Télécharger sans DRM : le tour des plates-formes

Stéphane Ruscher
Spécialiste informatique
11 janvier 2007 à 18h07
0

eMusic : le petit site qui monte

Emusic. Le nom est indéniablement à la mode et pour cause : ce service est tout simplement le n°2 du téléchargement légal, aux Etats Unis comme en Europe, derrière iTunes Store. Un petit n°2, certes, la part d'Apple étant gigantesque, mais eMusic réussit tout de même à éclipser Napster, , Rhapsody et consorts, qui bénéficient pourtant de catalogues plus importants et d'une compatibilité avec de nombreux baladeurs ... Quelle est donc la recette de son succès ?

012C000000437701-photo-emusic-accueil.jpg


Tarification et formats proposés

Le modèle de tarification d'eMusic pourrait être qualifié d'hybride : le service ne propose pas d'achat à la carte mais des formules d'abonnement se déclinant comme telles :

  • eMusic basic : 40 titres par mois pour 12,99€
  • eMusic plus : 65 titres par mois pour 16,99€
  • eMusic premium : 90 titres par mois pour 20,99€

Des formules à l'année ou pour deux ans sont également disponibles. Néanmoins, à la différence d'autres services d'abonnement mensuel comme Napster ou Rhapsody, il s'agit réellement d'achat et non de location : l'utilisateur conserve les titres téléchargés une fois l'abonnement fini, puisqu'aucun DRM ne vient limiter l'utilisation de la musique. Cette formule présente un avantage certain : même si les prix du service tendent à augmenter, le coût au titre reste largement inférieur à ce que peut proposer un site à la carte comme iTunes. En revanche, la médaille a un revers et la formule ne sera vraiment intéressante que pour les gros consommateurs de musique, le crédit n'étant pas cumulé d'un mois à l'autre. Il faut donc s'abonner à eMusic en son âme et conscience, en étant sur de pouvoir épuiser son crédit mensuel.

012C000000437702-photo-emusic-tarifs.jpg


Au niveau des formats, la solution retenue est simple : du MP3 pour tout le monde. La qualité de ces fichiers est variable mais le minimum semble être 192 kbps, avec certains albums à 300 Kbps. Un format universel qui satisfait les utilisateurs de n'importe quel baladeur, donc, mais qui décevra peut être les adeptes d'autres formats comme Ogg Vorbis ou FLAC. Pour comprendre ce choix, il faut sans doute rappeler que, malgré ce que l'on a parfois tendance à penser, les choix d'eMusic ne sont absolument pas idéologiques mais uniquement commerciaux : le service propose du MP3 parce que ce format permet de vendre leur musique à un plus grand nombre de clients, et surtout aux utilisateurs d'iPod. Exit donc les DRM, mais également les formats « marginaux ».

Catalogue

On l'a vu, eMusic ne propose aucune des quatre majors du disque, mais de nombreux labels indépendants. Cette dénomination très floue englobe une variété incroyable d'artistes, allant d'illustres inconnus à des légendes dont certaines oeuvres ne font pas partie du catalogue des majors. On trouvera ainsi certains albums de Johnny Cash, Ray Charles, des enregistrements live d'artistes soul comme Otis Redding, des groupes alternatifs cultes (Pixies, Cocteau Twins, Mogwai ...), quelques uns des « chouchous » de la presse musicale « branchée » (Hot Chip, The Dears, Arcade Fire ...) ou encore une myriade d'artistes totalement inconnus dans nos contrées.

000000C800437703-photo-emusic-johnny-cash.jpg
000000C800437704-photo-emusic-pixies.jpg

Malgré l'absence des majors, le catalogue est riche et varié


eMusic existe depuis quelques années aux Etats Unis. Il était déjà possible de s'abonner au service mais une partie non négligeable du catalogue était réservée au public américain. La situation s'est nettement améliorée avec la version européenne du site : les « gros » labels indépendants européens que sont PIAS ou V2 sont désormais présents. On trouve même quelques artistes francophones, notamment l'intégrale de Miossec. Bref, le catalogue d'eMusic s'en tire très honorablement au niveau de la variété et de la notoriété des artistes présents et on peut affirmer qu'un amateur « éclairé » de musique y trouvera en partie son compte.

012C000000437705-photo-emusic-miossec.jpg


Interface

La navigation sur eMusic adopte un modèle nettement plus traditionnel, dans la lignée de services comme iTunes, VirginMega ou Fnac Music, soit une vitrine mettant en avant des nouveautés, des recommandations personnelles en fonction de vos achats, des thématiques (les eMusic Dozens, sur lesquelles nous reviendrons) ou encore les titres les plus téléchargés.

