Google OneBox ? Les spécialistes de la recherche en entreprise sceptiques

20 avril 2006 à 00h00
0
Face à OneBox de Google, des spécialistes des outils de recherche en entreprise comme Fast ou Sinequa ont décidé de réagir...

Difficile de faire l'unanimité. A l'occasion du lancement de OneBox, une nouvelle fonctionnalité de Google Search Appliance, des spécialistes des outils de recherche en entreprise ont décidé de réagir afin de rétablir "leur vérité".

"Ces dernières années Fast Search & Transfer a aidé les grandes entreprises dans la mise en place de solutions de recherche professionnelles, dans des domaines allant de l'eBusiness, au traitement des données, jusqu'à celui de la gestion de l'information dans le cadre d'utilisation de type Market Intelligence. Ces solutions accèdent déjà à un contenu à partir de technologies de BI, de bases de données ou d'autres types d'applications, il n'y a ainsi rien de particulièrement novateur dans l'annonce de Google. Nous admirons la capacité qu'à Google à faire parler d'elle, mais au final il est nécessaire de se demander si les entreprises souhaitent confier leur infrastructure de recherche à une compagnie de média. Ce que les gens doivent comprendre c'est que la recherche pour l'entreprise est différente de la 'recherche' en soi. Il s'agit en fait de déployer une nouvelle génération d'applications professionnelles qui sont construites à partir de cette technologie de recherche. La recherche d'entreprise est fondamentalement différente et plus exigeante que la recherche sur Internet et il est peu probable qu'un vendeur de recherche sur Internet puisse répondre aux impératifs technologiques et opérationnels qui y sont liés." explique John M. Lervik, Président Directeur Général de Fast Search & Transfer.

Même son de cloche, chez Sinequa, l'un des spécialistes français de la recherche en entreprise. "Sinequa s'est spécialisé depuis plusieurs années dans le moteur de recherche pour l'utilisation en environnement professionnel, dans la presse, le e-commerce et la recherche en entreprise, également en OEM. Il n'y a rien de particulièrement novateur dans l'annonce de Google, en outre, Google est en retard sur de nombreuses fonctionnalités (gestion sémantique, extraction d'entités, cross-linguisme, gestion de la sécurité multidomaine, personnalisation de l'interface...). En effet, des sociétés comme Google jouent sur un malentendu et font parler d'elles parce qu'elles sont présentes sur le marché grand public de la recherche sur Internet, mais l'entreprise est un marché avec d'autres contraintes, celles du monde du logiciel d'entreprise justement. Il ne suffit pas d'avoir une bonne technologie, il faut l'optimiser par rapport à un marché. "souligne Jean Ferré, Président Directeur Général de Sinequa.

"Depuis le début d'Internet et en particulier depuis Altavista, les acteurs du Web ont essayé en vain de rentrer dans l'entreprise, ils y ont perdu de l'argent et plus grave pour eux, ils risquent de s'y égarer et de perdre leur positionnement stratégique. Le marché de l'entreprise search est en très forte croissance et mutation, et la demande devient de plus en plus exigeante dans une logique presque métier (d'où le parallèle avec l'ERP ou le CRM). Le Web est relativement standardisé, mais l'entreprise est complexe et hétérogène. Mettre un moteur de recherche Web dans une entreprise reviendrait à implicitement imposer une révolution technique et organisationnelle à côté de laquelle une mise en place de fait figure de hors d'œuvre. Aux côtés de FAST et d'Autonomy, nous constatons tous les jours que la recherche pour l'entreprise est différente de la 'recherche' en soi. Il s'agit bien de déployer une nouvelle génération d'applications professionnelles qui sont certes construites à partir d'une technologie de recherche, mais délivrent leur richesse à travers une logique et une interface assez liée au métier. Nos clients entreprises émettent de plus en plus de demandes spécifiques, à mesure que la recherche devient une fonction stratégique, c'est assez logique. Les vendeurs de recherche sur Internet sont obligés de standardiser leur offre (c'est aussi logique quand on veut servir le grand public). Ils ne peuvent pas répondre, et si la réponse est de dire que ce sera les partenaires qui développeront des fonctionnalités spécifiques, cela revient à dire que Google équivaut à une sorte d'Open Source... non gratuit et non ouvert. Nos partenaires intégrateurs sont là pour paramétrer et intégrer, pas pour faire des modules logiciels, le fait qu'ils ne rentrent pas vraiment dans la logique que leur propose Google est un signe supplémentaire." complète t'il.

Malgré l'échec d'AltaVista, Google tente donc sa chance sur le marché des entreprises en n'hésitant pas à s'associer à des grands noms du progiciel comme Oracle, Cognos, SAS and Salesforce.com. Reste à savoir si les prospects se laisseront séduire par sa célèbre marque ou si ils tourneront vers des spécialistes, comme FAST, Sinequa ou encore Autonomy, pour disposer de ce type de solutions.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page