L’UE a supprimé une étude qui affirmait que le piratage ne nuit pas aux ventes

Par Emilia CAPITAINE
le 22 septembre 2017
 0
Un rapport commandé par la Commission européenne et rendu en 2015 indiquait que le piratage était sans effet sur les ventes de films, musiques, jeux et livres protégés par des droits d'auteur.

Mais cette étude n'a jamais été rendue publique par la Commission, qui a préféré rédiger un rapport en interne sur le même sujet.

Aucune preuve statistique d'un impact négatif du piratage



La Commission européenne a payé 360.000 euros pour une étude sur l'impact du piratage sur les ventes de musiques, livres, jeux vidéo et films protégés par des droits d'auteur. Mais l'Union européenne n'a jamais rendu publiques les conclusions du rapport, probablement parce qu'il indiquait que le piratage n'est pas un problème majeur.

C'est à la firme néerlandaise Ecory qu'a été confiée la mission de mesurer l'impact des plateformes de téléchargement et de streaming illégales. Dans son rapport, long de 304 pages, rendu en mai 2015, l'entreprise conclut qu'il n'existe aucune preuve statistique d'un déplacement des ventes liée à des violations de droits d'auteur. « Cela ne veut pas dire que le piratage n'a pas d'effet, mais seulement que l'analyse statistique ne prouve pas avec une fiabilité suffisante qu'il existe un effet » notent les auteurs de l'étude.

01F4000008003138-photo-commission-europ-enne.jpg


Un rapport tombé dans l'oubli



D'après le rapport, les téléchargements illégaux et le streaming peuvent même doper les ventes légales de jeux. Le seul lien négatif trouvé par les auteurs du rapport concerne les blockbusters : « Les résultats montrent un taux de déplacement de 40 %, ce qui signifie que pour dix films récents regardés illégalement, quatre films en moins sont consommés légalement ».

Si ce rapport fait surface aujourd'hui, c'est parce que Julia Reda, une députée européenne représentant le Parti Pirate, a pu en obtenir une copie. D'après l'organisation European Digital Rights, la Commission européenne a intentionnellement supprimé l'intégralité du contenu de l'étude, qui a été remplacée par un rapport rédigé par deux fonctionnaires de la Commission en 2016. Dans cette nouvelle étude, la seule référence faite au rapport conduit par Ecory concerne le lien entre le piratage et les ventes perdues pour les blockbusters. Toutes les autres conclusions du rapport Ecory auraient été éludées....


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
scroll top