Wang Yaping devient la première Chinoise à réussir une sortie dans l'espace

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
08 novembre 2021 à 15h45
14
shenzhou 13 EVA Wang Yaping © BACC/CNSA/CCTV
Les deux astronautes chinois se mettent au travail sur les flancs du module Tianhe. Crédits : BACC/CNSA/CCTV

Alors que la Chine n'avait réalisé qu'une seule sortie EVA avant 2021, la troisième de l'année a eu lieu hier 7 novembre sur la station spatiale chinoise . Zhai Zhigang et Wang Yaping, de la mission Shenzhou-13 sont sortis plus de six heures pour préparer la future extension de la station.

Une première qui sera sans doute répétée prochainement.

Grands pouvoirs, grandes responsabilités

Depuis le 15 octobre dernier, la Chine compte à nouveau trois astronautes en orbite autour de la Terre. Les occupants de la mission Shenzhou-13 ont rejoint à cette date la Station Spatiale chinoise (SSC), qui compte actuellement un module principal (Tianhe) et présente un profil étendu, car deux grandes capsules cargo Tianzhou sont amarrées à l'avant et à l'arrière.

La station elle-même est une avancée majeure pour le spatial chinois, et la première mission Shenzhou-12 entre juin et septembre fut couronnée de succès. La nouvelle rotation Shenzhou-13 est là pour poursuivre les travaux, et prouver que la SSC peut accueillir des astronautes en permanence pour des missions de longue durée de six mois. En plus d'un « nouveau », Ye Guangfu, la mission compte sur l'expérience de Zhai Zhigang (commandant) et de Wang Yaping, devenue en 2013 la deuxième femme chinoise en orbite.

Une nouvelle première

La mission Shenzhou-13 continue de préparer l'extérieur du module Tianhe pour étendre les futures opérations du grand bras robotisé installé sur son flanc, et la première sortie de la mission a été longuement préparée. En particulier, le dernier véhicule cargo transportait une combinaison Feitan (destinée aux EVA) plus petite et adaptée au gabarit de Wang Yaping.

Cette dernière est devenue ce 7 novembre la première femme de son pays à sortir dans le vide spatial. L'événement a été particulièrement suivi sur place, et parfois comparé à la première sortie de Svetlana Savitskaïa (première Soviétique et première femme au monde à réaliser une EVA) en 1984.

Ils sont sortis et se sentent bien

La sortie a commencé à environ 13 h heure de Paris (les communiqués chinois n'ont pas été précis sur le sujet) et s'est terminée à 19 h 17, après plus de six heures de travaux à l'extérieur. En particulier, il s'agissait d'installer un adapteur pour que le bras robotisé puisse se doter d'une extension plus petite avec de l'outillage, un peu à l'image du couplage entre le Canadarm2 et le robot multi-outillé Dextre sur la station internationale.

Une à deux autres sorties spatiales sont d'ores et déjà prévues au cours des mois à venir pour les astronautes de Shenzhou-13, tandis que l'équipage mène des expériences actuellement centrées sur la médecine.

Shenzhou 13 CSS travaux © BACC/CNSA/CCTV capture
Le spatieux module Tianhe est aussi utile pour les dîners et l'équipage que pour les expériences scientifiques. Crédits : CNSA/BACC/CCTV capture

Il semble également qu'une très bonne humeur soit de mise entre les membres de la mission. En référence à ce qu'il déclarait en 2007 en devenant le premier chinois à sortir en EVA, Zhai Zhigang a immédiatement repris la même phrase lorsqu'il est sorti de l'écoutille hier : « Je suis sorti et je me sens bien ». À quoi Wang Yaping a immédiatement répliqué : « Je suis prête à sortir et me sentir bien », et leur camarade Ye Guangfu a conclu l'échange avec un « Je me sentirai bien quand je sortirai, une prochaine fois » !

