WhatsApp lance Communautés, mais qu'est-ce que c'est ? On vous explique tout

Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming
15 avril 2022 à 11h00
3
WhatsApp Clubic © clubic.com

WhatsApp lance une nouvelle fonctionnalité très attendue : Communautés.

Cette nouvelle fonction est notamment taillée pour les écoles, les associations locales ou encore les organisations à but non lucratif.

La « commu » WhatsApp

Voilà plus de 13 ans maintenant que l'application WhatsApp a été lancée. Au fil des années, la plateforme a évidemment accueilli de nombreuses optimisations et autres nouveautés, et fait désormais partie du portefeuille de Meta. Plébiscitée par les particuliers, l'application WhatsApp est également très prisée des communautés. C'est pourquoi les développeurs proposent désormais une fonction consacrée.

« Compte tenu des nombreux commentaires que nous avons reçus, nous pensons qu'il est possible d'en faire plus pour vous aider à gérer plus facilement les discussions au sein de ces groupes », explique-t-on chez WhatsApp. Aussi, la section Communauté va permettre de rassembler différents groupes au sein d'une même structure.

WhatsApp Communautes
© WhatsApp

Communautés apporte son lot de nouveautés

De cette manière, les membres pourront recevoir les annonces envoyées à l'ensemble de la communauté tout en discutant dans de plus petits groupes créés autour de centres d'intérêt plus spécifiques. La section va également doter les admins de nombreux outils, qui permettront par exemple d'envoyer des messages d'annonce à tous les membres de la communauté et de contrôler les groupes qui peuvent y être ajoutés.

WhatsApp 2022
© WhatsApp

WhatsApp prend notamment l'exemple d'une école, laquelle pourra disposer de sa Communauté, qui sera divisée en divers groupes pour chaque classe, mais aussi en groupes pour les activités périscolaires, avec même un groupe pour l'organisation des activités. De cette manière, l'école pourra communiquer des informations importantes aux parents, tout en ciblant ces derniers via les différents groupes.

Les développeurs annoncent également travailler sur un système de Réactions, à l'instar de Facebook, mais aussi sur de nouveaux outils de suppressions pour les admins. Les appels vocaux pourront bientôt inclure un total de 32 participants, et le partage de fichiers sera lui aussi étendu pour permettre l'échange de documents pesant jusqu'à 2 Go.

Source : The Verge

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
HAL1
Merci pour cet article. Ce qui me semblera intéressant c’est de voir comment seront gérées les notifications, puisque c’est un peu le gros souci avec les groupes : soit on met le groupe en sourdine et on risque de rater une information importante (typiquement lorsqu’il s’agit d’un groupe pour l’organisation d’un événement), soit on est parfois submergé de notifications lorsque certains se lancent dans des échanges sans aucun rapport avec le sujet original.
Philoctete
WhatsApp prend l’exemple d’une école, on croit rêver… Communiquer avec les parents d’élèves grâce à un logiciel propriétaire qui pique et fait de l’argent avec les données personnelles, mais oui bien sûr. Forcer les profs et les personnels à installer ce spyware sur leur smartphone personnel, bien évidemment… Tout le monde hurlerait tout de suite, et aurait bien raison. Le RGPD, ça leur dit quelque chose, à WhatsApp ?
Iroquois
@philoctete<br /> Si le logiciel est gratuit, vous êtes le produit…
Philoctete
Pas forcément, Libre Office, Firefox, il y a des centaines de super logiciels gratuits qui ne volent pas les données personnelles, c’est même la base de la philosophie GNU/Linux…
HAL1
Philoctete:<br /> WhatsApp prend l’exemple d’une école, on croit rêver…<br /> Sachant qu’il y a environ 2 milliards d’utilisateurs de WhatsApp dans le monde, c’est au contraire la solution la plus intelligente et pragmatique. Plutôt que se reposer sur une application que personne ne possède, la meilleure approche et de se servir de ce qui existe et que les gens utilisent.<br /> Oui, ça serait mieux si toutes les écoles utilisaient des solutions 100% open-source, développées par des communautés auto-gérées et vivant dans des pays démocratiques et éco-responsables, avec des garanties étatiques que les données ne seront jamais utilisées à des fins commerciales. Sauf que ça n’existe pas, et que si ça existait ça serait sans doute utilisé par 5 personnes et demie. D’où le choix de beaucoup d’établissements de laisser le dogmatisme de côté et de rendre service aux élèves, aux parents et au personnel enseignant.
Philoctete
Ce n’est pas une question de dogmatisme ni d’éco-responsabilité (c’est quoi le rapport ?), c’est juste la loi, une école publique ne peut pas utiliser un outil comme WhatsApp, c’est interdit, tu ne peux pas obliger les usagers d’un service public à utiliser un service qui fait de l’argent avec les données personnelles, ça me parait plutôt normal… Pendant le confinement, des établissements ont utilisé Discord en catastrophe (dans mon lycée notamment), ça a été toléré à peu près car la situation était spéciale, mais maintenant, un directeur d’école ou d’établissement secondaire qui utiliserait de tels outils de façon officielle et pérenne dans son établissement serait lâché par la hiérarchie en cas de litige avec un parent à ce propos, et c’est normal…<br /> Sinon, y a le mail et le SMS, c’est ce qui est utilisé massivement, et ma foi, ça marche pas trop mal pour communiquer avec les parents (pas tous à fond sur le numérique, tu serais étonné…)
HAL1
Philoctete:<br /> […] c’est juste la loi, une école publique ne peut pas utiliser un outil comme WhatsApp, c’est interdit […]<br /> Ah bon ? Quelle loi, dans quel(s) pays ?<br /> Philoctete:<br /> Sinon, y a le mail et le SMS, c’est ce qui est utilisé massivement, et ma foi, ça marche pas trop mal pour communiquer avec les parents […]<br /> Oui, et l’école peut également communiquer via son site Web, sa page Facebook, des chaînes téléphoniques, etc. Mais ça ne remplace pas la fonctionnalité « Communautés » de WhatsApp, qui apporte quelque chose de plus, et dont il serait idiot pour un établissement de se priver.
HAL1
@Philoctete : Donc, de quelle loi s’agit-il ?
Philoctete
RGPD, d’ailleurs les académies ont désormais des DPD qui valident l’utilisation de tel ou tel outil, et qui en l’occurrence ne valideraient jamais Whatsapp comme outil de communication officielle, mais bon j’ai l’impression que pour venir relancer 8 jours plus tard, tu as fortement envie d’en découdre, or moi pas du tout, donc tu peux considérer que tu as raison et moi tort, ça ne me pose pas de problème particulier.
HAL1
Je ne vois pas en quoi poser une question c’est « en découdre », mais bon…<br /> Sinon, la R.G.P.D. n’est pas une loi, c’est un règlement européen. Et il n’interdit en aucune manière à une école d’utiliser WhatsApp.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Après WhatsApp, au tour de YouTube de se lancer dans les réactions émoji
Votre catalogue Apple Music est désormais accessible sur votre appli Waze
Google veut que vous l'aidiez à savoir quels dégâts les smartphones ont pu faire à votre cerveau
TikTok se prend pour Twitch en se lançant dans les abonnements payants
Pour ses 15 ans, Google Street View reçoit une
Découvrez notre top 5 des applications gratuites
SNCF Connect : vous pouvez désormais utiliser vos chèques-vacances
Huawei AppGallery : une faille vous permet de télécharger gratuitement des applications payantes
Google Photos : vous pouvez enfin supprimer les photos directement d'un album, mais il y a un hic
WhatsApp : les fonctionnalités de la future offre premium commencent à prendre forme
Haut de page