61 s dans 1 min : une seconde additionnelle la nuit dernière

01 juillet 2015 à 09h59
0
Cette nuit, une minute a duré 61 secondes, et non 60. Une seconde a été ajoutée au temps universel pour s'ajuster au ralentissement de la rotation de la Terre.

Depuis votre réveil ce matin, l'horloge digitale de la cuisine, que vous aviez réglée au dixième près, avance par rapport à votre smartphone, votre horloge de référence. Que s'est-il passé ? Cette nuit, la dernière minute du mois de juin a duré 61 secondes, au lieu de 60. Et votre téléphone s'est synchronisé depuis sur un serveur de temps, contrairement à votre horloge traditionnelle.

C'est ce qu'on appelle une seconde intercalaire d'une manière générale, une seconde additionnelle dans ce cas. L'objectif est d'ajuster le temps universel coordonné (UTC) sur le temps universel (UT). Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce ne sont pas nos horloges atomiques qui manquent de précision et prennent du retard, c'est la rotation de la Terre qui ralentit, principalement en raison du phénomène des marées. (À ne pas confondre avec le ralentissement de la révolution due au frottement.)

Concrètement, voici comment le temps s'est écoulé cette nuit, comme l'a défini le Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence (IERS), basé à l'Observatoire de Paris :
  • 30 juin 2015, 23 h 59 min 59 s
  • 30 juin 2015, 23 h 59 min 60 s
  • 1er juillet 2015, 0 h 0 min 0 s
Ceci vaut pour UTC. Cet été en France, la seconde intercalaire a donc été ajoutée à 2 h du matin. C'est la 26e depuis la mise en place du procédé en 1972.

000000FA08094224-photo-salle-de-contr-le-du-temps-l-gal-fran-ais-l-observatoire-de-paris.jpg
000000FA08094226-photo-salle-de-contr-le-du-temps-l-gal-fran-ais-l-observatoire-de-paris.jpg

Salle de contrôle du temps légal français à l'Observatoire de Paris - Crédit : Pascal Blondet / Observatoire de Paris

Que dois-je faire ?

De nombreux appareils grand public modernes sont ajustés automatiquement au moins une fois par jour. Une partie se synchronise sur un serveur NTP (Network Time Protocol) via Internet, une autre par le biais du GPS, et une autre encore par ondes radio (GSM, FM...). Ils ont donc pris une seconde de retard en toute transparence.

En revanche, la seconde intercalaire peut être problématique pour des équipements critiques tels que des serveurs Web, dont les logiciels ne savent pas toujours comment gérer cet étirement du temps. Lors du dernier ajustement en 2012, de grands noms comme Mozilla, Reddit ou LinkedIn en avaient fait les frais. Mais aucune panne n'est à déplorer ce matin, à quelques heures du changement, nous sommes donc probablement à l'abri.

Pour consulter le temps UTC, on peut se rendre sur un site Internet tel que Time.is, ou appeler l'horloge parlante qu'Orange héberge à l'Observatoire de Paris, au 3699 (0,80 euro l'appel + surcoût éventuel de l'opérateur).

Contenus relatifs
Vous utilisez Google Actualités ? Suivez Clubic pour ne rien rater de l'actu tech ! google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page