Cliquer sur un artiste affiche une page contenant les albums disponibles, quant aux pages de chaque album, elles sont tout ce qu'il y'a de plus traditionnelles : possibilité de télécharger chaque titre individuellement ou l'album complet, écouter un extrait de 30 secondes de chaque titre ou encore lire les avis des utilisateurs. Tout cela paraît bien classique mais en y regardant de plus près, des subtilités apparaissent.

000000C800437706-photo-emusic-page-d-un-artiste.jpg
000000C800437707-photo-emusic-page-d-un-album.jpg


Les albums proposés par eMusic ont en effet la particularité d'être riches en « tags » et il est ainsi possible de naviguer à travers le catalogue par label, par décennie ou encore par région géographique. Les sous genres sont également très détaillés, beaucoup plus que sur les autres services. Quasiment tous les critères de chaque album sont cliquables, là ou iTunes ne propose que la navigation par genre ou artiste.

Contenu éditorial

Cette richesse se remarque également dans le contenu éditorial très étoffé du site, et pour cause : eMusic utilise les metadonnées du site All Media Guide (base de données très complète de films ou de musique), et s'est adjoint les services de plusieurs critiques musicaux réputés, qui font office de « conservateurs » du site. Pour peu que l'on soit anglophone, eMusic s'avère être une mine d'informations, notamment à travers les nombreuses chroniques qui sauront aiguiller l'utilisateur, en plus des commentaires des abonnés, souvent pertinents eux aussi puisque le site attire essentiellement une clientèle de passionnés.

Les mises en avant sont également l'objet d'une attention toute particulière. Les eMusic Dozens proposent des sélections thématiques d'albums aux choix argumentés et au goût souvent exquis. D'autres « features » peuvent mettre l'accent sur un genre ou un artiste. Même s'il ne faut pas être dupe du caractère commercial du site, la présence de ce contenu éditorial fort et pertinent est un plus indéniable qui aide l'utilisateur à faire ses choix dans un catalogue touffu.

012C000000437711-photo-emusic-dozens.jpg


Services

Le refrain commence à être lassant, mais eMusic se distingue encore au niveau des services proposés aux utilisateurs. Rien de bien extraordinaire, certes, mais il est tout de même possible de partager son profil avec d'autres abonnés, qui peuvent ainsi voir tous les titres que vous avez achetés. La page d'accueil vous présente également des « voisins » (neighbors) ayant des goûts similaires aux vôtres. Si vous sympathisez, vous pouvez alors les ajouter à vos amis (friends), un petit côté « web 2.0 » qui n'a rien de désagréable.

012C000000437712-photo-emusic-profil.jpg


eMusic propose un gestionnaire de téléchargement, disponible sur Windows et Mac OS X. Il vous permet d'ajouter des albums ou des titres à la file d'attente, de mettre en pause ou de reprendre des téléchargements interrompus. Une version Linux existe mais elle n'est plus développée depuis longtemps et nous avons essayé, sans succès, de la faire fonctionner.

Ce gestionnaire n'est cependant pas indispensable pour télécharger un album, même s'il est moins pratique de télécharger directement les titres. Détail très appréciable : en passant par le bouton « Your profile » puis « downloads », vous pourrez télécharger à nouveau tous les titres perdus, par exemple en cas de crash du disque dur. Seul regret : cette option n'est possible que pour les titres individuels, et il est impossible de télécharger à nouveau tout un album. Terminons par un bémol : les titres distribués sur eMusic n'incluent pas la pochette de l'album, vous obligeant à passer par un logiciel tiers comme ou Album Art Fixer. Signalons également qu'il est nécessaire d'ouvrir un compte sur eMusic pour pouvoir consulter le catalogue.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Comment le français Qobuz, fleuron du streaming audio HD, a fait face à la crise ?
Comparatif : quels sont les meilleurs SSD pour optimiser le stockage de vos données ?
Forfait mobile : notre sélection des 10 meilleurs forfaits sans engagement du moment
Test du Google Pixel 4a 5G : il cachait (très) bien son jeu
Comment un antivirus détecte-t-il un virus ?
The Americans : l'espionnage en pleine guerre froide n'a jamais été aussi passionnant (et accessible)
Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro (Avis 2020) : notre test de cette plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants
scroll top