Dossier : quid du Serial-ATA II ?

09 juin 2005 à 15h00
0

Serial-ATA 3Gb/s alias Serial-ATA II : les caractéristiques



Quitte à en surprendre plus d'un, autant y aller franchement : le Serial-ATA II en tant que tel n'existe pas. En effet, ce que nous appelons à tort Serial-ATA II correspond en vérité au nom du groupement initialement chargé de développer les nouvelles spécifications visant à faire évoluer la norme Serial-ATA. Ce comité a ensuite changé de nom pour devenir le Serial ATA International Orgnaization ou SATA-IO. Mais alors, à quoi correspond le Serial-ATA II me direz-vous ? Tout simplement au Serial-ATA 3 Gb/s qui n'est finalement que l'un des nombreux projets sur lequel travaille l'organisation en question.

Avec la première implémentation du Serial-ATA, le débit maximum autorisé lors des transferts de données était de 1,5 Gb/s soit environ 150 Mo/s. L'arrivée du Serial-ATA 3 Gb/s permet, comme son nom le suggère, de doubler le précédent débit en le faisant passer à 3 Gb/s soit grosso modo 300 Mo/s. Reste que la seule évocation d'un débit théorique doublé ne signifie pas qu'un disque dur Serial-ATA 3 Gb/s est deux fois plus rapide que son équivalent Serial-ATA 150. En effet, la mécanique, et en particulier la vitesse de rotation des plateaux, doit être capable de suivre la cadence ce qui est loin d'être garanti avec des disques actuels qui tournent toujours à 7200 rpm. Ainsi un disque seul sera loin d'atteindre les 300 Mo/s du bus Serial-ATA 3 Gb/s, et même en RAID 0, il sera difficile de saturer la bande passante.

L'évolution de la norme permet également d'introduire de nouvelles fonctionnalités avec notamment le support du NCQ ou Native Command Queuing. Apparue pour la première fois avec les chipsets Intel i915/925, la technologie NCQ permet d'organiser l'ordre dans lequel les commandes sont envoyées au disque dur afin que celles-ci s'exécutent de manière optimale en fonction des rotations des plateaux. Ceci permet en théorie de réduire les temps d'accès mais aussi de diminuer l'usure mécanique du disque.

0000011800103553-photo-nv-nf4u-ncq.jpg

Schéma expliquant le fonctionnement du NCQ (Native Command Queuing)

Autre petit apport du Serial-ATA 3Gb/s : le support natif du hot plug ou branchement à chaud des disques ainsi que de nouvelles fonctions de gestion de l'énergie. Les spécifications officielles font en effet état de la possibilité de modifier la séquence de démarrage d'un disque, pour s'assurer que dans une configuration munie de plusieurs unités toutes ne demandent pas au même moment une grande quantité de courant ; cette fonction est baptisée Staggered spin-up. Voilà pour ce qui est de la théorie, car en pratique toutes les fonctions ou technologies énumérées précédemment ne sont pas systématiquement présentes sur les Disques durs Serial-ATA 3Gb/s. Il revient en effet au constructeur de disque dur de choisir d'activer ou non certaines fonctions offertes par le chipset qu'il utilise. Côté connectique enfin, rien ne change véritablement si ce n'est l'apparition d'un clips métallique censé offrir un meilleur maintient à chaque extrémité du câble.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top