L'Iran nie être touché par le ver Stuxnet

27 septembre 2010 à 11h15
0
En fin de semaine dernière, des propos relayés par le général américain Keith Alexander témoignaient de son inquiétude au sujet d'un worm baptisé Stuxnet. Ce malware aurait déjà infecté un nombre inconnu de centrales électriques, d'oléoducs et d'usines. Il se serait même permis de viser une installation nucléaire iranienne.

00A0000000411405-photo-drapeau-iran.jpg
Des propos qui ont fait tâche d'huile puisque dans un premier temps, le secrétaire général des serveurs informatiques industriels d'Iran aurait confirmé ces attaques sur ses installations. Mahmoud Alyaee expliquait alors à l'agence de presse Reuters que le 25 septembre, 30 000 ordinateurs ont été infectés par le virus Stuxnet.

La thèse de l'infection généralisée était donc plausible. Jusqu'a ce qu'un démenti cinglant ne vienne contredire ces propos. Ce dimanche, des responsables iraniens ont affirmé que la centrale nucléaire de Bushehr et les systèmes gouvernementaux en Iran « n'avaient pas été affectés par le virus informatique Stuxnet ».

Précisément, le virus aurait en fait touché les ordinateurs personnels de certains employés de la centrale et environ 30.000 fournisseurs d'accès à internet. Les installations de la centrale seraient saufs...

Reste la question de l'origine du malware. Selon Symantec, 60% des ordinateurs infectés par ce virus se trouvent en Iran. Les autorités iraniennes préfèrent accuser des « ennemis étrangers » d'avoir créé le virus. Stuxnet conserve donc une part de mystère.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

L'industrie américaine du porno part en croisade contre les pirates
200 000 iPhone déjà précommandés en Chine
Green House : deux clés USB en forme... de clé !
RIM sur le point de trouver un accord avec l'Inde
Eric Schmidt :
Palm WebOS deviendrait HP WebOS pour un usage multi-plateforme
Antitrust : la Commission Européenne ferme son enquête sur Apple
Vol de codes SIM : un réseau arrêté
Le Scrabble s'invite sur le Kindle
Recherche et développement, avec la Chine... si possible
Haut de page