ABC
À surveiller de près en effet, à savoir si ce problème mineur (dans des cas spécifiques) peut-être corrigé par une mise à jour logicielle ?<br /> Sinon, des écrans de cette qualité et à ce niveaux de prix vont se démocratiser. Si ce n’est pas cet écran, ça en sera un autre. On a vraiment passé un cap au niveau des écrans, à des prix toujours plus accessibles.
Quakerz
Pour apporter un peu plus de précision aux sauts d’images que j’ai rencontrées en testant le moniteur, cela s’est produit uniquement connecté en HDMI, via un laptop, avec l’HDR activé et le mode d’affichage définit sur «&nbsp;étendre&nbsp;» avec le laptop en affichage principal. Aucun problème dans les autres cas de figure.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Encore un nouveau mini-PC chez Minisforum, cette fois en Intel Core i5 Tiger Lake
ViewSonic présente un écran portable de 17
Deux cartes « graphiques » Sapphire RDNA 2 à destination des mineurs
Les GeForce RTX série 4000, de la prochaine génération, gravées avec le procédé 5 nm de TSMC
Cyber Monday : excellent prix sur ce PC gamer MSI GP66 Leopard avec une RTX 3080
Des cartes graphiques moins chères d'ici fin 2022 et une sortie de crise pour 2023 selon AMD
GeForce RTX 3090 Ti : pas moins de 24 Go de GDDR6X Micron à 21 Gbps
GeForce RTX 2060 avec 12 Go : un peu plus qu'un simple doublement de la mémoire
À la recherche de mémoire DDR5 ? Des kits disponibles sur eBay à des prix indécents
Haut de page