Les offres d’accès à Internet par clé 3G au banc d’essai

Paul-E Graff
05 mars 2010 à 17h52
0

Gare aux surfacturations


00AA000002612166-photo-facture-de-m-spadaro.jpg
159 212 euros, qui dit mieux ?
Les abonnements qui permettent d'accéder à Internet de n'importe où en 3G ou en EDGE n'échappent pas à la règle de base qui régit les formules voix. Lorsqu'on opte pour autre chose qu'une formule illimitée, il est vivement conseillé de suivre sa consommation de très près. Les forfaits 3G pour utilisateurs d'ordinateurs portables sont même presque plus insidieux que les abonnements voix dans la mesure où sur Internet, le temps passe particulièrement vite. S'il est possible d'achever une communication voix dans un temps compris entre deux et dix minutes, force est de constater que le caractère « infini » du Web n'est pas vraiment adapté aux formules bridées. Bien sûr, à condition d'être prudent, ces dernières pourront tout de même dépanner. En définitive, de par leur nature, les formules illimitées permettent de mieux maitriser un budget, mais peu de personnes seront prêtes à doubler le prix d'un abonnement triple play ADSL (par exemple) pour le compléter avec une formule de ce type. Malgré cela, la possibilité de se connecter sans restriction de temps s'avère idéale pour couvrir les déplacements ou même, pour pallier l'absence d'ADSL dans les zones rurales qui sont bien couvertes en EDGE ou en 3G, (même dans ce cas, le satellite semble être plus adapté).

Les personnes qui opteront pour un abonnement illimité devront également rester prudentes. Si seule une limitation de débit peut généralement être observée en France métropolitaine (au-delà d'un certain volume consommé), il n'en ira pas de même en « roaming ». Lorsqu'on utilise le réseau d'un opérateur étranger, les prix subissent une envolée qui ferait frémir les plus fortunés. Rappelez-vous, il y a peu, certains utilisateurs d'Orange se sont vu facturer de l'illimité au prix de 159 212 euros ou 45 900 euros pour le plus chanceux. Au final, il est appréciable de pouvoir souscrire à des offres illimitées enfin abordables, mais pour autant, il faudra prendre garde à ne pas se connecter au réseau d'un opérateur étranger sous peine de voir sa facture augmenter de façon dissuasive.

Internet partout et tout le temps : vraiment ?


0096000002978612-photo-monika-olszewska-fotolia-com-internet-en-vancances-pc-portable.jpg
La plupart des opérateurs présentent les solutions à base de clé 3G+ comme étant un moyen de se connecter à haut débit au Web de n'importe où. Cette affirmation est doublement fausse. Tout d'abord, en observant une carte de couverture, on constate que des zones d'ombre (sans EDGE donc, sans possibilités de se connecter) subsistent et surtout, que l'étendue du réseau 3G est loin de rivaliser avec l'EDGE. Au final, la notion de couverture illimitée est parfaitement inexacte.

À cela, on pourra ajouter que lorsque la couverture est insuffisante (une ou deux barres de signal sur cinq, par exemple) une connexion de données est beaucoup plus impactée qu'une liaison voix traditionnelle. Lorsque la couverture est mauvaise, les appels voix restent possibles (même si la qualité se situe parfois à la limite de l'audible). Dans les conditions identiques, il est très difficile de surfer sur Internet puisque le débit chute de façon drastique.

En périodes estivales, les opérateurs mettent souvent en avant les bénéfices qui découlent de l'utilisation d'Internet sur son lieu de vacances. Ce point amusera probablement les amoureux de zones rurales pittoresques qui ont déjà tenté cette expérience tant le résultat final est aléatoire (quel que soit l'opérateur). Que ce soit pour les vacances ou pour un usage régulier dans les lieux reculés, il est vivement recommandé de tâter la température en achetant une carte prépayée (ou équivalent) avant de souscrire aveuglément un abonnement au premier opérateur qui se présente.

0258000002978658-photo-couverture.jpg

À gauche, couverture du réseau Orange. À droite, couverture du réseau SFR (source : Orange et SFR).



