La Syrie semble une nouvelle fois coupée d'Internet (màj)

09 mai 2013 à 11h31
0
Google et plusieurs sociétés spécialisées signalent que la Syrie semble totalement coupée d'Internet depuis mardi. Le pays avait déjà été victime d'un incident similaire en novembre dernier.

Mise à jour : la liaison entre Syrie et reste du monde a été rétablie mercredi après-midi, aux alentours de 17 heures (heure de Paris). « Les services Internet et les communications téléphoniques entre les différentes provinces ont été coupés mardi soir suite à un défaut dans des câbles de fibre optique », a déclaré l'agence de presse liée au gouvernement de Damas. La coupure aura duré une vingtaine d'heures.

Publication initiale, 8 mai, 13h10 :

Les portes qui relient la Syrie à Internet apparaissent fermées mercredi, signalent plusieurs acteurs spécialistes des réseaux. La coupure, qui semble totale, a débuté mardi 7 mai, vers 21 heure (heure de Paris). Google, qui publie des statistiques d'accès à ses services depuis les différentes régions du monde, reflète de façon visuelle cette interruption de service via son Transparency Report, sans toutefois se risquer à avancer une explication.

01CC000005959156-photo-coupure-internet-syrie-8-mai-google.jpg

Umbrella Security Labs (rattaché à OpenDSN) livre le même constat, en donnant quelques détails techniques supplémentaires. Selon lui, ce sont les serveurs chargés d'opérer la jonction entre le réseau syrien et le reste d'Internet qui ne répondent plus aux requêtes. « Cette coupure déconnecte la Syrie des communications Internet avec le reste du monde. On ne sait pas si les communications Internet à l'intérieur de la Syrie sont toujours disponibles », indique-t-il, sans non plus commenter plus avant les causes possibles.

01CC000005959158-photo-coupure-internet-syrie-8-mai-umbrella.jpg

Même son de cloche du côté de Renesys, qui publie en complément de ses graphiques témoignant de la coupure une carte montrant de quelle façon la Syrie est physiquement connectée au reste du réseau. A la différence de la France, où les opérateurs entretiennent de multiples liaisons avec leurs homologues du monde entier, l'accès au réseau syrien ne se fait que par l'intermédiaire de deux portes d'entrée, toutes deux gérées par une officine dépendant du gouvernement, Syrian Telecommunications Establishment. Du fait de ce caractère très peu distribué, la liaison entre la Syrie et le reste du monde est vulnérable aux pannes... ou aux coupures délibérées.

012C000005959154-photo-carte-cables-sous-marin-syrie-internet-renesys.jpg

Un outil de mesure géré l'université de Californie (Cyclops) montre quant à lui entendre que les différents équipements dédiés à la liaison entre Syrie et reste du monde ont cessé de répondre aux requêtes de façon quasi-simultanée.

La Syrie avait déjà été victime d'une telle coupure en novembre dernier. L'interruption de service avait alors duré plus de deux jours. L'agence de presse officielle SANA (Syrian Arab News Agency), rattachée au régime, avait alors invoqué, pour l'expliquer, des « travaux de maintenance » sur le réseau national. Le ministre syrien de l'information avait quant à lui avancé, sur la télévision d'Etat, que la coupure avait été provoquée par des actions « terroristes » conduites par les opposants au régime.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top