Critique DOTA: Dragon's Blood : Netflix a le MOBA dans le sang

27 janvier 2022 à 18h00
3
DOTA: Dragon's Blood © Netflix

Incroyable mais vrai : plus le temps passe et plus les adaptations de jeux vidéo sur le grand ou le petit écran semblent de qualité. Et c'est tant mieux, parce que les futurs projets annoncés ces derniers mois sont nombreux. Aujourd'hui, on se penche sur le cas de DOTA: Dragon's Blood, déjà disponible sur Netflix .

DOTA: Dragon's Blood
  • Vous aimez la fantasy épique et/ou Dota 2
  • Vous cherchez une courte série à l'animation léchée
  • Vous appréciez les rebondissements nombreux
  • Les dragons, la magie... ça ira, non merci
  • Vous ne pouvez plus rien regarder depuis Arcane
  • Vous essayez de ne pas retomber dans Dota 2

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série (ou en tout cas son générique d'ouverture, faute de pouvoir trouver le travail du compositeur Dino Meneghin) :

Fiche technique DOTA: Dragon's Blood

Informations

Genre
Science-Fiction, Fantasy, Thriller, Animation, Action, Aventure
Réalisation
Ashley Edward Miller
Editeur
Studio Mir, Kaiju Boulevard
Plateforme
Netflix
Nombre de saisons
2
Nombre d'épisodes (Total)
16
Classification
Déconseillé / interdit aux moins de 16 ans

DOTA: Dragon's Blood : une histoire d'Invoker à cœur

Basé sur le jeu vidéo Dota 2 : L'histoire suit Davion, célèbre Chevalier Dragon déterminé à débarrasser le monde de ce fléau aérien. Mais quand il croise la route d'un légendaire et surpuissant Eldwurm et de la Princesse Mirana, lancée dans sa propre mission, notre héros se retrouve impliqué malgré lui dans une série d'événements à l'ampleur imprévue.

Arcane , cette petite série méconnue dont personne n'a parlé dernièrement (c'est faux !), n'est pas la première adaptation en animation d'un MOBA à succès. En mars 2021, Netflix, déjà, proposait la première saison de DOTA: Dragon's Blood, une transposition du jeu Dota 2 de Valve. Si nous n'avions pas proposé de critique à l'époque, la récente sortie de sa (rapide) saison 2 est l'excuse idéale pour réparer cet oubli.

D'autant que cette deuxième saison est encore plus convaincante que la première.

DOTA: Dragon's Blood © Netflix

Il faut dire qu'il se passe pas mal de choses en seulement 16 épisodes, et que le scénario change régulièrement de décors et d'échelle tout en rebattant concrètement ses cartes à diverses reprises. Un choix d'écriture qui permet de dynamiser l'intrigue et de voir différents pans de cet univers de fantasy, tout en évitant de s'enfermer dans une quête qui aurait pu pâtir d'un déroulé un peu trop classique.

Welcome to the jungler

Classique, l'univers, lui, l'est d'ailleurs un peu trop. Des dragons, des elfes, des magiciens, des puissances élémentaires… Nous sommes assez logiquement en territoire connu, d'autant que la série n'a pas pioché dans les personnages les plus atypiques de Dota 2. C'est certes un peu dommage, mais notez que cela n'empêche pas l'ensemble de fonctionner.

« DOTA: Dragon's Blood manque un peu de personnalité, mais adapte avec les honneurs le jeu vidéo dont il est tiré »

En passant par des villages, des châteaux et des forêts, pour finir en apothéose dans une capitale grandiose où cohabitent politique, entités surpuissantes et événements de fin du monde, DOTA: Dragon's Blood gagne naturellement en intensité et en enjeux dans sa saison 2. Le show introduit également avec la manière les nouvelles factions et allégeances à l'œuvre, sans jamais noyer le spectateur avec trop d'informations, mais évitant ainsi de s'enfoncer dans une routine soporifique.

DOTA: Dragon's Blood © Netflix

Certes, face à ceux d'Arcane, l'univers et les personnages de DOTA: Dragon's Blood apparaissent moins frais et séduisants ; de fait, le travail sur la forme - et même le fond - n'est pas comparable entre les deux séries et ici, le parallèle avec la sympathique série Castlevania (de Netflix encore) nous convainc davantage.

