Les grandes entreprises vont-elles abandonner France Télécom ?

Par
Le 12 décembre 2006
 0

Selon Accenture, 42% des grandes entreprises et administrations en France seraient prêtes à changer d'operateur en 2007. Bonne opération pour les alternatifs ?

Selon Accenture, 42% des grandes entreprises et administrations en France seraient prêtes à changer d'operateur en 2007. Bonne opération pour les alternatifs ?

2007 sera-t-elle une année difficile pour France Télécom ?

Possible, si l'on en croit une enquête réalisée par Accenture pour LesEchos.fr "auprès d'une cinquantaine de décideurs et d'acheteurs des 1.000 plus grandes entreprises et administrations de France sur l'évolution de leurs investissements télécoms."

D'après la société de conseil, 42% des grandes entreprises en France seraient prêtes à changer d'operateur en 2007. Le niveau de prix est à l'origine de ce choix dans plus de 4 cas sur 5. La qualité du réseau et des services sont aussi des élèments déterminants.

"Les prestataires les plus enclins à être remplacés sont ceux dont une partie des revenus se sont 'commodotisés', c'est-à-dire la téléphonie mobile, le fixe et l'international", a indiqué aux Echos, Louis Fagalde, associé chez Accenture et auteur du baromètre.

Si les dirigeants interrogés prévoient une baisse de leurs factures télécoms l'an prochain, ce manque à gagner devrait être compensé par l'augmentation des dépenses liées à de nouveaux projets : VoIP, mise à jour des PABX, très haut débit et sécurité des réseaux.

La mobilité en revanche, en dehors du WiFi, n'a pas encore convaincu : "1 décideur sur 2 n'a pas prévu ou ne se prononce pas sur le déploiement de la 3G ou la mobilité des communications unifiées. 2 sur 3 sont dubitatifs pour le lancement d'applications métiers", souligne Accenture.

Quoi qu'il en soit, l'année 2007 devrait être marquée par une "profusion d'appels d'offres". Les opérateurs, selon les termes d'Accenture, devront "conquérir ou défendre" leurs marchés par "une segmentation habile, une finalisation de leurs offres plus rigoureuse, un alignement de leurs canaux ventes et un sens tactique de la promotion prix."

La concurrence entre France Télécom, l'opérateur historique domine encore, à ce jour, le marché des grands comptes, et 16, "nouvel entrant", va être rude !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top