Github, cible de la plus grande attaque en DDoS à ce jour

0
La plateforme collaborative de développement logiciel vient d'encaisser l'une des attaques en déni de service les plus graves jamais enregistrées. Mais à peine établi ce triste record, une autre attaque, encore plus puissante, s'abattait sur un client d'un fournisseur d'accès américain.

Dans les deux cas, un même procédé : l'attaque par réflexion/amplification exploitant des failles dans les serveurs Memcached utilisés par les hébergeurs pour augmenter la vitesse de réponse des sites web.

Github, premier d'une longue série à venir

Bienvenue dans une ère nouvelle : celle des attaques à la très, très grosse artillerie. De celles que l'on mesure désormais en térabits. Le 28 février dernier, la plateforme fétiche des développeurs logiciel Github a reçu en une fraction de seconde des centaines de millions de requêtes. Les équipes de Github comprennent qu'elles sont la cible d'une attaque de type DDoS (Distributed Denial of Service, attaque en déni de service). Le procédé consiste à saturer de requêtes un serveur, jusqu'à ce que celui-ci s'effondre, incapable de toutes les traiter.

Chaque jour, des milliers d'attaques de ce genre ont lieu dans le monde. Sauf que la charge encaissée par Github est d'un volume inédit : 1,3 Tbps ! Record battu : l'attaque la plus puissante jamais répertoriée à ce jour avait atteint 1,2 Tbps grâce au concours des célèbres botnets Mirai, dont trois des créateurs ont été incarcérés après avoir plaidé coupable devant la justice américaine fin 2017. Et il y a fort à parier que le térabit devienne une unité de mesure courante des attaques en DDoS.

hacker darknet pirate


Le térabit, nouvelle unité de mesure des attaques DDoS ?

Mardi 6 mars, une semaine seulement après Github, la société de cybersécurité Netscout Arbour mesurait chez l'un de ses clients une offensive encore plus virulente : 1,7 Tbps.
A la différence des attaques en DDoS de la génération précédente, ces deux offensives calibrées en Tbps n'ont plus besoin du soutien d'un ou plusieurs botnets. On parle pour elle d'attaques par réflexion avec amplification. Elles exploitent une vulnérabilité des serveurs de cache distribué (memcached).

Ces serveurs permettent d'accélérer les réponses des sites web fondés sur des bases de données. En spoofant une adresse IP, c'est-à-dire en l'imitant, l'attaquant peut rediriger les réponses memcachées vers sa cible, avec l'effet d'amplification que procure cette technologie. Aussi appelées exploit iPv6, ces attaques sont potentiellement paralysantes, et s'accompagnent souvent de demandes de rançon en cryptomonnaies. Et elles sont difficiles à combattre, car elles requièrent l'assistance du fournisseur d'accès pour être contrées.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Apple supprime l'application iOS de Shadow pour violation des règles de l'App Store
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top