La France et l'Italie vont construire des vertiports pour taxi aérien eVTOL

Thibaut Keutchayan
Publié le 01 novembre 2021 à 17h17
© Embraer
© Embraer

Et si vous preniez bientôt un avion électrique à décollage vertical à la place d'un taxi ? Un projet de construction de vertiports et de desserte des centres-villes unit quatre groupes aéroportuaires, dont trois en Italie et un en France.

L'objectif est notamment d'offrir une solution supplémentaire pour décongestionner le trafic autour des aéroports situés à proximité de villes.

La mobilité aérienne urbaine au cœur d'un projet franco-italien

Urban Blue est officiellement lancé depuis le 25 octobre dernier, avec pour point névralgique la mobilité durable. Plus précisément, les sociétés aéroportuaires Aeroporti di Roma, Aeroporto di Venezia, Aeroporto Guglielmo Marconi di Bologna et les Aéroports de la Côte d'Azur s'unissent autour d'un but commun : favoriser la circulation comme la multimodalité autour des infrastructures dont elles ont la gestion. Si vous avez déjà tenté de vous approcher de l'aéroport Nice-Côte-d'Azur (NCA) un lundi à 18 h, vous êtes au fait de l'ampleur de cet enjeu.

Alors que certains aéroports sont relativement éloignés des villes qu'ils desservent et impactent moins la circulation (péri)urbaine, à l'image du Franz-Josef-Strauss situé à 28 km au nord de Munich (Allemagne), NCA est tout simplement collé à la ville de Nice. En conséquence, ces quatre structures françaises et italiennes sont parvenues à un accord afin de proposer, en plus des services déjà existants, un vertiport. À terme, l'ambition est de permettre à celles et ceux qui le voudraient d'employer la mobilité aérienne urbaine (MAU) pour se rendre à l'aéroport ou le quitter.

Pensée pour les avions électriques à décollage vertical (e-VTOL), cette infrastructure est développée dans un objectif à la fois à court terme, entraînant des effets potentiels sur la mobilité, et à long terme, grâce à un marché européen qui pourrait peser quatre milliards d'euros en 2030. Avec un e-VOLT, le temps de trajet moyen passerait ainsi à 15 minutes entre le centre de Rome et l'aéroport de Fiumicino, contre 45 minutes en voiture, selon Electrek.

Les premières rotations envisagées dès 2024

Les avions électriques à décollage vertical présentent plusieurs avantages, parmi lesquels leur maniabilité dans un environnement urbain/péri-urbain, leur impact environnemental, ainsi que leur taux de nuisance. En effet, le moteur électrique se révèle bien moins bruyant qu'un moteur thermique.

Un partenariat a ainsi été noué avec le fabricant d'e-VOLT Volocopter, afin de fournir les appareils, dont le nombre n'a pas été précisé, et permettre un lancement de rotations dès 2024. Volocopter devrait également proposer ses services à Paris pour les prochains Jeux olympiques d'été.

« Dans un premier temps, Urban Blue réalisera des études de faisabilité technico-économique et élaborera des plans directeurs, en coordination avec toutes les parties prenantes du nouvel écosystème, en vue de préparer la phase d'autorisation, puis la construction et la gestion des vertiports », explique le communiqué de presse de NCA. En revanche, et c'est pourtant un point non négligeable, aucun tarif potentiel n'a encore été dévoilé.

Thibaut Keutchayan
Par Thibaut Keutchayan

Je m'intéresse notamment aux problématiques liant nouvelles technologies et politique tout en m'ouvrant à l'immense diversité des sujets que propose le monde de la tech' quand je ne suis pas en train de taper dans un ballon.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
_Troll

Je pense que seul Elon Musk serait capable de realiser ce genre de chose.

Tonio28

Je trouve ca ridicule. Je vis dans une ville européenne avec 2 fois la population de Nice et dont l’aéroport est aussi loin du centre ville qu’à Nice, et on a pas besoin de taxi volants pour diminuer le traffic. Un bon réseau de transports en communs, et surtout une accessibilité sécurisée pour les cyclistes, et le tour est joué.

Essayer de résoudre le problème de traffic routier en ajoutant un traffic aérien va donner le même résultat qu’ajouter des voies de circulation à une autoroute bouchée: on sait que ca ne marche pas!

SPH

Je ne crois pas du tout qu’un jour, vous aurons des taxis volants… :thinking:

norwy

Il parait que beaucoup de riverains de la côte d’azur sont en conflit judiciaire avec les héliports du fait des nuisances sonores (plusieurs dizaines de passages quotidien en haute saison).

Ces taxis volants seront-ils des nouvelles sources de nuisances sonores ?

cirdan

On les appellera plutôt des vertiports.

Gweegoo

Je ne pense pas que l’argument tienne mathématiquement: le problème du trafic n’est pas le nombre d’individus mais la façon dont ils se déplacent. Comme la voiture, l’eVTOL est un transport individuel. Mais c’est sans doute compliqué de dire que l’argent public va être utilisé pour construire une infrastructure à destination d’une clientèle privilégiée!
La meilleure solution au pb de trafic existe depuis longtemps: le transport en commun. Avez vous déjà vu cette image qui montre que tous les conducteurs de voiture dans une rue bloquée par le trafic pourraient tenir dans un bus? Mais vue la direction antisociale et individualiste que nous prenons, les pbs de trafic ne sont pas prêts d’être résolus et le business eVTOL va sans doute marcher.

maitre_hibou

Effectivement, une erreur s’est glissée ici, je vous remercie pour votre vigilance et vous souhaite une bonne journée.

tangofever

Elon tout puissant, mdr.
« Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel »
Remet l’homme à sa juste valeur.

Gweegoo

Lol
1 TeslaCoin?

EnLighter

Mmm … Je pense que je vais investir dans les parapluies …