Midlane de rouste

On suit malgré tout avec plaisirs les pérégrinations des protagonistes badass que les joueurs reconnaîtront sans peine, ainsi que les mésaventures de leurs sidekicks et de certains personnages secondaires (souvent créés pour l'occasion d'ailleurs) qui permettent d'ajouter un peu d'alchimie et d'humour à un ensemble plutôt sérieux. La série n'hésitant pas à éliminer ou à faire souffrir des personnages, précisons qu'elle est interdite aux plus jeunes ou sensibles.

DOTA: Dragon's Blood © Netflix

Visuellement, bien qu'à nouveau incomparable avec la bluffante direction artistique d'Arcane, le travail de Studio Mir sur DOTA: Dragon's Blood est impeccable. À la création pour The Legend of Korra ou encore Voltron: Legendary Defender , le studio sud coréen connait son affaire et propose, sous des traits assez classiques, une action fluide, des effets visuels explosifs et un travail irréprochable pour soigner chaque personnage ou décors.

Même chose pour le doublage anglais, au casting duquel les plus attentifs reconnaîtront les voix expérimentées de Troy Baker, Lara Pulver, Anson Mount et bien d'autres. Ne reste donc plus qu'à espérer la commande d'une troisième saison, notamment pour boucler quelques sous-intrigues laissées en suspens. Il demeure également bien des dizaines de personnages de Dota 2 qui mériteraient de passer une tête dans cette série qui, si elle peut manquer d'un peu de personnalité, adapte avec les honneurs le jeu vidéo dont elle est tirée.

DOTA: Dragon's Blood © Netflix
7

À l'image de Castlevania et, dans une moindre mesure, d'Arcane, DOTA: Dragon's Blood est une solide et honnête adaptation de jeu vidéo en série animée chez Netflix. La qualité d'animation est assurément au rendez-vous, le scénario emprunte intelligemment des détours bienvenus pour dynamiser son récit de fantasy, autrement un brin classique, et les personnages ne sont pas en reste.

La proposition ne donne peut-être pas autant envie d'installer le MOBA de Valve que ce qu'Arcane a fait pour le jeu de Riot, mais DOTA: Dragon's Blood n'en demeure pas moins réussie et appelle même une saison 3.

Les plus

  • Vous aimez la fantasy épique et/ou Dota 2
  • Vous cherchez une courte série à l'animation léchée
  • Vous appréciez les rebondissements nombreux

Les moins

  • Les dragons, la magie... ça ira, non merci
  • Vous ne pouvez plus rien regarder depuis Arcane
  • Vous essayez de ne pas retomber dans Dota 2

Les deux saisons de DOTA: Dragon's Blood sont disponibles sur Netflix .

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
nicgrover
Les dessins animés Manga ou style manga asiatiques, non merci, je suis allergique…<br /> Quoique certains sortent de l’ordinaire (Appleseed Alpha), trop sont formatés «&nbsp;clientèle européenne&nbsp;» comme les films et séries américano/Marvel…
fredmc
Alors autant j’ai adhéré à arcane là j’arrive pas à me mettre dedans pourtant je joue au deux jeux
Loarta
Arcane est magnifique mais j’ai trouvé l’histoire « sans plus », alors que pour DOTA je suis vraiment rentré dedans et j’ai regardé les 2 saisons en une nuit. Le style de dessin est simple mais beau, efficace, les musiques sont jolies, et les intrigues bien que solides et « classiques » deviennent vraiment plus complexes et chouettes dans la saison 2, avec pas mal de cliffhangers. Un plaisir !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Cette chaise de gaming Razer est à moins de 300€ en ce moment chez Amazon
La Nintendo Switch OLED à son prix le plus bas chez Amazon !
Google retire la section
Epic Games fait équipe avec la NASA pour créer des expériences VR sur Mars
Samsung et Microsoft travaillent en étroite collaboration, bientôt une intégration du Xbox Cloud gaming sur vos tv ?
EvE Online : la série télé n’est pas morte
Windows 11 : Microsoft teste une fonctionnalité bien pratique pour vos manettes Xbox
Vente flash : ce jeu Zelda sur Switch est à un prix inédit !
Steam Deck OS sur votre PC ? C'est possible avec HoloISO
Haut de page