Des batteries LFP envisagées pour la future Renault 5 électrique

Arnaud Marchal
Spécialiste automobile
18 février 2021 à 16h10
28
© Renault

Lors d’une déclaration devant les médias, le P.-D.G. de Renault Luca de Meo a annoncé vouloir recourir aux batteries de type LFP pour sa Renault 5 électrique. Un choix stratégique dicté par l’aspect économique et l’ambition du constructeur à écouler en masse cette future voiture électrique.

Recourir à une batterie LFP au lieu d’une batterie NMC permet de réduire considérablement le prix de revient du véhicule électrique, mais cela n’a pas que des avantages à l’usage. C’est une décision capitale pour le succès espéré du futur modèle.

La Renault 5 néo-rétro sauce électrique

Faire renaître un mythe de l’automobile populaire n’est pas chose aisée. Fiat et Mini ont réussi ce pari il y a quelques années et Renault se lance dans l’aventure en préparant la renaissance de la Renault 5 en version électrique cette fois. Mais pour réussir ce pari, il leur faut la vendre au bon prix pour cibler le cœur du marché.

La Renault 5 néo-rétro issue de la nouvelle ligne de conduite du constructeur français, la Renaulution, a pour objectif de cibler le cœur du marché comme l’a rappelé le P.-D.G. de la firme au losange. En d’autres termes, le prix du modèle doit débuter à 20 000 € pour l’entrée de gamme et ne pas dépasser 30 000 € pour le haut de gamme.

Pour réussir ce pari, quand une Renault ZOE voit son tarif débuter à 32 000 € hors aide et bonus, le constructeur va devoir minimiser les coûts de fabrication au maximum. L’un des principaux coûts de la voiture électrique est sa batterie. Pour réduire la note considérablement, le constructeur va faire appel à une technologie moins onéreuse, la batterie LFP.

Quelles différences entre les batteries LFP et NMC ?

Une majorité de véhicules électriques est alimentée par des batteries de type NMC. Derrière cet acronyme se cachent les composants principaux des cellules de la batterie : nickel, manganèse, cobalt. Ce dernier est l’élément le plus cher de ce type de batterie.

De l’autre côté, il existe des batteries dites « LFP » pour lithium, fer, phosphate. Elles se passent du précieux et onéreux cobalt. Elles sont donc plus accessibles financièrement parlant. Tesla, qui utilise principalement des batteries NMC, a opté pour une batterie LFP sur l’entrée de gamme actuelle de la Model 3, la SR+.

Moins cher, mais moins d’autonomie…

L’inconvénient principal d’une batterie LFP est sa densité énergétique. À poids équivalent, une batterie NMC offre plus d’autonomie à une voiture électrique qu’une batterie LFP. Cette dernière apprécie moins le froid également, ce qui engendre également une baisse radicale de l’autonomie offerte.

Reste à savoir si Renault va installer uniquement des batteries LFP ou si une version avec batterie NMC en haut de gamme sera proposée sur la Renault 5, un peu à l’image de ce que fait Tesla avec la Model 3 SR+ et les Model 3 Performance et LR.

Source : Electrive

Modifié le 19/02/2021 à 09h44
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
28
18
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Prises connectées : notre comparatif 2021 pour contrôler à distance sa consommation énergétique
Space Sweepers : une aventure à mille à l'heure chez les ferrailleurs de l'espace
Travail ou jeu vidéo, nos conseils pour passer du temps devant l'écran... sans malmener son corps
Train, car, voiture, avion : que vaut le comparateur de mobilité de la SNCF ?
Comment optimiser la batterie de son Apple Watch ?
ARTE : découvrez le premier numéro de l'émission Twitch dédiée au jeu vidéo
-50 % sur Bitdefender Total Security : une protection antivirus primée pour tous vos achats en ligne
Lupin : découvrez le trailer de la partie 2, attendue cet été sur Netflix
La Nuit des temps : le mythe du traducteur universel automatique
L'imprimante HP tout-en-un DeskJet 2710 en promo à moins de 60 €
Haut de page