Quid de la couverture du réseau


00DC000002978606-photo-fotocontakt-fotolia-com-logo-relais-antenne-copie.jpg
Pour en savoir un peu plus sur la couverture du réseau, nous avons interrogé les trois opérateurs historiques. Les chiffres qui ont été transmis sont à prendre avec des pincettes, mais ils peuvent tout de même donner une idée des différences que l'on peut observer d'un opérateur à l'autre. Bouygues qui a la réputation d'être l'opérateur dont le réseau est le moins étendu annonce qu'il couvre 81 % de la population (et non du territoire, nuance) en 3G+ et précise que toutes les villes de plus de 5000 habitants sont également couvertes en 3G+. Pour ce qui est de l'EDGE cette fois, Bouygues annonce un taux de couverture de 94 % (de la population). Bouygues est-il réellement le plus mal loti en termes de couverture ? Lorsqu'on se fie aux retours des utilisateurs, la réalité semble être tout autre. Inutile de spéculer, essayons de nous en tenir aux chiffres, même si ces derniers sont peut-être tout aussi subjectifs dans la mesure où ils sont communiqués par chacun des opérateurs, et non par un organisme indépendant. Pour sa part, Orange parle d'un taux de couverture de 88 % de la population en 3G, contre 99 % de la population en EDGE. Contacté par nos soins, SFR s'est montré plus évasif en annonçant un taux de couverture de 95 % de la population. Seul problème, pour l'instant, SFR ne communique pas sur les différences de couverture EDGE / 3G...

Ce que les opérateurs proposent pour éviter les pièges


Les récentes aventures malheureuses des clients Orange qui se sont vu facturer des sommes considérables pour leur abonnement 3G (basé sur une clé USB) nous questionnent sur les moyens d'avertissements mis en œuvre par les opérateurs pour éviter de tels débordements.

Interrogé sur ce point, SFR précise que la connexion à un réseau étranger (roaming) est tout simplement impossible lorsque l'utilisateur n'a pas activé l'option SFR Monde (d'après SFR, cette dernière n'est pas activée par défaut). Il nous a été impossible de vérifier cette information dans la mesure où l'accès au compte client est bloqué sur les abonnements presse. Toujours selon SFR, si le client fait la demande d'activation de l'option SFR Monde, il reçoit un SMS de notification qui arrive dans la boite de réception du logiciel de connexion SFR. L'opérateur précise qu'en roaming (connexion à un réseau étranger), un système d'alerte notifie les utilisateurs lors des dépassements de paliers de 40, 100, 150, 200 et 300 euros. Pour l'instant, le client doit s'inscrire pour activer ces alertes, mais dans un futur proche, SFR compte les mettre en place par défaut.

00DC000002978614-photo-tea-fotolia-com.jpg
Chez Orange cette fois, la procédure est différente. L'opérateur historique indique qu'un SMS est automatiquement envoyé lors d'une connexion à un réseau étranger. Cette notification est complétée par une page d'information sur les connexions hors forfaits ainsi que le prix des connexions. Orange indique qu'un client doit obligatoirement passer par cette page avant de se connecter. Au besoin, il est possible de souscrire à un pass international directement depuis cette même page (de 5, 30 ou 35 euros pour 3Mo, 20Mo ou 50Mo en zone Europe). Ensuite, lors d'une consommation data à l'étranger, Orange indique qu'à chaque tranche de 50 € consommés, l'utilisateur reçoit un SMS contenant l'information « Orange info: votre conso Internet à l'étranger va atteindre un palier de 50€ ». Enfin, Orange rappelle qu'après ce message, l'utilisateur est redirigé vers une seconde page l'informant qu'il a dépassé ce palier. Après cette étape, il est possible de se reconnecter après un temps d'attente d'une minute en rafraîchissant la page (on peut également demander le retrait de ce mécanisme d'information sur simple appel au service client).

De son côté, Bouygues affirme qu'avec les offres d'accès par clés 3G, le roaming est désactivé par défaut. L'utilisateur peut l'activer par un simple appel au service client. L'opérateur indique que lorsqu'une clé passe en roaming (connexion à un réseau étranger), le client reçoit systématiquement un SMS d'alerte précisant le tarif des échanges data en fonction de la zone. Avec une clé 3G, le SMS est lisible sur le PC dans l'interface de connexion de la clé. En plus de ce premier avertissement, à partir de 50 Euros, le client reçoit un SMS d'alerte, il peut donc décider d'arrêter sa connexion ou de désactiver le roaming. Bouygues insiste sur le fait que les usagers sont également informés lorsqu'ils atteignent les seuils de 100, 200 et 400 euros (toujours par le biais d'un SMS). D'ici le 1er juillet, conformément à la législation, la data sera coupée par défaut à 50 euros.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Une étude montre que les cyclistes
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top