Marché des OS légers : Qui sera le Windows du téléphone?

Par
Le 16 mars 2000
 0

Le téléphone et l'ordinateur sont amenés à converger. Dans ce contexte, qui sera le "windows" de ces nouveaux terminaux ?

Le téléphone et l'ordinateur sont amenés à converger. Dans ce contexte, qui sera le "windows" de ces nouveaux terminaux ?

Vers une informatique nomade communicante

Avec ses taux de croissance à deux chiffres depuis 5 ans, le marché du téléphone mobile ne laisse aucun industriel indifférent. Le marché du mobile, c'est potentiellement 6 milliards d'êtres humains. Désormais, en Chine ou en Inde, c'est un téléphone portable qui permet d'afficher sa réussite sociale. L'ambition des constructeurs est de placer un appareil dans chaque main. La finlande affiche déjà un taux d'équipement de près de 70% de la population et le taux continue de grimper. Dès lors, on comprend ce qui pousse des acteurs issus de l' informatique à s'interesser au secteur des mobiles.
Ce qui permet à Microsoft de se tourner vers un marché duquel il était jusqu'à présent absent, c'est le phénomène de convergence entre les secteurs des télécommunications et de l'informatique. Le passage au numérique avec les GSM, les téléphones mobiles de deuxième génération, a permis d'envisager le rapprochement avec l'autre grande technologie numérique, l'informatique. La fusion des deux n'étant alors qu'un simple problème de norme. Or, le succès planétaire du réseau Internet permet enfin l'usage d'un protocole réseau unifié, la technologie TCP/IP.

Les téléphones de demain seront donc potentiellement compatibles avec les ordinateurs. Le problème des capacités de transmission devant lui aussi être résolu grâce à l'annonce de technologies à haut-débit (on annonce 250 kilo octets par seconde pour l'UMTS), la compétition entre acteurs traditionnels des télécom et géants américains de l'informatique s'annonce donc brutale.

Windows CE de Microsoft

Le géant américain manifeste depuis longtemps son ambition de placer ses produits dans tous les appareils électroniques. Il a donc développé une version allégée de Windows baptisée Windows CE pour "Consummer Electric", affichant du même coup son ambition de toucher le grand public. Windows CE équipe déjà des Ordinateurs Portables légers, des ordinateurs de poche ou des tablettes graphiques. Jusqu'à présent, l'aspect communicant de ces appareils n'était assuré que par l'ajonction d'une carte PCMCIA et par la liaison avec un téléphone GSM ou CDMA. Néanmoins, divers accords avec l'américain Qualcomm, l'allemand Siemens ou encore le français SAGEM traduisent bien la volonté de MS d'étendre Windows au marché du téléphone intelligent ou médiaphone. En outre, Microsoft travaille sur des versions mobiles de son logiciel de navigation et baptisée Mobile Explorer.

EPOC & Quartz de Symbian. Sur les traces d'Apple.

Tout comme Apple, les principaux constructeurs ne sont pas décidés à dissocier la partie logicielle de la partie matérielle. Face à la menace Microsoft, plusieurs constructeurs (Nokia, Ericsson, 140, Panasonic) ont décidé de créer Symbian avec Psion, l'inventeur du système d'exploitation EPOC. Reconnu pour sa sobriété énergétique, EPOC32 est un peu trop gros pour équiper les téléphones mobiles. Mais Symbian devrait accoucher d'une version allégée de cet OS baptisée Quartz. Quartz équipera le tout prochain Communicator d'Ericsson, premier appareil à véritablement fusionner ordinateur de poche couleur et téléphonie.

PalmOS : un standard de fait aux Etats Unis

Marginalisé par Symbian, Palm Computing a tout de même réussi à rebondir grâce à l'extraordinaire offre logicielle associée à son appareil (l'organiseur Palm ou Palm Pilot) ou à ses nombreux clônes (Visor de HandSpring). En outre, des accords avec des constructeurs tels que Alcatel ou Sony lui ont permis de reprendre pied sur le marché de la téléphonie mobile, dont il semblait pourtant pratiquement écarté. Plus léger qu'EPOC32, PalmOS devrait donc connaître un succès fulgurant et équiper des dizaines de millions d'appareils dans les prochaines années.

Bien que l'extraordinaire réussite de Windows et sa transposition au marché mobile puisse sembler séduisante, il ne faut pas négliger qu'il existe des substituts potentiels à ces 3 systèmes. Outre un hypothétique "Minux", version allégée de Linux, on peut anticiper que ce sont les services WAP et leurs navigateurs qui cristaliseront la vraie bataille du mobile. Microsoft, Nokia, Ericsson et Phone.com (ex- Unwired Planet) travaillent sur leurs propres navigateurs wap. Les paris sont donc ouverts.

Juin 1999, Jérôme Bouteiller
Modifié le 18/09/2018 à 14h28

Les dernières actualités

scroll top