Facebook visé par une enquête sur la "manipulation des émotions" (màj)

Une étude mettant en cause Facebook et ses pratiques en matière de modification du flux d'actualité des utilisateurs éveille la curiosité des autorités britanniques. En Grande-Bretagne, l'ICO, l'équivalent de la Cnil, lance une enquête pour tenter de faire la lumière sur ces méthodes prêtées au réseau social.

00FA000007124876-photo-facebook-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire.jpg
En début de semaine, une étude baptisée « Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks » prêtait à Facebook des méthodes plutôt particulières. Le rapport émis par des spécialistes de la donnée expliquait que le réseau social a modifié le flux d'actualités de certains utilisateurs afin de connaître leurs sentiments ou leur réaction.

Par exemple, un contenu de nature triste pouvait avoir été publié sur le fil d'actualités. Le réseau social étudiait ensuite le comportement de l'internaute afin de savoir si cet élément pouvait le conduire à publier à son tour des contenus tristes.

Suite à la publication de ces informations, l'autorité chargée de la protection des données personnelles en Grande-Bretagne a réagi. L'ICO va enquêter afin de savoir si Facebook a permis que les informations de ses utilisateurs soient ainsi étudiées, sans même leur demander leur consentement.

Selon The Register, le réseau social sera prochainement interrogé par l'ICO au sujet de cette étude. La question de la base d'étude sera au centre des interrogations puisque le document précisait que 690 000 internautes utilisant Facebook en anglais ont servi de cobayes dans le cadre de cette expérience. Aucun consentement de leur part n'aurait alors été donné.



Mise à jour le 03/07/2014 à 12h51

En France, la Cnil indique qu'elle s'intéresse également à l'étude portant sur Facebook. Elle précise qu'elle conduit actuellement une analyse de la situation et tente de déterminer si des utilisateurs français (utilisant le réseau social en langue anglaise) sont concernés.

Dans ce cas, la Cnil pourrait agir de concert avec son homologue britannique ou peser de son poids au sein du G29, le groupement européen des institutions chargées de la protection des données personnelles.

Publication initiale le 02/07/2014 à 11h29

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

FLoC, le descendant des cookies tiers de Google : c’est quoi en fait ?
House of the Dragon, le prequel de Game of Thrones, dévoile ses premières images
Cloudpunk annonce un premier DLC ambitieux, City of Ghosts, pour
Blue Origin lance une vente aux enchères pour devenir le premier touriste spatial à bord de New Shepard
Le Dernier Voyage : un trailer pour l'ambitieux film de SF français, attendu au cinéma le 19 mai
Stadia : les départs se multiplient parmi les responsables du service
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
L'écran PC Asus TUF Gaming passe sous la barre des 200€
BMW i Hydrogen Next : production prévue en 2022, mais pas de commercialisation à l'horizon
Le prix en France de la nouvelle Hyundai Ioniq 5 enfin dévoilé
Haut de page