Source : Space

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
14
8
SlashDot2k19
« Il semble également qu’une très bonne humeur soit de mise entre les membres de la mission »<br /> C’est mieux pour la réussite de la mission
ebottlaender
Oui alors des fois on sent bien que ce sont juste des collègues. Là clairement ce que je voulais transcrire c’est que c’était une très bonne ambiance.
azazel84
«&nbsp;La première Chinoise à réussir une sortie dans l’espace&nbsp;» c’est un peu étrange de dire ca non, car ca sous entent qu’il y a eu au moins un échec? Et la je me pose de suite la question mais ou est elle, mais qu’est il arrivé a la précédente chinoise qui a essayé une sortie?
ebottlaender
Toute réussite sous-entend-elle qu’il y a eu échec ? Je ne pense pas.<br /> (cela dit, je ramasse les copies dans 2h)
Winston
En fait c’est le première femme chinoise à sortir dans l’espace.<br /> Et tu as raison ,le mot «&nbsp;réussir&nbsp;» est de trop car sinon la phrase se lit comme tu l’aurais compris et on se poserai la question de savoir ce qui est arrivé aux autres femmes.
Martin_Penwald
Ben, si c’est la première à réussir, oui. J’allais commenter de même qu’azazel84, la tournure est curieuse.<br /> J’aurais dit : «&nbsp;Première Chinoise dans l’espace, et sa mission a été une réussite.&nbsp;»
ebottlaender
Sauf que ce n’est pas la première chinoise dans l’espace. C’est la première à réaliser une sortie EVA. Qui était, n’en déplaise, une réussite.<br /> Elle a donc réussi sa sortie. Elle est bien la première à réussir. Encore une fois, ça n’implique pas l’échec des autres.
Winston
Il n’en reste pas moins que le titre est faux.
ebottlaender
Non, le titre est juste. Wang Yaping est bien la première chinoise à réussir une sortie dans l’espace. L’utilisation du féminin indique bel et bien qu’elle est une femme. Zhai Zhigang reste le premier chinois à avoir réussi une sortie dans l’espace.<br /> Le fait que vous eussiez choisi des mots différents ne le rend pas incorrect.
Popoulo
«&nbsp;on se poserai la question de savoir ce qui est arrivé aux autres femmes.&nbsp;» : la légende raconte qu’on les auraient croisées en orbite autour du filament le plus lointain de Laniakea
LeToi
L’ISS semble être une belle réussite internationale, dommage que les chinois aient leur propre station à part, une collaboration aurait pu mutualiste les progrès ?
ebottlaender
Malheureusement pour eux (enfin, ça dépend à qui on demande) les chinois n’ont pas eu le choix, l’accès à l’ISS leur est refusé en particulier par les Etats-Unis, pour lesquels toute collaboration avec le régime communiste est strictement interdite.<br /> Donc oui, ça aurait pu faire l’objet de mutualisations, mais en l’occurrence la Chine est obligée de tout faire elle-même. Maintenant qu’elle y arrive (et avec brio) certains s’en mordent un peu les doigts…
LeToi
Ah, oui, en effet, au temps pour moi, je n’étais pas au courant de cette «&nbsp;subtilité&nbsp;» ^^
PierreKaiL
«&nbsp;l’accès à l’ISS leur est refusé en particulier par les Etats-Unis… certains s’en mordent un peu les doigts&nbsp;»<br /> Les US nous font un tableau tellement mauvais sur la Chine et leur comportement devient vraiment douteux, un nouvel exemple avec leur attitude pour la collaboration spatiale avec la Chine. Je suis tombé sur une excellente interview de l’ambassadeur de Chine Lu Shaye par Thinkerview (excellente chaine au passage) donc pour ceux que ça intéresse :<br />
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La sortie spatiale du jour annulée à cause d'une alerte aux débris orbitaux
Blue Origin passe à la vitesse supérieure avec six touristes pour son prochain vol
Suivez la sortie extra-véhiculaire sur l'ISS en direct ce mardi
L'ISS s'agrandit encore avec l'arrivée du nouveau module Pritchal
Les petites galaxies proches de la Voie lactée ne sont pas des acolytes de longue date
La NASA veut un réacteur nucléaire sur la Lune dans les 10 ans à venir
Décollage réussi pour la sonde DART ! Objectif : dévier un astéroïde
Le lancement du James Webb Space Telescope reporté en raison d'un
Fini les échecs : Astra atteint enfin l'orbite avec son petit lanceur
L'ESA se prépare au survol de la Terre le plus délicat le 27 novembre
Haut de page