Les hackers préfèrent le phishing aux exploits

le 27 avril 2017
 0
Dans le milieu du piratage informatique, selon la dernière étude de Symantec publiée en avril 2017, la tendance serait au phishing. Cette technique est simple à mettre en place et semble avoir de plus en plus de succès. Elle remplacerait, dans les habitudes des cybercriminels, les plus traditionnels « exploits » qui nécessitent des connaissances et des recherches plus poussées que les simples emails.

Mais si les attaques par email se multiplient et prennent de l'ampleur, les pirates continuent d'exploiter également les failles des sites Internet et les failles dites « zero-day » : globalement, les menaces informatiques ne sont pas en train de baisser.

Tous les 131 emails il y a une tentative de phishing



Les chiffres sont éloquents : selon le directeur des affaires gouvernementales de Symantec, Bill Wright, les mails incluant un malware ou une tentative de phishing sont en hausse en 2016. Les analyses du spécialiste de la cybersécurité ont permis de trouver une tentative de phishing tous les 131 mails en moyenne ; en 2015 il y avait un email piégé tous les 200 messages en moyenne.

01F4000007196186-photo-phishing-hame-onnage.jpg

Les campagnes de phishing sont de plus en plus alimentées par les botnets comme Mirai et nécessitent beaucoup moins de surveillance, de la part des cybercriminels, que les attaques visant des failles de sécurité. Ces dernières, qui utilisent des exploits, sont en baisse en 2016 de 60 %. Ceci s'explique par une logique de rentabilité.

Le phishing coûte moins cher et rapporte gros



Les cybercriminels tentent, en se détournant des exploits, de maximiser leurs revenus : les exploits ciblent des failles précises dans certains logiciels. Les développeurs les mettent régulièrement à jour ce qui signifie que les malwares développés par les hackers ne sont plus utilisables et qu'ils doivent en créer de nouveaux. Cela représente beaucoup de travail et de temps, ainsi que de grosses infrastructures.


Inversement, les attaques de phishing sont faciles à mettre en place et jouent sur la prise de risques de l'utilisateur qui va ouvrir sans se méfier des fichiers infectés. Les chances de réussite sont donc majorées bien que la sécurité des sites Internet n'aient pas été améliorée : selon l'analyse de Symantec, 76 % des sites Internet en 2016 contiendraient des failles de sécurité, contre 78 % en 2015.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
scroll top